1. Le vrai/faux des idées reçues sur l’alternance
Boîte à outils

Le vrai/faux des idées reçues sur l’alternance

Envoyer cet article à un ami
L'alternance a eu pendant longtemps une mauvaise image, mais ça, c'était avant ! // © PlainPicture / Cultura
L'alternance a eu pendant longtemps une mauvaise image, mais ça, c'était avant ! // © PlainPicture / Cultura

Il y a quelques années, l’alternance était considérée comme un mode de formation de seconde zone réservé aux mauvais élèves incapables de rester plus de 5 minutes d’affilée face à un tableau noir… Aujourd’hui, à l’inverse, elle est de plus en plus souvent présentée comme la solution miracle pour lutter contre le chômage des jeunes et attire de plus en plus d'élèves avides de concret. Où est le faux, où est le vrai ? Nos réponses.

Sommaire du dossier
Idée reçue : l’apprentissage est une voie de garage pour les mauvais élèves Idée reçue : l’alternance, c’est pas pour les filles Idée reçue : l’alternance, c’est pour les métiers manuels Idée reçue : en alternance, on ne peut préparer que des bacs pro et des CAP Idée reçue : seules l’hôtellerie et l’industrie recrutent en alternance Idée reçue : une formation en alternance, ça ne coûte rien à l’apprenti Idée reçue : en alternance, le rythme est difficile à tenir Idée reçue : en alternance, on est mal payé Idée reçue : en alternance, on n’a pas de vacances Idée reçue : si l’entreprise ferme ses portes, on perd tout Idée reçue : si l’entreprise ne nous engage pas à l’issue de la formation, on touche le chômage Idée reçue : après une formation en alternance, l’employeur n’est pas obligé de proposer un poste à son apprenti