1. Bac L 2016 : les sujets probables en philosophie
Boîte à outils

Bac L 2016 : les sujets probables en philosophie

Envoyer cet article à un ami
Quels sujets risquent de tomber en philosophie au bac L 2016 ? // © Shutterstock
Quels sujets risquent de tomber en philosophie au bac L 2016 ? // © Shutterstock
Sommaire du dossier
Retour au dossier Bac L 2016 : les sujets probables en philosophie Bac L 2016 : les sujets probables en histoire-géographie Bac L 2016 : les sujets probables pour l'épreuve anticipée de sciences Bac L 2015 : corrigé d'un sujet de commentaire de texte en philosophie Bac L 2015 : corrigé d'un sujet de philosophie (autrui) Bac L 2015 : corrigé d'un sujet en philosophie (le temps) Bac L 2015 : corrigé d’un sujet de philosophie (la beauté) Bac L 2015 : corrigé d'un sujet en géographie sur l'Asie du Sud et de l’Est Bac L 2015 : corrigé d'un sujet d'histoire (Chine) Bac L 2015 : corrigé d'un sujet en histoire (les États-Unis) Bac L 2015 : corrigé d'un sujet en histoire (médias et opinion publique) Bac L 2015 : corrigé d'un sujet de géographie (cartes) Bac L 2015 : corrigés de sujets d’histoire-géographie (Asie et puissance américaine)

Candidats au bac L (littéraire) 2016, à quels sujets de philo vous attendre en juin prochain ? Voici nos pronostics, basés en partie sur les avis d'enseignants. Mais attention : gare aux impasses !

La philosophie est la discipline phare de la série littéraire. Tous les sujets ou presque peuvent tomber. Avec 28 notions au programme, impossible de s'atteler à la tâche à la dernière minute. C'est un travail au long cours.

"Le principal n'est pas l'exhaustivité, mais la solidité. Il faut bien posséder ce que vous avez appris, mais il n'est pas nécessaire d'essayer de tout maîtriser, recommande Bernard Casanova, président de l'Association des professeurs de philosophie de Poitiers et professeur au lycée Aliénor-d'Aquitaine de la ville. Le candidat doit avoir des repères conceptuels solides pour pouvoir réfléchir et élaborer sa démarche." Bernard Casanova conseille également de vous constituer "une petite culture philosophique de base autour de quelques auteurs que vous aurez le mieux compris, qui vous auront le plus parlé".

Plusieurs professeurs interrogés ont imaginé des sujets probables ou très probables pour vous entraîner à formuler les problèmes derrière chaque question. Même si les sujets proposés ci-dessous ne tombent pas, exercez-vous à blanc : cela constitue un bon entraînement pour réussir le jour J.

smiley-probable Les sujets les plus probables

"On ne peut pas faire d'impasse sur les grandes notions que sont la justice, la liberté, la vérité et l'État qui sont incontournables", rappelle Damien Theillier. Ce professeur aux lycées Stanislas et Saint-Louis-de-Gonzague, à Paris, auteur du site Cours de philosophie, invite ses élèves à plancher sur : "L'apprentissage de la liberté peut-il se faire sans contraintes ?" ou "Comment pouvons-nous juger d'une injustice ?".

"Vérité, bonheur, liberté... Ces 3 grandes notions associées à d'autres fournissent quantité de sujets", confirme Lucile Peyre, professeur au lycée Saint-Gabriel à Saint-Affrique (12), qui imagine un sujet mêlant vérité et devoir moral : "Peut-on mentir légitimement ? Ou encore un sujet couplant vérité et bonheur : "Faut-il préférer l'exigence de vérité à la poursuite du bonheur ?" Et s'agissant de la liberté qui fournit beaucoup de sujets au bac, Lucile Peyre pose la question : "La liberté est-elle un fardeau ?"

Un sujet sur le rôle de l'État pourrait aussi faire écho à l'actualité dramatique de l'année 2015. L'état d'urgence a privé les individus de certaines libertés publiques comme le droit de manifester. Quid alors de la liberté, de la justice et du droit ? Damien Theillier imagine ainsi des sujets comme "L'ordre s'oppose-t-il à la liberté ?" ou "Ma liberté exclut-elle celle des autres ou bien la suppose-t-elle ?". Patrick Ghrenassia, professeur de philosophie, enseignant à l'université Paris 4-Sorbonne et blogueur pour l'Etudiant, voit bien tomber lui aussi un sujet sur la citoyenneté comme : "L'État a-t-il pour fonction de protéger la liberté ?"

Gilles Vervisch, professeur et auteur de "Star Wars la philo contre-attaque" (éditions Le Passeur), imagine le dilemme suivant : "Le but de l'État est-il de maintenir l'ordre ou d'assurer la justice ?" Pour répondre, pensez à réviser Pascal, Machiavel, Hobbes et Rousseau !

Les sujets de morale reviennent également sur le devant de la scène. "La question morale du bien et surtout du mal est plus que jamais d'actualité", remarque Gilles Vervisch. Ce blogueur (Quelques grammes de philo) verrait bien un commentaire de texte de Hannah Arendt sur la banalité du mal : "Les terroristes sont monstrueux mais aussi terriblement humains", note Gilles Vervisch. L'enseignant verrait aussi un sujet comme "Peut-on vouloir le mal ?" qui pose la question de la liberté. "La liberté n'est-elle qu'une illusion ?" On peut le penser. Quand on se fait endoctriner au point de devenir djihadiste, peut-on encore parler de liberté de choix ? Ou bien est-ce de la pure aliénation ? Autre interrogation brûlante : "Mourir pour une cause donne-t-il une valeur à cette cause ?"

smiley-a-reviser Pensez à réviser aussi

Dans le marais des notions qui peuvent raisonnablement tomber en L, Lucile Peyre imagine des sujets autour des notions d'expérience et d'autrui. "Peut-on faire l'expérience d'autrui ?" ou "Faut-il se mettre à la place de l'autre pour le comprendre ?".

"On peut aussi penser à l'art, une valeur sûre !" estime Patrick Ghrenassia. "Tous les ans, des sujets de dissertation tombent sur l'art, toutes séries confondues. Il y en avait 2 sur 6 l'an dernier." En 2015, l'art est tombé en ES ("L'artiste donne-t-il quelque chose à comprendre ?") ainsi qu'en S ("Une œuvre d'art a-t-elle toujours un sens ?") mais pas en série L. Peut-être l'année 2016 sera-t-elle l'année d'un sujet sur l'art en L !

smiley-peu-probable Les sujets les moins probables

"Les petites notions comme l'interprétation, l'existence ou le temps fournissent peu de sujets de dissertation. On peut peut-être les retrouver sous forme de commentaire de texte", indique Patrick Ghrenassia. L'enseignant a imaginé pourtant des sujets autour de ces notions "outsiders" rarement tombées ces dernières années : "La durée vécue est-elle mesurable ? ", "Le temps a-t-il une utilité sociale ?" (sur le temps) ou "L'existence suppose-t-elle la conscience de la mort ?" ou encore plus vertigineux : "Suffit-il de vivre pour exister ?" (sur l'existence).

L'inconscient fournit également rarement des sujets. Pour Lucile Peyre, "un sujet entier sur l'inconscient m'étonnerait beaucoup. J'imagine plus un sujet mêlant les 3 notions de sujet, conscience et inconscient. Par exemple : Suis-je libre de choisir qui je suis ?"

Enfin, faut-il faire une croix sur la religion ? La notion figure bien au programme mais elle est sujette à polémique et peu consensuelle dans le contexte actuel. "Sujet trop sensible, la religion peut toutefois être évoquée à travers un sujet sur la raison et la croyance", juge Lucile Peyre qui a proposé à ses élèves en bac blanc : "Peut-on croire tout seul ?", qui lie la notion de croyance avec celle d'autrui.

Le tableau ci-dessous recense le nombre de fois où chaque notion du programme a été abordée dans les sujets depuis 2012. La colonne de gauche, les pronostics de l'Etudiant pour 2016 (plus il y a d'étoiles, plus la probabilité est forte). À noter que certains sujets peuvent faire appel à plusieurs notions.

Bac L : nos pronostics en philo

Nos pronostics 2016

Notions

2015
2014
2013
2012
** Le sujet
x
** La conscience
*

La perception

x
*

L'inconscient

**

Autrui

** Le désir
*

L'existence et le temps

x
** La culture
** Le langage x
** L'art x
** Le travail et la technique x
*

La religion

**

L'histoire

** La raison et le réel
x
* Théorie et expérience x x
** La démonstration x
* L'interprétation
** Le vivant x
* La matière et l'esprit x
*** La vérité x
*** La politique
**

La société

x x
*** La justice et le droit
*** L'État x
*** La morale x
*** La liberté x x
** Le devoir x x
*** Le bonheur x

L'épreuve en bref
L'épreuve écrite de philosophie dure 4 heures (coefficient 7 en L). Vous avez le choix entre trois sujets : deux dissertations et une explication de texte. Chaque sujet porte généralement sur plusieurs notions du programme.
La dissertation est un exercice qui consiste à répondre à une question posée par un sujet. Elle n'attend pas une réponse arrêtée (oui ou non), mais implique d'exposer le problème qu'elle soulève. Il s'agit de traduire par écrit votre réflexion.
L'explication de texte est une sorte de dissertation sur une question posée implicitement ou explicitement par un texte. Vous devez analyser précisément ce texte, dans son contenu comme dans sa forme, pour dégager ses enjeux philosophiques.