1. Apprentissage : ce qui change en 2017
Décryptage

Apprentissage : ce qui change en 2017

Envoyer cet article à un ami
Plusieurs mesures ont été prises pour valoriser les formations en alternance à tous les niveaux de formation. // © Fotolia
Plusieurs mesures ont été prises pour valoriser les formations en alternance à tous les niveaux de formation. // © Fotolia

Apprentissage jusqu’à 30 ans, ouverture à des titres professionnels, prime pour les moins de 21 ans… les pouvoirs publics ont multiplié les mesures pour valoriser cette voie de formation. Le point sur les nouveautés 2017.

L'âge limite repoussé à 30 ans dans 7 régions

Même si vous avez plus de 25 ans, vous pouvez encore signer un contrat d'apprentissage dans certaines régions. La loi Travail du 8 août 2016 a relevé l'âge maximal d'entrée en apprentissage de 25 à 30 ans, à titre expérimental, dans 7 régions pour la période 2017-2019 : Bretagne, Bourgogne-Franche-Comté, Centre-Val-de-Loire, Grand-Est, Hauts-de-France, Nouvelle-Aquitaine, Pays de la Loire. Si l'expérience est concluante, elle sera généralisée en 2020 à toute la France.

Une prime de 335 € pour les moins de 21 ans

Pour tous les apprentis de moins de 21 ans, l'État a décidé de verser, en 2017, une prime exceptionnelle de 335 € destinée à améliorer le pouvoir d'achat des plus jeunes des apprentis, qui touchent une très faible rémunération. Un jeune de moins de 18 ans en première année de contrat d'apprentissage perçoit seulement 25 % du SMIC, soit 370,07 € depuis le 1er janvier 2017.

À lire aussi : Calculez votre salaire en alternance.

Plus d'apprentis au sein de l'État

La fonction publique d'État (ministères, préfectures et autres services déconcentrés) recrute 10.000 apprentis en 2017, soit 4.000 de plus qu'en 2016. Tous les niveaux de formation – du CAP (certificat d'aptitude professionnelle) au master – sont concernés. Mais l'ensemble des fonctions publiques, et notamment les collectivités locales, recrutent aussi par la voie de l'alternance. Vous trouverez des offres de contrat d'apprentissage ou de professionnalisation dans le secteur public sur le site de la BIEP (Bourse interministérielle de l'emploi public) et dans notre rubrique jobs, emploi, stages, alternance.

Des titres professionnels en apprentissage

En 2016, l'État a ouvert à l'apprentissage des titres professionnels du ministère du Travail et de l'Emploi sur des métiers en tension ou peu attractifs : assistant de vie aux familles, chaudronnier, gestionnaire de paye, maçon… 85 titres ont déjà été identifiés. Les formations sont plus courtes et conçues avec les entreprises et les branches professionnelles en fonction de leurs besoins. Avantage : vous avez un choix plus large de formations et vous pouvez commencer votre apprentissage toute l'année et plus seulement en septembre. Les deux publics prioritaires sont les jeunes sans diplôme et ceux ayant déjà un titre, ou un diplôme ou titre de niveau V au minimum, qui souhaitent se spécialiser.

Le statut d'EAP (étudiant apprenti professeur)

Vous pouvez conclure un contrat d'apprentissage pour devenir professeur des écoles ou professeur de l'enseignement secondaire. Vous alternerez formation universitaire et immersion encadrée par un tuteur enseignant durant deux demi-journées par semaine. Ce statut d'étudiant apprenti professeur permet de se préparer aux concours d'enseignement (CRPE – concours de recrutement de professeurs des écoles – et CAPES – certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement du second degré) tout en finançant vos études. Attention, la priorité est donnée aux étudiants boursiers.

Test : Êtes-vous fait pour devenir enseignant ?

L'accès au CROUS

À partir de 2017, les prestations du CROUS (hébergement, restauration...) sont ouvertes à tout apprenti titulaire d'une carte d'étudiant des métiers. Il est donc possible, comme les étudiants "classiques", de bénéficier des services des œuvres universitaires et scolaires à tarif social. Vous devez demander à votre établissement (le plus souvent un CFA – centre de formation d'apprentis) de vous délivrer la carte d'étudiant des métiers (appelée aussi "carte nationale d'apprenti") pour faire valoir vos droits sur l'ensemble du territoire national.