Cours par correspondance : le bac sans aller au lycée

Dans quels cas choisir le lycée à la maison ?

Près de 50.000 lycéens suivent chaque année leurs cours par correspondance. Que ce soit par passion pour un sport ou un instrument de musique, ou par choix éducatif, travailler seul exige une motivation sans faille.

Publié le

Cours par correspondance : le bac sans aller au lycée

Marie-Astrid, 14 ans, est inscrite aux Cours Legendre depuis la sixième. Aujourd’hui en classe de seconde, la jeune fille s’installe chaque matin à son bureau à 8 h 30, fait une pause pour déjeuner, puis travaille de 14 h à 17 h. Et elle n’est pas la seule dans ce cas. L’enseignement à distance connaît un grand succès. Au CNED (Centre national d’enseignement à distance), la majorité des effectifs se concentre sur le lycée. Seul organisme public subventionné par l’État, il scolarise 86.000 élèves de la primaire au bac, dont 49.000 lycéens. Des cours privés voient également leurs demandes affluer au niveau lycée. Deuxièmes en termes de nombre d’élèves après le CNED, les Cours Legendre suivent ainsi 1.400 élèves à distance, dont 380 lycéens.
 
Après un échec au bac…
Les raisons qui poussent à choisir l’enseignement à distance sont très variées. Cela peut être un problème de santé, de handicap ou, comme Darius, pour se consacrer à sa passion, le sport ou la musique. Sont concernés également les jeunes Français qui vivent à l’étranger. Un autre motif de suivi de cours par correspondance est l’échec au bac : dans ce cas, les élèves de terminale repassent l’examen en tant que candidat libre. Ils peuvent garder le "bénéfice des notes" pendant 5 ans. Et ils ne repassent que les matières où ils n’ont pas eu la moyenne. À noter que les sportifs de haut niveau et les élèves handicapés peuvent garder leur statut de lycéen et les avantages qui en découlent, contrairement aux autres.
 
… ou par choix éducatif
"Certaines familles optent pour l’enseignement à distance, car l’école ne leur convient pas", explique Sonia Zouaoui, des Cours Legendre. Ces centres de formation scolarisent d’ailleurs de plus en plus d’enfants précoces. "En 2011, l’un de nos élèves a passé son bac à 12 ans. Il ne l’a pas eu et le repasse cette année !", raconte Sibiri Héma du CNED. Mais, quelquefois, les lycéens choisissent un enseignement à la carte, par exemple, une langue rare, qui n’est pas proposée dans leur lycée.

Sophie de Tarlé

Septembre 2012

A consulter aussi

- La liste des établissements d'enseignemnt à distance dans notre Annuaire des formations
- Travailler et réviser grâce au Web
- Bons plans : des sites Web pour vous accompagner dans vos études
- Blog bac fiction : réviser autrement
- La boîte à doc de letudiant.fr
- Chat : améliorer ses méthodes de travail
 

Sommaire du dossier
 

blog comments powered by Disqus





Les établissements à la une














OK

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt. Gérer les cookies sur ce site