1. Bac ES : fiche de révision SES - Flexibilité et qualifications

Bac ES : fiche de révision SES - Flexibilité et qualifications

Envoyer cet article à un ami
Sommaire du dossier
Retour au dossier Bac ES : fiche de révision - L'investissement et ses déterminants Bac ES : fiche révision SES - Progrès technique et emploi Bac ES : fiche révsions SES - L'évolution du marché du travail Bac ES : fiche de révision SES - Flexibilité et qualifications Bac ES - Fiches révision SES - Quelques explications du chômage Bac ES- fiches révisions SES - les inégalités économiques et sociales Bac ES - Fiches révisions SES - Egalité, inégalités et croissance économique Bac ES - Fiches révision SES - Mouvements sociaux et action collective aujourd'hui Bac ES - fiches révision - Un affaiblissement du lien social ? Bac ES - fiches révision SES - Le commerce international et sa régulation Bac ES - fiches révision SES - Les effets pervers économiques et sociaux de la mondialisation Bac ES - Fiches révision SES - Les étapes de l'intégration européenne Bac ES - Fiches révisions SES - Intégration européenne et protection sociale


Découvrez toutes les fiches bac, pour toutes les matières, sur le site de notre partenaire Hatier :

 

L’accroissement de la flexibilité et des qualifications peut-il stimuler les créations d’emplois?


La flexibilité


Définition

On regroupe sous ce terme tout ce qui permet à l’entreprise de s’adapter rapidement aux fluctuations de la demande. La flexibilité concerne bien sûr le capital : les machines à commandes numériques, les robots programmables. Pourtant, le terme est plus souvent associé au facteur travail et à son organisation.
• On distingue 5 formes de flexibilité du travail :
flexibilité quantitative externe : possibilité d’adapter le nombre de travailleurs aux variations de la demande, par le recours au travail temporaire, à l’intérim
flexibilité quantitative interne : variation de la durée du travail, des horaires, annualisation du temps de travail
flexibilité fonctionnelle : polyvalence des hommes dont les tâches varieront en fonction de la demande
externalisation d’une partie de la production par recours à la sous-traitance
flexibilité des rémunérations
Ces formes de flexibilité répondent à un impératif de baisse des coûts de production (par suppression des stocks), dans un contexte de concurrence internationale accrue.


Une solution pour créer des emplois?


Pour l’analyse libérale, tout ce qui peut supprimer les rigidités dont souffre le marché du travail est favorable à l’emploi. Ainsi, la flexibilité peut favoriser l’emploi car :
– elle abaisse le coût du travail en évitant les coûts liés à d’éventuels sureffectifs
– la baisse du coût du travail, alliée à un meilleur amortissement du capital (par hausse de la durée d’utilisation de celui-ci – travail de nuit, horaires flexibles) favorise les profits, qui, à leur tour, incitent à produire, à investir, donc à embaucher
– la baisse des coûts entraîne la baisse des prix, ce qui stimule la consommation

• Pourtant l’augmentation de la flexibilité présente des limites :
– la flexibilité quantitative externe accroît le dualisme du marché du travail ; les jeunes et les femmes sont les premières victimes de la segmentation entre travailleurs flexibles (CDD, intérimaires…) et travailleurs non flexibles
– les keynésiens montrent que cette précarité pèse sur les revenus, donc sur la demande et sur l’emploi
– la flexibilité par externalisation fait reposer sur le sous-traitant le coût économique et humain des licenciements en cas de ralentissement de la conjoncture.


La délicate question des qualifications


Une double définition

La définition de la qualification est un enjeu des rapports de force entre employeurs et salariés :
– pour le travailleur, la qualification rassemble les qualités propres à chacun, acquises par la formation ou l’expérience
– pour les employeurs, la qualification est définie par rapport au poste de travail : seules sont prises en compte les qualités requises pour occuper un poste de travail
L’enjeu de la définition de la qualification réside dans les grilles de salaires. Les syndicats de salariés se réfèrent à la 1ère définition et disent que les salaires doivent augmenter avec l’ancienneté. Les employeurs préféreront la 2nde définition qui leur permet de limiter les hausses de salaires.
La qualification, telle qu’elle est codifiée dans les grilles de classification, exprime un compromis social qui résulte de la négociation collective.

Qualification et emploi



Il existe une corrélation inverse entre qualification (appréhendée par le niveau de diplôme) et taux de chômage.
En outre, le chômage structurel est lié à une inadéquation entre qualification des personnes et qualification des emplois.
Pourtant, le niveau de qualification des personnes a crû plus rapidement que celui des emplois, d’où une concurrence accrue entre diplômés et un risque de déclassement et de déqualification pour certains jeunes salariés.
On notera aussi que les employeurs demandent aujourd’hui de nouvelles compétences individuelles (communication, travail en équipe, autonomie) qui peuvent exclure certains salariés.


Retour au sommaire

Les citations pour gagner des points au bac Anglais au lycée : Faîtes la différenceBAC : Objectif mentionBAC : Les trucs des cracks À LIRE4 livres pour faire la différence
et obtenir une mention au bac