1. Bac ES 2018 : l’épreuve de SES sciences économiques et sociales, à quoi s’attendre
Coaching

Bac ES 2018 : l’épreuve de SES sciences économiques et sociales, à quoi s’attendre

Envoyer cet article à un ami
Bac ES - À quoi s'attendre // © Juliette Lajoie
Bac ES - À quoi s'attendre // © Juliette Lajoie

L’épreuve de sciences économiques et sociales au bac ES dure 4 heures pour la partie obligatoire, 1 heure en plus le même jour pour la spécialité (économie approfondie ou sciences sociales et politiques). Le coefficient est 7 (ou 9 si vous choisissez cette discipline comme enseignement de spécialité).

Les candidats ont le choix entre 2 types d'exercices : une dissertation s’appuyant sur un dossier ou une épreuve composée de 3 parties distinctes. Pour la dissertation, il s'agit de répondre à une problématique à l'aide d’un corpus de documents. Pour l’épreuve composée, il s’agit de répondre à plusieurs questions et de rédiger une minidissertation sur la base d'un dossier documentaire. Le sujet de dissertation et celui de la troisième partie de l'épreuve composée portent sur des champs différents du programme : science économique, sociologie, regards croisés.

La dissertation. Elle s'appuie sur un dossier de 3 ou 4 documents et vise à répondre de façon construite et argumentée à un sujet donné. Elle a pour objectif d'évaluer les “capacités du candidat à poser et traiter, d'une manière organisée et réfléchie, un problème exigeant un effort d'analyse économique et/ou sociologique”. Attention, les documents fournis étant uniquement factuels et descriptifs, ils ne donnent pas d'explication “clés en main” pour répondre au sujet. “C'est pourquoi il faut avoir des connaissances solides sur le programme”, explique Didier Anselm, professeur de SES et auteur chez Hatier.

L'épreuve composée. Elle se découpe en 3 parties. La première partie (6 points) consiste en 2 questions de cours. La deuxième partie (4 points) vise à répondre à une question en utilisant un document factuel (graphique, tableau, texte…). Enfin, la troisième partie (10 points) nécessite un raisonnement qui s'appuie sur un dossier documentaire de 2 ou 3 documents différents. C'est une sorte de développement structuré (minidissertation) qui ne nécessite pas pour autant d'avoir recours au plan type de la construction en 2 ou 3 parties. “Pour cette troisième partie, même si l'élève doit s'appuyer sur les documents, ce sont les connaissances personnelles qui priment”, explique Jean-Philippe Fourestier, professeur de SES au lycée Louis-Feuillade de Lunel (34).

L'épreuve de spécialité

Elle porte sur l'économie approfondie ou sur les sciences sociales et politiques selon la spécialité choisie. La durée de l'épreuve est de 1 heure. Les candidats doivent traiter l'un des 2 sujets proposés. Il s'agit d'une question générale, prenant appui sur 1 ou 2 documents. Vous devez conduire une argumentation, mettre en ordre des informations issues du dossier documentaire et de vos connaissances personnelles. “L'exercice ressemble à la partie 3 de l'épreuve composée : construire un raisonnement argumenté en réponse à une question”, analyse Didier Anselm.

FAQ
J’ai choisi la spécialité SES. Par quelle partie dois-je commencer l’épreuve ?
Jean-Philippe Fourestier, professeur de SES au lycée Louis-Feuillade à Lunel (34) est formel : "Commencez par la partie obligatoire. Avec un coefficient 7 (contre 2 pour la partie spécialité), c’est la plus importante. Il faut s’assurer des points."

Faut-il faire un plan en deux ou trois parties ?
"Tout dépend du sujet traité. Pour la dissertation, si le sujet invite au débat, un plan en deux parties est plus indiqué. En revanche, si le sujet est analytique, un plan en 3 parties peut se justifier. Pour le raisonnement (partie 3 de l'épreuve composée), les candidats disposent de davantage de latitude et peuvent traiter la question en autant de parties que nécessaire.

Comment traiter un sujet qui fait polémique ?
Le chômage, les inégalités sociales, les conflits… En SES, les sujets qui peuvent faire l'objet d'une controverse sont nombreux. Faut-il donner votre avis ? Le correcteur attend avant tout de vous une analyse argumentée. “Personnellement, je n'apprécie pas particulièrement les avis tranchés, car rien n'est simple en SES”, estime Jean-Philippe Fourestier.

Qu'est-ce qui plaît le plus aux correcteurs : la dissertation ou l'épreuve composée ?
Il n'y a pas de préférence du côté des correcteurs : les élèves les plus confiants dans leurs qualités de raisonnement et d'argumentation choisissent généralement la dissertation. Ceux qui sont plus sûrs de leurs connaissances choisissent plutôt l'épreuve composée. Un conseil : choisissez l'exercice en fonction de votre maîtrise du thème, et non en fonction de sa nature.