1. Worldskills 2017 : l'équipe de France a de l'or dans les doigts
Portrait

Worldskills 2017 : l'équipe de France a de l'or dans les doigts

Envoyer cet article à un ami
Les 39 membres de l'équipe de France des métiers concourront du 14 au 19 octobre aux Worldskills 2017 à Abu Dhabi. // © Worldskills France
Les 39 membres de l'équipe de France des métiers concourront du 14 au 19 octobre aux Worldskills 2017 à Abu Dhabi. // © Worldskills France

39 jeunes professionnels français affronteront des candidats de 76 pays aux prochaines Olympiades des métiers d'Abu Dhabi (Émirats arabes unis) du 14 au 19 octobre 2017. Focus sur trois profils de l'équipe de France des métiers qui espèrent bien ramener l'or dans leur catégorie.

Feront-ils mieux que leurs aînés ? À São Paulo en 2015, l'équipe de France avait ramené 9 médailles : 2 en or, 4 en argent et 3 en bronze. Mais le record à battre est celui de 2011 : à Londres, elle avait alors ramené 9 médailles dont 3 en or. Pour l'édition 2017, 39 jeunes professionnels de moins de 23 ans défendront les savoir-faire français dans de nombreux métiers face à d'autres jeunes venus de 76 pays à travers le monde. Les Worldskills, ces Olympiades des métiers, ont lieu tous les deux ans depuis 1950. Et les jeunes professionnels s'y préparent comme des sportifs de haut niveau !

Bien représentés au sein de l'équipe tricolore, les métiers traditionnels de l'artisanat comme l'alimentation (boulangerie, cuisine...), le BTP (carrelage, charpente, peinture...) ou les services (coiffure, soins esthétiques, art floral...). Moins connus, les métiers de l'industrie, du végétal ou encore des nouvelles technologies sont pourtant présents : concourent ainsi aux Olympiades des fraiseurs, des mécatroniciens, des professionnels de la maintenance, des imprimeurs, des administrateurs de réseaux informatiques ou encore des jardiniers paysagistes.

Jeanne-Marie dans la catégorie bijouterie : "La compétition me permet de me perfectionner"

Jeanne-Marie, 20 ans, concourt aux Olympiades des métiers dans la catégorie bijouterie tout en préparant son brevet des métiers d'art. "Ces compétitions m'apportent déjà beaucoup pour ma formation" sourit la jeune femme qui a raflé la médaille d'or à la finale nationale qui a eu lieu à Bordeaux en mars dernier et prépare actuellement un brevet des métiers d'art (BMA) en alternance chez Amalphy, une entreprise de sous-traitance qui travaille pour des grandes maisons de la place Vendôme. "Chaque professionnel rencontré à ces occasions me fait découvrir ses propres techniques. J'essaie de me les approprier avant de trouver celle qui me convient le mieux. C'est excellent pour se perfectionner".

Lire aussi : Artisanat, arts : quels métiers recrutent en alternance ?

Après un bac ES, cette passionnée de dessin intègre l'école de la bijouterie joaillerie de Paris, rue du Louvre, pour y préparer son CAP arts et techniques de la bijouterie. "C'est en me rendant à un salon des formations artistiques que j'ai trouvé l'école qu'il me fallait", explique Jeanne-Marie. "L'année de terminale durant les vacances de Pâques, j'ai suivi une préparation au concours d'entrée de la BJOP, qui est une école très sélective : 30 places pour plusieurs centaines de candidats." La compétition, ça la connaît.

Jérémy dans la catégorie imprimerie : "Sur un CV, une médaille, quelle qu'elle soit, est très bénéfique !"

Jérémy, 21 ans, veut décrocher l'or dans la catégorie imprimerie. // © Worldskills France

"Sur un CV, une médaille, quelle qu'elle soit, est très bénéfique ! Dès ma sortie de BTS j'avais trouvé un poste !", se réjouit Jérémy, 21 ans, imprimeur comme son frère aîné et son grand-père. Pour se former à son tour au métier, le jeune homme a passé un bac pro industrie graphique option imprimerie au lycée professionnel Albert Bayet de Tours qui propose des formations en industries graphiques. Puis a enchaîné avec un BTS communication graphique option réalisation de produits imprimés. Aux Olympiades nationales en mars 2017, il a raflé la médaille d'or catégorie imprimerie avec une note de 557 sur 600.

"Se comparer avec les autres jeunes durant ces Olympiades permet de savoir ce que l'on vaut", estime Jérémy, passionné par son métier et animé d'un fort esprit de compétition, qu'il a en parti assouvi en pratiquant le basket pendant quinze ans. Comme les 38 autres membres de l'équipe il s'entraîne dur pour la compétition internationale à Abu Dhabi en octobre : "J'ai un planning d'entraînement bien précis. Il y a une dizaine d'épreuves en imprimerie qui demandent beaucoup de préparation pour acquérir et perfectionner toutes les techniques et compétences demandées". Jérémy ne cache pas son objectif : décrocher l'or à l'issue de la compétition internationale. Actuellement salarié, son rêve serait d'ouvrir avec son frère sa propre entreprise.

Anthony dans la catégorie menuiserie : "Il est important de savoir repousser son seuil de fatigue"