Bac français : programme de révision

Bac français : fiche révision - Les différents registres



Publié le

Le registre désigne la tonalité générale d’un texte, liée à des genres ou des procédés d’écriture. Admiration, pitié, joie, angoisse, amusement, sont créés par les différentes composantes du texte (choix du thème, champs lexicaux, agencement des mots…).


Découvrez toutes les fiches bac, pour toutes les matières, sur le site de notre partenaire :

annales du bac et révisions


Le registre pathétique


Il tire son sens du mot grec pathos, signifiant "passion, souffrance", et cherche à provoquer l’émotion du lecteur en recourant à des thèmes liés à la souffrance, comme la mort, la maladie, la séparation, la douleur. On peut le reconnaître par :
• Les champs lexicaux de la souffrance et de la mort.
• Les métaphores et les comparaisons qui renforcent l’expression des sentiments.
• Les hyperboles et oppositions qui intensifient l’émotion.
• Les ellipses narratives qui laissent deviner l’horreur de la situation.
• La ponctuation expressive : questions oratoires, exclamations…


Le registre tragique


Il est lié au genre théâtral de la tragédie, mais on peut également le rencontrer dans le roman ou la poésie. Proche du registre pathétique, il met en scène des situations où l'homme est écrasé par une instance supérieure à lui (Dieu, l’État, la morale…).
On peut le reconnaître par :
• Un niveau de langage soutenu.
• Les champs lexicaux de la fatalité, du devoir, de la faute…
• Les allusions à l’autorité de Dieu.


Le registre comique


Le registre comique est associé au genre de la comédie. On distingue différentes formes de comique : le comique de mots (jeux de mots, calembour, polysémie, jeu sur les sonorités) ; le comique de répétition (le dialogue de sourds, répétitions d’expressions, de situations) ; le comique de caractère ou de geste (on peut alors être attentif à la rapidité du rythme) ; le jeu sur les niveaux de langage (attribuer à un personnage un niveau de langage décalé par rapport à son origine sociale).


Le registre ironique


L’ironie consiste à exprimer le contraire de ce que l’on veut dire et repose sur l’implicite. Il convient alors au lecteur de s’interroger sur la réelle intention du locuteur par :
• Les antithèses : opposition entre 2 idées.
• Les oxymores qui réunissent dans une même expression 2 termes réellement opposés.
• Les antiphrases qui expriment une idée par son contraire.


Le registre lyrique


Associé à la lyre d’Orphée, prince des poètes, le registre lyrique vise à traduire les émotions et les passions du locuteur, comme la mélancolie, la nostalgie, les regrets, la douleur, mais aussi la joie, le bonheur, l’enthousiasme. C’est pourquoi on retrouve les thèmes de l’amour, de la fuite du temps, de la solitude, de la nature, de la désillusion. On peut reconnaître le registre lyrique par une :
• Rhétorique amoureuse : personnifications, anaphores, comparaisons, métaphores.
• Musicalité : rythme binaire/ternaire, allitérations/assonances…
• Ponctuation expressive : exclamations, points de suspension…


Le registre épique


Associé au mot "épopée", le registre épique exalte les valeurs héroïques liées à de grandes actions comme la guerre, le sacrifice de victimes, la gloire de Dieu. On peut le reconnaître par :
• Une forme de récit descriptif : point de vue omniscient et parfois recours au merveilleux.
• Des figures de style : hyperboles, effets de gradation et d’ accumulation, répétitions.
• Des formes elliptiques : il s’agit de passer sous silence certaines situations pour pouvoir théâtraliser la scène.


Le registre fantastique


Il est défini par Tsvetan Todorov comme "l’intrusion de l’irréel dans la vie réelle". Le lecteur hésite entre une explication irrationnelle et une explication rationnelle. On peut le reconnaître par :
• Les différents champs lexicaux du surnaturel, de la mort, de la peur, de la folie, les verbes de perception, de sensation.
• La narration à la 1ère personne et le choix de la focalisation interne : ce qui permet au narrateur de faire partager au lecteur ses doutes.
• Les modalisateurs liés à l’expression du doute.
• Les modes et les temps verbaux de l’irréel.


Retour au sommaire

POUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Les citations pour gagner des points au bac", par Benoît Falaize.

BAC : Objectif mentionPOUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Bac : objectif mention", par Benoit Falaize.

Sommaire du dossier

Laisser un commentaire

Filtrer :

Commentaires
0


Nos vidéos

Les établissements à la une

globalExam_300_250

OK

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt. Gérer les cookies sur ce site