APL, constructions, bail courte durée...: ce qui vous attend dans le plan logement

Le plan du gouvernement résoudra-t-il la crise du logement étudiant ? // © plainpicture/Westend61/Achim Sass

Qu'est-il prévu en termes de logement étudiant pour les cinq prochaines années ? Mercredi 20 septembre 2017, le gouvernement a dévoilé les grandes lignes de son plan portant sur ce sujet. Pour l'APL, pas de surprise : l'heure est à la baisse.

Du positif… et du négatif. Mercredi 20 septembre 2017, Jacques Mézard, le ministre de la Cohésion des territoires, a dévoilé le plan logement du gouvernement mis en place pendant les cinq prochaines années pour mieux gérer les dépenses publiques… et réaliser des économies.

Côté APL (allocation personnalisée au logement), la ligne n'a pas bougé d'un pouce malgré les pétitions et manifestations. L'APL va donc diminuer de 5 € par mois dès le 1er octobre 2017 et le gouvernement compte sur les propriétaires d'appartements pour baisser les loyers.

Lire aussi : APL : ces 5 € en moins qui déclenchent la colère des étudiants

Idem pour les locataires du parc HLM : une baisse allant jusqu'à 60 € par mois est prévue, sachant que l'Etat veut imposer aux bailleurs sociaux une baisse équivalente des loyers.

Des logements en plus

Parmi les bonnes nouvelles, le gouvernement prévoit de construire 80.000 logements sur le quinquennat (contre 50.000 sur le précédent) : 60.000 pour les étudiants et 20.000 pour les jeunes actifs.

Autre mesure en votre faveur : "une solution de garantie à l'ensemble des étudiants locataires sans conditions de ressources et pour tous les logements" figure au programme via la nouvelle version du système de caution locative gratuite Visale.

Un bail "courte durée"

En outre, il est prévu de créer un "bail mobilité adapté à la vie professionnelle". Il s'agirait d'un bail de courte durée, de un à dix mois, sans dépôt de garantie.

Lire aussi : Logement étudiant : les pistes pour trouver à la dernière minute

Plus de mixité générationnelle

Enfin, le gouvernement souhaite développer l'habitat intergénérationnel "en exonérant d'impôt sur le revenu les loyers perçus par un propriétaire qui souhaite sous-louer une pièce, meublée ou non, à un étudiant". La mesure fiscale existe déjà, mais l'idée est d'inciter encore davantage les personnes âgées à vous accueillir…

Pour aller plus loin