1. Contrat en alternance : les démarches de Déborah, après un bac ES
Témoignage

Contrat en alternance : les démarches de Déborah, après un bac ES

Envoyer cet article à un ami
Déborah en BTS NUC. // © Florence Levillain pour L'Étudiant
Déborah en BTS NUC. // © Florence Levillain pour L'Étudiant

Recherche de la formation, de l'employeur et dépôt de candidature – CV, lettre de motivation et entretien d'embauche… Suivez en détail le parcours de Déborah, étudiante-apprentie en BTS commercial, qui a été embauchée par Sandy Dupin de Saint-Cyr, sa tutrice chez Cyberdata Publitest. Ou comment être convaincant lorsque vous postulez dans une entreprise dans le cadre de l'alternance.

Au sommaire


Comment Déborah a décroché son contrat en alternance :
– Sa recherche de contrat
– Son CV 
– Sa lettre de motivation 
– Son entretien d’embauche




Son bac ES en poche en juin 2012, Déborah décide de partir, dès l'été, sept mois à Londres. Son objectif : apprendre l'anglais, tout en prenant le temps d'affiner son projet professionnel. Déjà très autonome, la jeune francilienne trouve rapidement un travail de serveuse, puis un logement. C'est à ce moment-là que son envie de préparer un BTS en alternance a mûri : "Depuis mes 16 ans, je travaillais régulièrement dans la restauration, et j'avais une bonne idée de ce qu'était la vie active. C'était donc assez logique pour moi de préparer mon diplôme en alternance. Cela me semblait plus intéressant et plus motivant que de me contenter de ne suivre que des cours."


1. Choisir d'abord son école


Avant de partir en Angleterre, Déborah (photo, © Florence Levillain) avait plutôt envie de préparer un bac + 2 dans le domaine de la communication, mais elle a vite compris qu'il lui serait compliqué de trouver une entreprise pour l'accueillir dans ce secteur difficile. Elle décide donc d'opter pour une formation commerciale, en partant du principe qu'il lui sera toujours possible de se réorienter dans la communication. Elle se renseigne (via Internet) sur le contenu de différents BTS commerciaux et opte pour le BTS NRC (négociation relation client). Les matières enseignées correspondaient bien à ce qu'elle avait envie d'apprendre.

Depuis l'Angleterre, avec l'appui logistique de sa mère, Déborah postule auprès de 6 écoles, pas trop distantes de la maison familiale, dans les Yvelines (78), pour ne pas avoir à payer un loyer. Elle est acceptée dans toutes : "J'avais eu des notes moyennes au bac, mais je pense que mon expérience professionnelle et mon anglais ont joué en ma faveur".


2. Sélectionner dans la foulée l'entreprise qui s'occupera bien de vous


En parallèle de la validation de ses dossiers d'inscription dans les différentes écoles, Déborah commence à chercher une entreprise pour signer un contrat en apprentissage : "Toutes les écoles disent : 'Nous avons un réseau d'entreprises', mais ce n'est pas toujours vrai. Je ne me suis donc pas reposée sur elles. Mais j'ai quand même été surprise que certaines d'entre elles nous demandent de les vendre auprès des entreprises quand on avait un bon contact...".

À cette mauvaise impression s'ajoutent des échos négatifs sur la qualité du suivi en alternance par d'anciens étudiants dans certaines écoles : "C'est ce qui m'a permis d'éliminer 4 écoles et de ne garder que celles qui me semblaient les plus sérieuses : Codis [Paris Xe arrondissement] et Stephenson [Paris, XVIIIe arrondissement]". Déborah rédige un CV et une lettre de motivation, et se met en quête d'un contrat – depuis l'Angleterre.


3. Cibler les entreprises qui vous intéressent au bon moment


Déborah a beaucoup utilisé Internet pour sa recherche d'entreprises, notamment les sites d'annonces spécialisés. "J'ai envoyé plus d'une centaine de candidatures, en ciblant plutôt les petites et les moyennes entreprises, car je n'étais pas attirée par les grandes boîtes : j'avais peur d'y être moins bien suivie, d'avoir moins de proximité avec mes collègues." Déborah décroche 3 entretiens : un premier chez British Petroleum, à la suite d'une annonce trouvée sur le site de l'Etudiant, un autre via l'école Stephenson, et un troisième via l'école qu'elle intégrera ensuite – Codis –, qui avait envoyé son CV à Cyberdata Publitest. D'après Déborah, "c'est sur la recherche de l'entreprise qu'il faut mettre le plus d'énergie, parce que, quand on a le contrat, trouver une école n'est plus un problème".

Sandy Dupin de Saint Cyr - Cyberdata Publitest - alternance // © Florence LevillainLa tutrice de Déborah, Sandy Dupin de Saint-Cyr, embauche un ou deux jeunes apprentis en BTS commercial par an. // © Florence Levillain.

La difficulté pour le candidat à l'alternance est de savoir quand commencer sa recherche de contrat : ni trop tôt, pour ne pas s'épuiser, ni trop tard, pour ne pas louper le coche. Sandy Dupin de Saint-Cyr (photo), commerciale chez Cyberdata Publitest et tutrice de Déborah, et elle-même ancienne apprentie, explique que c'est fin mai-début juin que son entreprise se met à la recherche de candidats pour la rentrée suivante : "Chaque année, j'embauche, pour 2 ans, 1 ou 2 jeunes qui souhaitent préparer en apprentissage un BTS NRC – c'est le BTS qui correspond le mieux aux tâches d'assistant commercial que nous confions à nos apprentis". 

Sandy Dupin de Saint-Cyr a l'habitude de travailler avec 4 écoles qu'elle connaît bien et dont elle apprécie le sérieux et le suivi des alternants. Ce sont donc ces écoles qui lui envoient, à sa demande, des CV de candidats.


4. Rédiger un CV et une lettre simples mais efficaces


Déborah n'a pas passé beaucoup de temps à rédiger son CV, tout simplement parce que travaillant depuis l'âge de 16 ans, elle a souvent eu l'occasion d'en présenter. "J'ai toujours gardé la même base de CV, que j'ai enrichie de chaque nouvelle expérience professionnelle, en tenant compte des remarques qu'on avait pu me faire entre-temps."

Pour recruter un apprenti, Sandy reçoit une trentaine de CV. "On privilégie d'abord la proximité géographique du jeune par rapport à l'entreprise. Je ne veux pas de candidat qui soit obligé de faire 2 heures de transport pour venir travailler. Ensuite, on examine la présentation du CV – celui de Déborah était clair, propre. Ce qui a tout de suite retenu mon attention, c'est le fait qu'elle soit partie seule en Angleterre, à 18 ans, pour travailler comme serveuse dans la restauration et pour prendre des cours d'anglais. J'ai trouvé cela courageux, ce n'est pas une démarche classique. En réalité, son CV et sa lettre m'ont tellement séduite qu'avant même de la rencontrer, je voulais la recruter !"

Sommaire du dossier
Retour au dossier Contrat en alternance : les démarches de Déborah, après un bac ES Contrat d'apprentissage : les conseils d'un recruteur pour réussir CV, lettre et entretien