Sujet et corrigé - Bac STG 2012 - management des organisations - Annales - Exercices

Type de doc : Annales - Exercices  |  Matière : Gestion - MDO   |  Niveau d'études : Terminale STMG voirVoir tous les autres documents en Terminale STMG Gestion - MDO

Sujet  et corrigé - Bac STG 2012 - management des organisations MDO

Le sujet :

 
ÉPREUVE DE MANAGEMENT
DES ORGANISATIONS
Durée de l’épreuve : 3 heures
Coefficient : 4

Deux organisations aux finalités différentes peuvent voir leurs intérêts converger.
Vous analyserez la situation de management présentée dans les annexes 1 à 7
en effectuant les travaux suivants :
1) Caractérisez les deux organisations présentées : l’organisation Bonté Pinson
et la Communauté de Communes Terres de Vendée (type, champ d’action,
taille, ressources, finalités).
2) Réalisez le diagnostic stratégique interne pour chacune des deux
organisations.
3) Identifiez et justifiez la stratégie choisie par Bonté Pinson.
4) Repérez ce qui a conduit Bonté Pinson à segmenter son marché.
5) Identifiez, en vous appuyant sur le diagnostic stratégique interne, le problème
de management rencontré par Bonté Pinson.
6) Qualifiez la décision prise en 2010 par Bonté Pinson concernant le nouveau
site de production. Justifiez votre réponse.
7) Montrez que cette décision répond au problème de management rencontré
par Bonté Pinson.
8) Identifiez les enjeux que représente le choix d’implantation de Bonté Pinson
pour la Communauté de Communes Terres de Vendée ?


ANNEXES
Annexe 1 : Présentation de Bonté Pinson
Annexe 2 : Des berlingots de Nantes
Annexe 3 : Le berlingot en Chine
Annexe 4 : Présentation de la Communauté de Communes Terres de Vendée
Annexe 5 : Les atouts de Terres de Vendée
Annexe 6 : Le berlingot Pinson quitte Nantes
Annexe 7 : Entretien avec le dirigeant de Bonté Pinson
3/7
12MGTME1
Annexe 1 : Présentation de Bonté Pinson
Bonté et Pinson fabriquent de la confiserie traditionnelle de sucre cuit, un savoir-faire
maîtrisé transmis de génération en génération. Le 1er mars 2007, ces deux dernières
confiseries nantaises ont décidé de fusionner.
Aujourd’hui, le site de production se situe à Saint Herblain sur 1 500 m². Cinq lignes
de production anciennes très souples permettent de faire des petites séries, des
recettes spécifiques. Pour assurer cette production, l’entreprise dispose d’une
grande quantité de moules différents, un véritable atout face à la concurrence. La
production s’élève à 15 tonnes de bonbons par semaine.
L’entreprise fournit environ 400 clients dont une trentaine à l’international. Elle peut
répondre à des demandes particulières sur les quantités, le conditionnement, la
recette, le délai… Elle est dotée d’un magasin d’usine.
Actuellement, le chiffre d’affaires est de 3,5 millions d’euros pour un effectif de 25
personnes.
Source : communiqué de presse Bonté Pinson octobre 2010
Annexe 2 : Des berlingots de Nantes
Je suis constitué de sucre et d’eau. Bonté et Pinson me fabriquent depuis 1860 pour
l’un et 1895 pour l’autre. [...] Je me décline en quinze saveurs et autant de couleurs.
Je suis, je suis… Non, pas un biscuit issu de la Biscuiterie Nantaise, plus connue
sous le nom de BN. Ni de l’usine Lu, en périphérie Nantaise. Encore moins un savon
parmi les millions fabriqués pour la grande distribution à Nantes, via l’entreprise
SDA… Je suis, je suis… Le berlingot nantais ! Plus d’un siècle d’existence et
toujours là. La fabrication ancestrale a juste suivi le goût du jour et les évolutions
techniques. Fini les deux seuls parfums anis et menthe des débuts. Les senteurs
hibiscus ou rose viennent d’arriver pour le plaisir des fleuristes qui les cachent dans
les bouquets ! Pierre-Olivier Bonté, petit fils du créateur, continue l’aventure auprès
du nouveau dirigeant de la confiserie Bonté Pinson, Patrick Rangeard, avec pour
objectif de donner un coup de jeune à la sucrerie. Pas tant dans sa forme, qui n’est
pas près de bouger. Plus dans son emballage et sa renommée. Pierre-olivier vend
ses fameux berlingots et confiseries jusqu’en Chine, au Japon ou aux États-Unis. Six
cents tonnes sont avalées chaque année !
Source : extrait Ouest France 26/07/2010

Annexe 3 : Le berlingot en Chine
La confiserie Bonté Pinson, qui fabrique le berlingot nantais, adapte ses
recettes pour le marché étranger.
Partir à l'assaut du marché international ne s'improvise pas, même si on est le
dernier fabricant de berlingots nantais. Installé à Saint-Herblain depuis 2007, le
confiseur Bonté Pinson, spécialisé dans la fabrication de bonbons de sucre cuit
traditionnels, a soigneusement préparé ce grand saut : « Nous avons sélectionné
d'abord des pays où nous souhaitons êtres présents, explique Patrick Rangeard,
directeur de l'entreprise. Nous avons choisi la Chine, le Japon, les États-Unis, les
Émirats arabes et l'Europe. Nous visons des pays où le pouvoir d'achat est fort et où
la population est importante. » Tout a été repensé pour séduire les clients étrangers :
de l’identité de la marque aux conditionnements plus petits adaptés aux épiceries
fines, aux aéroports ou aux boulangeries. Le packaging1 a été particulièrement
soigné : « À l’étranger, nous représentons le savoir-faire français, l’image de la
finesse. »
Pas de bonbons noirs
Les recettes ont été revues entièrement pour répondre aux attentes des
consommateurs du monde entier : « On a supprimé, par exemple, les bonbons de
couleur noire, parce qu'à l'étranger, personne n'en mange, explique Patrick
Rangeard. On ne vendra pas non plus de bonbons au cognac ou au whisky aux
Émirats arabes. Les bonbons aux fruits rouges sont très appréciés au Japon alors
que les bonbons verts sont détestés. Enfin, on sait que les Américains raffolent des
caramels ! » Résultat, dans la gamme Bonté Pinson, on trouve des bonbons fourrés
au caramel, des rubis exquis aux fruits rouges ou encore des promesses ensoleillées
aux fruits.
Des exigences douanières
Mais pour pouvoir entrer dans les pays convoités, Bonté Pinson a dû satisfaire toutes
leurs exigences : « On a dû ajouter les valeurs nutritionnelles des bonbons pour
pouvoir entrer au Japon, ajouter la date de fabrication des bonbons pour entrer aux
Émirats arabes. Et cette date doit être directement imprimée sur la boîte et non sur
une étiquette ! On a dû s'équiper en jet d'encre. » En tout, ce défi à l'export aura
coûté 100 000 €. En 2010, l'entreprise continuera de privilégier l'Asie, notamment
Taïwan et Singapour mais « L'Europe est aussi une cible prioritaire. »
Source : extrait article Presse Océan le 16/09/2009

Annexe 4 : Présentation de la Communauté de Communes Terres de Vendée
Antoine Chéreau, président de la communauté de communes2 depuis 2001 :
« La richesse d’une collectivité n’a de sens que si cette richesse est synonyme de
bien-être de la population et de développement harmonieux dans tous ses domaines
de compétences. C’est le pari qu’a fait la Communauté de Communes Terres de
Vendée depuis plusieurs décennies déjà : depuis 1969, année de sa création, elle
ᔰuvre pour créer les conditions d’un développement optimal du territoire, tant en
termes d’infrastructures que d’équipements ou d’évènements ».
La Communauté de Communes Terres de Vendée en quelques chiffres :
· Date de création : 18 juin 1969
· 8 communes (dont Boufféré) sur 160 km²
· 22 000 habitants
· 6 500 scolaires
· 1 400 entreprises
· 12 000 emplois
· 600 voyageurs par jour à la gare
· plus de 250 hectares de zones d'activités économiques
· 3,3 % de chômage
· plus de 300 associations
· 43 % des habitants ont moins de 30 ans
En 2010, environ 200 personnes forment le personnel de la communauté de
communes, regroupés en 6 services généraux.
Source : site Internet de la communauté de communes
Annexe 5 : Les atouts de Terres de Vendée
Rien n'est laissé au hasard pour que cette vocation à l'harmonisation générale du
territoire soit constante. Les compétences de la communauté de communes ont ainsi
pu s'accroître au rythme du développement de notre territoire : aujourd'hui, c'est par
dizaines que se comptent les projets entrepris dans une multitude de domaines, au
premier rang desquels l'aménagement économique, la culture et le tourisme
prennent une part capitale.
Selon Antoine Chéreau Président de la communauté de communes, ils font partie de
ces outils précieux créateurs de richesse au sens où nous l'entendons : attractif,
notre territoire l'est grâce à son dynamisme économique, grâce à son développement
culturel et touristique, grâce à l'attention portée à la formation, la santé, l'accueil des
personnes âgées ou handicapées.
Installez votre entreprise sur le territoire de la Communauté de Communes Terres de
Vendée pour bénéficier de ses atouts :
- des zones d’activités situées sur les grands axes routiers (A83, A87) ;
- à 30 mn de la métropole de Nantes, de la Roche sur Yon, de Cholet ;
- des prix au m² compris entre 5 € HT/m² et 25 € HT/m² ;
- un bassin de vie de 12 000 emplois.
Source : site Internet de la communauté de communes

Annexe 6 : Le berlingot Bonté Pinson quitte Nantes
Née il y a plus d'un siècle, Bonté Pinson, dernière confiserie nantaise, part s'installer
en Vendée.
Il faudra s'y faire : d'ici quelques mois, les fameux berlingots nantais seront
vendéens. Basée à Saint-Herblain [...], la confiserie Bonté Pinson s'installera en avril
2011 dans une usine toute neuve à Boufféré, au sein de la Communauté de
Communes Terres de Vendée. « Nos locaux actuels sont trop petits et plus du tout
adaptés », explique Patrick Rangeard, qui a repris l'entreprise il y a trois ans. Décidé
à construire un nouveau bâtiment, ce dernier a d'abord cherché un terrain dans
l'agglomération nantaise : « Trop cher ».
Après avoir prospecté le sud-Loire, il a fini par trouver son bonheur à Boufféré. Un
terrain de 15 000 m2, en bordure de la voie rapide Nantes-La Roche/Yon. « Une
situation idéale pour notre magasin d'usine, explique Patrick Ringeard. Et j'ai obtenu
le permis de construire en huit jours ».
La nouvelle usine s'étendra sur 2 200 m2. Et elle pourrait s'agrandir rapidement si
l'activité continue de progresser au même rythme. Cette année, le chiffre d'affaires
devrait atteindre 3,5 millions d'euros, soit 15 % de plus qu'en 2009.
Sous la houlette de son nouveau patron, la vénérable maison Bonté Pinson, fondée
en 1895, a pris un nouveau départ. Elle exporte désormais ses bonbons dans une
trentaine de pays et est présente aussi bien dans la grande distribution que chez les
détaillants.
La confiserie mise aussi sur l'innovation : en trois ans, elle a élaboré une quarantaine
de recettes nouvelles. Pour ses produits haut de gamme, elle a même fait appel à un
cuisinier étoilé, Lilian Grimaud, du restaurant Le Passé Simple, à Cholet.
« Pour s'en sortir, il faut se battre, avoir des idées nouvelles, s'entourer de gens
motivés », explique son directeur, qui a prévu de doubler l'effectif actuel (25 salariés)
dans les trois ans.
Source : extrait article Presse Océan 4/11/2010

Annexe 7 : Entretien avec le dirigeant de Bonté Pinson
Quels sont les intérêts d’une nouvelle implantation pour votre entreprise ?
Le site actuel à St Herblain est très ancien et plus du tout adapté à la fabrication de
produits agroalimentaires. Cette nouvelle implantation nous permettra d’améliorer les
conditions de travail des salariés. Elle permettra d’obtenir des certifications
indispensables au développement international.
[...] Suite à la fusion, il y a trois ans, le développement s’accélère et nous devons
augmenter nos capacités de production et de stockage.
Pourquoi la Vendée, pourquoi la Communauté de Communes Terres de Vendée
? Quelle importance a le choix du site de Boufféré dans votre développement
futur ?
Compte tenu du lieu d’habitation des salariés, nous devions trouver un terrain au sud
de Nantes sans trop s’en éloigner pour leur permettre de suivre l’entreprise sans
grands frais. Le conseil général de la Vendée et la Communauté de Communes
Terres de Vendée nous ont proposé les meilleures conditions.
Nous avons senti de la part des élus locaux [...] une volonté très forte de nous voir
implantés sur la zone, ce qui n’a pas été le cas dans le département voisin.
Le choix de Boufféré et de la zone intercommunale du Point du Jour nous permet
d’être particulièrement visibles d’une voie de communication majeure. Cela est
important car nous disposons d’un magasin d’usine auquel l’accès doit être facile.
Enfin, le terrain choisi permet d’envisager plusieurs agrandissements.
Source : communiqué de presse Bonté Pinson octobre 2010

Le corrigé:

 

CorrigéBacMercatique2012V2

OK

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt. Gérer les cookies sur ce site