1. Aménagement du paysage : quels métiers recrutent en alternance ?
Décryptage

Aménagement du paysage : quels métiers recrutent en alternance ?

Envoyer cet article à un ami
Le Potager du roi, héberge à Versailles l’École nationale supérieure du paysage. Elle prépare en 3 ans au diplôme d’État de paysagiste. 10 % des élèves suivent le cursus en contrat d’apprentissage. // © Meyer/Tendance Floue pour l'Etudiant
Le Potager du roi, héberge à Versailles l’École nationale supérieure du paysage. Elle prépare en 3 ans au diplôme d’État de paysagiste. 10 % des élèves suivent le cursus en contrat d’apprentissage. // © Meyer/Tendance Floue pour l'Etudiant

À l’ère du zéro phyto et d’importants projets urbains (comme le Grand Paris), le secteur de l’aménagement du paysage est porteur. Si la filière a subi les contrecoups de la crise économique, la tendance est désormais à l’optimisme : les besoins vont augmenter.

Quels métiers ? Quels diplômes ?

Les métiers qui recrutent le plus sont : jardinier-paysagiste, chef d'équipe et chef de chantier en entretien comme en création, ou encore grimpeur-élagueur. Tous les diplômes de cette filière relèvent de l'enseignement agricole et vont du CAPA (certificat d'aptitude professionnelle agricole) travaux paysagers jusqu'au diplôme d'ingénieur. 1 salarié sur 4 possède un diplôme équivalent ou supérieur à bac+2.

L'alternance est plutôt répandue dans le secteur de l'aménagement paysager, mais avec une nette préférence pour les contrats d'apprentissage. Aux niveaux IV et V, les diplômes recherchés sont le BPA (brevet professionnel agricole), le BP (brevet professionnel) travaux paysagers et le bac pro aménagements paysagers, suivis idéalement d'un des nombreux CS (certificats de spécialisation) proposés par la filière (par exemple : taille et soins des arbres, jardinier de golf et entretien de sols sportifs engazonnés, constructions paysagères...). Tous se préparent en 1 an.

Au niveau bac+2, le BTS (brevet de technicien supérieur) aménagements paysagers est bien placé et répond au fort besoin de chefs de chantier. Beaucoup d'étudiants poursuivent vers une licence professionnelle en aménagements paysagers (proposée par 15 universités), leur permettant d'acquérir le grade L3, reconnu à l'échelle européenne.
À bac+5, on distingue deux familles d'écoles : celles qui forment des ingénieurs du paysage, d'une part, et les écoles de conception paysagère, d'autre part.

Les perspectives de recrutement en alternance

L'aménagement du paysage forme tous les ans entre 8.000 et 10.000 apprentis, ce qui représente environ 12,5 % de son effectif salarié. Preuve que ce mode de formation est apprécié par les 28.600 entreprises du secteur ! Selon l'UNEP (Union nationale des entreprises du paysage), 40 % des entreprises éprouvent des difficultés à trouver des candidats adéquats, principalement en raison du manque de qualification ou de motivation de ces derniers. Les recruteurs cherchent avant tout des profils qui maîtrisent bien les techniques d'aménagement paysager. Une bonne connaissance des végétaux et des écosystèmes est aussi impérative. Par ailleurs, avoir des compétences numériques ou marketing est apprécié des recruteurs en 2017. Les nouvelles technologies sont appelées à s'étendre à tous les métiers.

Michèle Gasquet, vice-présidente de l'UNEP (Union nationale des entreprises du paysage), chargée de la formation

"Après un bac général ou professionnel, le BTS est un excellent diplôme pour accéder aux métiers du paysage qui offrent des perspectives d'évolution importantes. Il faut aussi savoir qu'un diplôme en aménagement du paysage n'ouvre pas uniquement les portes de cette branche, un diplômé peut très bien décrocher un poste dans la vente. Ou choisir de poursuivre ses études en école d'ingénieurs. Aujourd'hui, les perspectives sont assez larges."

Où se renseigner ?

• Le site de l'UNEP regroupe une multitude d'informations sur le secteur et les métiers du paysage. Vous pourrez télécharger une publication réalisée avec l'Onisep sur les métiers de la filière.
Le ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt recense sur son site les établissements d'enseignement agricole publics ou privés (838 lycées, 152 centres de formation d'apprentis, 19 établissements d'enseignement supérieur).