1. Le contrat d’apprentissage
Boîte à outils

Le contrat d’apprentissage

Envoyer cet article à un ami
Sommaire du dossier
Retour au dossier Le contrat d’apprentissage Le contrat de professionnalisation Les formations supérieures qui ont la cote La sélection à l'entrée, mode d'emploi Comment s'inscrire : la marche à suivre Comment trouver un employeur ? Les instances qui veillent au grain Les conseils de l'Etudiant

Troquer son statut de lycéen ou d’étudiant contre celui d’apprenti bouleverse passablement la vie quotidienne. Contrepartie d’une certaine autonomie financière, avec une formule en alternance, vous n’avez guère le temps de souffler.

Le contrat d’apprentissage : certifié Education nationale

Le contrat d’apprentissage est un contrat de travail particulier. Ouvert à tous les niveaux de formation, il permet à des jeunes de 16 à 25 ans (dès 14 ans avec le nouveau dispositif d’apprenti junior) de préparer un diplôme, un titre homologué ou un titre d'ingénieur. Les formations se déroulent toutes dans des CFA (centres de formation d’apprentis) soumis au contrôle de l’Education nationale. Les contrats, d’une durée de un à trois ans, peuvent être renouvelés pour ceux qui préparent plusieurs diplômes. Les rémunérations varient entre 25 % et 78 % du SMIC en fonction de l’âge de l’apprenti et de l’année d’exécution du contrat (1re année, 2e année, 3e année).

Un rythme intensif

Les périodes passées en centre de formation alternent avec les périodes en entreprise : 30 à 35 heures de cours par semaine (et pas question de sécher les cours : ce serait contraire à votre contrat de travail !), puis pas moins de 35 heures hebdomadaires chez l’employeur. Et ce n’est pas fini : beaucoup d’apprentis se remettent au travail le soir pour préparer leur examen.

Un encadrement par un tuteur

Reste que vous ne serez pas lâché dans la nature. Votre travail dans l’entreprise est encadré par un salarié (baptisé maître d’apprentissage) ayant une certaine expérience du métier. Il est là pour vous guider dans vos missions, effectuer des bilans réguliers, mais aussi entretenir des relations avec l’organisme de formation.

À savoir : le nouveau dispositif d’apprenti junior

À partir de la rentrée 2006, les jeunes pourront dès l’âge de 14 ans quitter le collège pour s’initier durant un an (sous statut scolaire) à différents métiers par le biais d’une alternance de cours en CFA ou en lycée professionnel et de période en entreprise. Ils pourront ensuite soit réintégrer le collège, soit poursuivre dans la voie de l’apprentissage.