1. Bac S, épreuve de physique-chimie : le point de vue du correcteur
Coaching

Bac S, épreuve de physique-chimie : le point de vue du correcteur

Envoyer cet article à un ami
Sommaire du dossier
Retour au dossier Bac de philosophie : le point de vue du correcteur Bac de mathématiques : le point de vue du correcteur Bac d’histoire-géographie : le point de vue du correcteur Bac S, épreuve de physique-chimie : le point de vue du correcteur Bac S, épreuve de SVT : le point de vue du correcteur Bac ES, épreuve de sciences économiques et sociales : le point de vue du correcteur Bac STL, épreuve de biochimie-génie biologique : le point de vue du correcteur Bac STG, épreuve d’économie-droit : le point de vue du correcteur Bac STI, épreuve de physique appliquée : le point de vue du correcteur Bac ST2S, épreuve de biologie et physiopathologie humaine : le point de vue du correcteur

Le bac, pour vous, c'est cette année ! Que regardent d’abord les correcteurs dans votre copie ? Quelles sont les erreurs qui les font grincer des dents ? Quels sont les petits plus qui vous feront gagner des points ? Pour les matières principales des séries générales et technologiques, nous avons interrogé des professeurs qui vous livrent leurs conseils.

 
Bac S oblig. S spé.
Coeff. 6 8

En série S, les correcteurs de physique-chimie sont particulièrement sensibles aux absurdités dans le raisonnement et à l’absence d’unités.


Ce que les correcteurs vérifient en premier


Sébastien Rousset, professeur au lycée Corneille de La Celle-Saint-Cloud (78), est formel : "Ce qui n’est pas clair dès la 1ère lecture est souvent faux." Rédigez donc rigoureusement en évi­tant le flou artistique, les non-dits… "Plus encore que dans une copie ordinaire, où le professeur fera en général l’effort d’essayer de comprendre une formulation maladroite ou elliptique, il convient d’être clair au bac."


Les erreurs qui tuent…


On ne mélange pas les choux et les carottes. La grosse erreur serait d’oublier les unités dans les applications numériques. "Dans ce cas, le correcteur ôte la moitié des points attribués au résultat numérique, si ce n’est pas la totalité !", assure Fabrice Gély, professeur au lycée international de Saint-Germain-en-Laye (78) et créateur des sites gely.info et profgeek.fr.

En outre, gardez du recul sur ce que vous déclarez. "Un escargot qui avance à la vitesse de 250 km par seconde (authentique) devrait faire tiquer le candidat… Et le correcteur sera “indisposé” par un résultat manifestement absurde. Refaites le calcul ou, au moins, montrez que vous avez repéré votre absurdité", recommande Sébastien Rousset. Enfin, une erreur fatale : l’oubli d’une page ou d’une annexe de votre copie. Numérotez tout !


… et celles qui sont moins graves


Le correcteur verra et pardonnera peut-être une faute bénigne dans un calcul littéral,
alors qu’il ne la cherchera même pas dans un calcul numérique. Aussi, ­calculez le plus longtemps possible de manière littérale et ne mélangez pas les 2 modes d’expression dans les équations.

Indiquez également la signification des grandeurs utilisées. "Par exemple, si on vous demande de décrire la formule d’Einstein E = mc2, précisez ce que représente chacune des grandeurs utilisées. “E” est l’énergie de masse de la particule au repos, “m” est la masse de la particule (en kg), “c” est la célérité de la lumière dans le vide", rappelle Fabrice Gély. Autre erreur qui fait perdre des points : ne pas respecter les chiffres significatifs. Inutile, par exemple, d’écrire 54,1694856 km/h si vous mentionnez une vitesse de voiture, 54 km/h, cela suffit !


Les "plus" qui font la différence


Une copie sans ratures, bien écrite, des résultats soulignés, des traits de fractions tirés à la règle, des courbes et des schémas soignés, qui présentent titre, axes et légendes font sans conteste la différence! "Le barème est ainsi fait qu’il faut quelquefois choisir entre 0 et 0,25 point à accorder", précise Fabrice Gély. Autant faire pencher la balance du bon côté !

Si vous séchez sur une question, laissez un espace vierge pour y revenir plus tard. "Dans les énoncés du bac, il est possible de continuer, même si une question n’est pas traitée. Il faut donc “chasser le point” en allant jusqu’au bout de chaque exercice", conseille Sébastien Rousset. Le mieux étant encore de rédiger chaque partie du sujet sur une feuille double séparée, afin de passer de l’une à l’autre sans nuire à la clarté de la copie.

Enfin, ne sortez pas avant la fin de l’épreuve,même si vous pensez avoir terminé votre travail. Profitez du temps restant pour refaire les calculs, vérifier les unités, soigner la présentation de votre copie…