1. Au secours, je n'ai pas encore trouvé mon stage de troisième !
Coaching

Au secours, je n'ai pas encore trouvé mon stage de troisième !

Envoyer cet article à un ami
Vos professeurs peuvent vous aider à trouver votre stage de troisième. // © Phovoir
Vos professeurs peuvent vous aider à trouver votre stage de troisième. // © Phovoir

Vos parents ne peuvent pas vous aider, vous êtes trop timide pour démarcher les entreprises, vous avez démarré votre recherche trop tard... Certains d'entre vous n'ont pas encore décroché leur stage d'observation de troisième. Si c'est votre cas, pas de panique : de nombreux interlocuteurs peuvent vous apporter leur aide !

"Quand on se sent en difficulté, il ne faut surtout pas rester dans son coin sans rien dire. Il n'y a rien de pire que de devoir trouver une solution à la dernière minute." Pour Julie Girault, professeure principale en troisième au collège Saint-Exupéry à Rosny-sous-Bois (93), le premier réflexe à avoir est de s'adresser à son professeur principal ou au CPE (conseiller principal d'éducation) de son établissement. Et pour cause : ceux-ci ont des contacts avec les acteurs locaux. "Nous aidons les élèves sans stage grâce aux réseaux qu'on a dans la ville. Nous savons quelles entreprises ou quels commerçants acceptent les élèves stagiaires", confirme Mathilde Terramorsi, professeure au collège Évariste-Galois à Épinay-sur-Seine (93).

Ainsi, alors que les stages de troisième sont sur le point de démarrer dans son établissement, l'un des élèves de Pauline Élion, professeure principale en troisième au collège Albert-Camus à Rosny-sous-Bois (93), est toujours en recherche : "Nous mobilisons nos contacts. Nous savons que la mairie accueille les jeunes, notamment au sein de l'école d'arts plastiques ou de l'école de musique. De même que certaines entreprises, par exemple le restaurant Léon de Bruxelles de notre ville... J'ai toute une liste d'employeurs qui a été constituée avec la CPE", dit-elle.

Des interlocuteurs sur tout le territoire

D'autres structures sont à même de vous aider en dehors du collège, notamment les CIO (centres d'information et d'orientation) et le réseau CIDJ (centre d'information et de documentation pour la jeunesse). Ne soyez pas timides et prenez rendez-vous ! "Lorsque l'on est un peu en retard, il est intéressant de se rapprocher des structures d'information jeunesse qui sont implantées sur tout le territoire. Elles travaillent en partenariat avec la ville et les établissements et se font l'écho des entreprises volontaires. Certaines organisent des ateliers pour donner les bons reflexes pour organiser sa recherche", indique Ferroudja Kaci, conseillère CIDJ. Renseignez-vous auprès de l'antenne du centre information jeunesse la plus proche de chez vous.

Lire aussi : Stage de troisième : c'est le moment d'y penser !

Et ne négligez pas Internet ! Certains conseils régionaux ou départementaux ont créé des banques de stages, avec des recherches par critères. Cela vaut le coup d'aller y jeter un œil. "Le conseil départemental de Seine-Saint-Denis met des offres en lignes via le site Mon stage de troisième", confirme Julie Girault. "Ces plateformes sont bien faites, malheureusement, tous les élèves n'ont pas le réflexe d'aller regarder", regrette Pauline Élion.

S'il vous reste encore un peu de temps, il est aussi possible de vous adresser à des associations. Par exemple, Un stage et après, qui vous accompagne dans votre recherche, ou encore Viens voir mon taf, qui propose aux jeunes de REP (réseaux d'éducation prioritaire) de faire le stage "dont ils rêvent".

Dédramatisez !

En définitive, le conseil de Ferroudja Keci à ceux qui peinent à trouver leur stage est avant tout... de dédramatiser ! "Il arrive que les élèves se mettent la pression. Ils pensent que leur orientation se joue sur le stage de troisième, et que c'est une catastrophe s'ils ne sont pas acceptés dans le secteur de leurs rêves. Or, cette expérience sert avant tout à vous faire découvrir la vie d'une entreprise : son vocabulaire, sa hiérarchie, le respect des horaires... On peut apprendre autant au supermarché en bas de chez soi qu'au sein d'un géant de la cosmétique !" D'autant qu'un stage décroché à la dernière minute peut vous permettre de découvrir un secteur auquel vous n'aviez pas pensé.

"L'un des objectifs de l'exercice, c'est aussi de découvrir comment on mène une recherche d'emploi. Un jeune qui fait toutes les démarches apprend plus que celui qui est casé par ses parents, même s'il n'est pas retenu à la fin", complète-t-elle. Quoi qu'il en soit, ne désespérez pas : "Cela fait 13 ans que j'enseigne, et rares sont les élèves qui ne trouvent pas", rassure Pauline Élion. "Cette année, sur cinq classes, seuls deux élèves de mon collège n'ont pas pu faire leur stage en temps et en heure", explique de son côté Julie Girault. Ceux-ci sont accompagnés et découvriront le monde de l'entreprise en mai prochain.