1. Bac L 2017 : nos pronostics en philosophie
Coaching

Bac L 2017 : nos pronostics en philosophie

Envoyer cet article à un ami
Quels sujets risquent de tomber en philosophie au bac L 2017 ? // © l'Etudiant
Quels sujets risquent de tomber en philosophie au bac L 2017 ? // © l'Etudiant
Sommaire du dossier
Retour au dossier Bac L 2017 : nos pronostics en philosophie Bac L 2017 : nos pronostics en histoire-géographie Bac L 2017 : nos pronostics pour l’épreuve anticipée de sciences Bac 2016 (ES, L) : les sujets et les corrigés de maths Bac L 2016 : les sujets et les corrigés de littérature Bac 2016 : les sujets et les corrigés de physique-chimie (S) et de sciences (ES, L)

Candidats au bac L (littéraire) 2017, à quels sujets de philo vous attendre en juin prochain ? Voici nos pronostics, basés en partie sur les avis d'enseignants. Mais attention : gare aux impasses !

Avec ses 23 notions au programme et un coefficient 7, la philosophie est l’une des épreuves stars de votre bac. "La tendance est plutôt à des sujets généralistes qui ne font pas intervenir de polémiques d’actualité ou de thèmes sensibles dans la société", souligne Clémentine Gourdon, enseignante au lycée en Forêt de Montargis (45).

Vous aurez le choix entre deux sujets de dissertation et un commentaire de texte. "Il faut se méfier des textes, prévient Christine Leroy, enseignante au lycée de l’École internationale bilingue de Paris (17e).  Ils ont souvent l’air faciles, mais sont porteurs de contresens, y compris pour les bons élèves. Je me souviens d’un texte de Spinoza où l’expression 'la fin de l’État' avait été comprise dans les copies comme l’achèvement et non le but…"

smiley-probable Les sujets les plus probables

À regarder les sujets qui sont tombés les années précédentes, certaines notions du programme ont l’air particulièrement à la mode. Il en est ainsi pour l’art, le désir, le bonheur, le travail… "Le bonheur, le devoir, la liberté, cela parle à tout le monde et cela tombe souvent", indique Christine Leroy.

Mais attention ! "Il est rare que ces notions figurent seules dans un sujet de dissertation. Elles sont généralement couplées avec d’autres, souvent en opposition", explique Gilles Vervisch, enseignant au lycée Paul-Émile-Victor à Osny (95). "De fait, le thème du travail est souvent articulé avec le bonheur, la liberté, bref, la morale, explique Christine Leroy. L’art est souvent opposé à l’utilité ou à la connaissance." Pour Gilles Vervisch, la question de l’art est souvent abordée également par le prisme de la relativité (le goût et le rapport à l’art varient selon les gens, les époques, etc.) ou par l’idée de l’accès à l’œuvre d’art (s’adresse-t-elle à la sensibilité ou à la raison ?).

Clémentine Gourdon conseille de réviser les chapitres phares du programme : la liberté mais aussi la société, l’État, la vérité, la conscience. "Ces notions seront utiles au candidat quel que soit le sujet, rappelle l’enseignante. Problématiser un sujet de dissertation conduit souvent à se poser par exemple la question de l’échelle : parle-t-on du point de vue du sujet (la conscience) ou de celui de la société (la société et l’État) ?"

smiley-a-reviser Pensez à réviser aussi

En série L, certains enseignants recommandent d’insister sur l’articulation entre liberté et politique. "La liberté politique, le choix, la citoyenneté sont des thèmes intéressants", estime Gilles Vervisch. Pour Clémentine Gourdon, les élèves peuvent également réviser la technique, la justice et l’histoire. "Ce sont des points précis du programme, qui peuvent apparaître dans les intitulés de sujet. Mais là encore ils supposent d’être mis en perspective avec les notions de subjectivité, de liberté…"

Autre conseil et non des moindres : "Il faut réviser la méthode avant tout, que ce soit pour la dissertation ou le commentaire de texte", insiste Christine Leroy. Il ne faut surtout pas plaquer les idées qu’on a sur telle ou telle notion du programme, mais toujours veiller à décortiquer la question posée." Bref, plus vous comprenez qu’une dissertation suppose d’ouvrir plusieurs "tiroirs" du programme en même temps, plus vous avez des chances de vous en sortir !

smiley_neutre Les sujets les moins probables

Les enseignants s’accordent à dire que la religion, en tant que telle, a très peu de chances de tomber. "Cela ne sera jamais tout ce qui touche à Dieu et à la métaphysique, souligne Christine Leroy. La thématique est plutôt traitée par le biais de la croyance et son rapport à la connaissance, à la science." Dans la même idée, les thèmes "l’existence et le temps" et "la matière et l’esprit" sont peu mobilisés, touchant également à des questions métaphysiques.

Autre notion peu utilisée, l’inconscient. "Il est rare que le concept tombe en tant que tel, mais cela peut servir à nourrir la réflexion dans d’autres sujets", explique Gilles Vervisch. "La notion est très spécifique, il est peu probable qu’elle sorte, confirme Clémentine Gourdon. Mais cette notion peut être mobilisée pour un sujet tel que 'suis-je toujours maître de moi ?' ou 'peut-on se connaître soi-même ?' "

Le tableau ci-dessous recense le nombre de fois où chaque notion du programme a été abordée dans les sujets depuis 2013. La colonne de gauche indique les pronostics de l’Etudiant pour 2017. À noter que certains sujets peuvent faire appel à plusieurs thèmes.

Nos pronostics 2017 Notions 2016 2015 2014 2013
Le sujet
smiley-probable La conscience
smiley_neutre La perception x
smiley_neutre L’inconscient
smiley_neutre Autrui
smiley-probable Le désir x
smiley_neutre L’existence et le temps x
La culture
smiley_neutre Le langage x
smiley-probable L’art x
smiley-probable Le travail et la technique
smiley_neutre La religion
smiley-a-reviser L’histoire
La raison et le réel
smiley-a-reviser Théorie et expérience x x x
smiley-a-reviser La démonstration x
smiley_neutre L’interprétation
smiley_neutre Le vivant x
smiley_neutre La matière et l’esprit x
smiley-probable La vérité
La politique
smiley-probable La société x
smiley-a-reviser La justice et le droit
smiley-probable L’État
La morale x
smiley-probable La liberté x
smiley-probable Le devoir x x
smiley-probable Le bonheur x

L’épreuve en bref

L’épreuve écrite de philosophie dure 4 heures (coefficient 7 en L). Vous avez le choix entre trois sujets : deux dissertations et une explication de texte. Chaque sujet porte généralement sur plusieurs notions du programme.

La dissertation est un exercice qui consiste à répondre à la question posée par le sujet. La question n’attend pas une réponse arrêtée (oui ou non), mais implique d’exposer le problème qu’elle soulève. Il s’agit de traduire par écrit votre réflexion

L’explication de texte est une sorte de dissertation sur une question posée implicitement ou explicitement par un texte. Vous devez analyser précisément ce texte, dans son contenu comme dans sa forme, pour dégager ses enjeux philosophiques.