France Culture lance sa web radio étudiante

Mis en ligne le 26 novembre 2012, France Culture Plus est la toute nouvelle web radio de France Culture. Son directeur, Olivier Poivre d’Arvor, détaille les intentions et les contenus de ce "web campus" qui a été conçu pour mais aussi par les étudiants

Publié le , mis à jour le

Olivier Poivre d'ArvorEn déployant France Culture sur le web, cherchez-vous avant tout à rencontrer un public jeune que vous ne touchez pas sur les ondes ?

C'est en effet notre priorité. Une grande part des auditeurs de France Culture sont âgés de plus de 50 ans. Même si nous avons gagné ces dernières années un quart de nouveaux publics parmi lesquels plus de jeunes, nous avons encore des efforts à faire. Toucher la jeune génération est essentiel dans notre mission de transmission des savoirs. Cette web radio est l'occasion de sortir de la grille des programmes dans laquelle nous sommes forcément contraints, d'ouvrir au-delà des rendez-vous habituels de la station pour renouveler la création, inventer de nouveaux formats et proposer plus de contenus.

Qu'est-ce que les étudiants pourront écouter sur France Culture Plus ?

Nous diffuserons tout d'abord une sélection des programmes de notre grille : de l'histoire, de la philosophie, de l'économie, des sciences... Ces contenus doivent répondre aux attentes des étudiants en matière de savoirs académiques mais aussi d'actualité culturelle et de débats d'idées et de société. Par ailleurs, nous mettons disposition des internautes une sélection de productions multimédias qui proviennent d'universités et de grandes écoles : des cours, des conférences, des colloques, des rencontres... De quoi constituer un vaste campus numérique.

Comment allez-vous faire pour que ces cours ou ces colloques universitaires soient "web radio compatibles" ?

C'est tout l'enjeu. Quarante conventions ont été signées avec des universités et des grandes écoles. Les premières contributions nous parviennent à l'ouverture de la plateforme. C'est une terre vierge qui va être habitée par des contenus. Il faut en vérifier la qualité sonore et visuelle. Il faut aussi les éditorialiser, c'est à dire les qualifier, les organiser, les thématiser pour créer un espace de mémoire des savoirs qui soit accessible au plus grand nombre.

Vous vous appuyez par ailleurs sur le réseau des radios Campus. Pourquoi et pour quels contenus ?

Ce réseau national de 24 radios de Campus, bien implanté localement depuis de nombreuses années, est une formidable source de contenus avec des émissions sur des thématiques générations, musique, vie étudiante... Nous avons voulu les mettre en avant avec trois rendez-vous hebdomadaires, dont "Starting block", une émission musicale, et "Univox", un magazine de société. C'est notre ambition que de ne pas faire simplement une web radio pour les étudiants mais aussi et surtout avec les étudiants.

Logo France Culture plusÀ ce titre vous lancez la "France Culture Factory" qui propose des contenus originaux faits par et avec des étudiants. Comment allez-vous accompagner ces projets de jeunes non-professionnels ?

Il ne suffit pas en effet que les étudiants aient des envies et des idées de programmes, mais il faut les accompagner dans leur démarche. L'idée n'est pas de faire une sorte d'école de journalisme, mais d'aller les chercher et de les rendre autonomes sur leurs émissions en leur apportant les outils et l'encadrement dont ils ont besoin. C'est une démarche compliquée mais assez excitante. Nous avons des exigences pour la préparation des émissions, l'approche d'un sujet, le mode de traitement... toutes choses que les étudiants non-professionnels n'ont pas a priori et qui s'apprend.

Quels sont par exemple les programmes réalisés dans cette "France Culture Factory" et aujourd'hui à écouter ?

Dès le lancement nous disposons de six programmes originaux. C'est par exemple "Radio Thésards", une collection d'entretiens avec des doctorants qui nous expliquent leurs sujets de thèses en cours d'élaboration, souvent étranges et inattendus. Ce sont aussi les "Auditions", des lectures de textes littéraires par des étudiants d'écoles d'art dramatique, un programme tout simple mais captivant. Dans dix ans vous aurez là les premiers pas radiophoniques du futur Fabrice Lucchini... Autres programmes : "Le monde est un campus", des portraits d'étudiants étrangers en France, "People are strange", une actualité "people" vue par des jeunes chercheurs, ou encore "Babel Oueb" une revue du web originale... Au fil des mois bien d'autres programmes viendront enrichir France Culture Plus, une web radio que nous avons conçu comme un work in progress.

Propos recueillis par Emmanuel Vaillant

 

blog comments powered by Disqus







OK

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt. Gérer les cookies sur ce site