1. Les recrutements en alternance dans l'agroalimentaire
Décryptage

Les recrutements en alternance dans l'agroalimentaire

Envoyer cet article à un ami
Sommaire du dossier
Retour au dossier Les recrutements en alternance dans l'agriculture Les recrutements en alternance dans l'agroalimentaire Les recrutements en alternance dans l'aménagement du paysage Les recrutements en alternance dans l'artisanat et les métiers d'art Les recrutements en alternance dans l'assurance Les recrutements en alternance dans l'automobile Les recrutements en alternance dans la banque Les recrutements en alternance dans le bâtiment et les travaux publics Les recrutements en alternance dans la coiffure Les recrutements en alternance dans le commerce Les recrutements en alternance dans la grande distribution Les recrutements en alternance dans l'hôtellerie et la restauration Les recrutements en alternance dans l'industrie Les recrutements en alternance dans l'informatique, les télécoms et le multimédia Les recrutements en alternance dans la santé et le social Les recrutements en alternance dans le transport et la logistique

L'alternance séduit de plus en plus les étudiants avides d'expériences pratiques et les entreprises à la recherche de jeunes immédiatement opérationnels. Du CAP au bac+5, tous les niveaux de formation sont concernés, dans un grand nombre de secteurs.

L'industrie agroalimentaire française est le premier secteur industriel en France. Elle emploie environ 500.000 salariés dans près de 13.500 entreprises. Et la filière s'est engagée à former pas moins de 150.000 jeunes en alternance entre 2014 et 2017.

Quels métiers ? Quels diplômes ?

La filière compte plus de 80 métiers : responsable recherche et développement, maître de chai, opérateur de production, technicien de maintenance, agent logistique...

Les diplômes recherchés en alternance (contrat d'apprentissage et contrat de professionnalisation), du CAP (certificat d'aptitude professionnelle) au diplôme d'ingénieur, concernent principalement les métiers de la production, de la maintenance, de la logistique ou de la vente. Et les fonctions occupées, à terme, sont chef d'équipe commerciale, conducteur de ligne de production, opérateur de machine, agent de maintenance...

Mais l'industrie agroalimentaire recrute également dans des fonctions transverses, qui sont présentes dans d'autres secteurs. Les jeunes peuvent donc aussi conclure un contrat en alternance dans les entreprises du secteur, même si leur diplôme n'est pas spécialisé dans l'agroalimentaire. Sont ainsi recherchés les diplômes du domaine de la maintenance (bac professionnel, BTS (brevet de technicien supérieur), Licence pro), pour travailler comme technicien ou opérateur de maintenance, et les diplômes de logistique (infrabac à licence pro), pour devenir logisticien.

En revanche, il y a assez peu d'opportunités dans les fonctions de recherche et développement, qui sont pourtant très demandées par les jeunes. Les recruteurs de l'agroalimentaire sont aussi intéressés par les diplômes du secteur commercial de niveau bac+2, de type BTS MUC (management des unités commerciales) ou BTS NRC (négociation et relation clients).

Les perspectives de recrutement en alternance

Selon une étude de l'Observatoire des métiers Observia, parue en 2013, la filière a conclu, en 2012, plus de 6.000 contrats en alternance, dont la moitié en apprentissage. Les secteurs de la transformation laitière et la boulangerie-pâtisserie industrielle sont les secteurs qui enregistrent le plus de contrats d'apprentissage. De manière générale, les entreprises dont les process sont automatisés ont davantage recours à l'alternance que les entreprises à dominante manuelle.

En ce qui concerne les emplois, visez plutôt les métiers en tension : conducteur de ligne, opérateur de production (accessible essentiellement en CAP et CQP – certificat de qualification professionnelle) ou encore opérateur logistique (du CAP à la licence professionnelle spécialisée en logistique), agent de maintenance ou commercial.

Les recrutements en alternance dans l'agroalimentaireL'avis d'un pro

Morgan Oyaux, directeur des affaires sociales à l'ANIA (Association nationale des industries alimentaires).

"Il faut bien garder en tête que le secteur de l'agroalimentaire, c'est 58 % d'ouvriers. De plus en plus de jeunes vont en BTS après un bac pro. Pourtant, les recruteurs ont besoin de bacs pro."

Où se renseigner ?
- Pour tout savoir sur les métiers de l'alimentation.
- Les IFRIA (instituts de formation régionaux des industries agroalimentaires) forment 1.300 apprentis par an. Vous trouverez sur leur page dédiée à l'apprentissage des grilles de salaire selon l'âge et le niveau d'apprentissage, des témoignages (Candia, Nestlé, Amora) et des offres d'apprentissage.
- Les ENIL (écoles nationales d'industrie laitière) proposent des formations en alternance à différents niveaux, dans les domaines agroalimentaire, fromagerie, eau, analyses de laboratoire…
- Les pages "Carrière" ou "Recrutement" des sites Internet des entreprises du secteur (Coca-Cola Entreprise, Nestlé, Unilever…).