1. S'inscrire au lycée : dix questions pour tout savoir sur Affelnet
Décryptage

S'inscrire au lycée : dix questions pour tout savoir sur Affelnet

Envoyer cet article à un ami
Classez vos vœux dans l'ordre de vos préférences. // © plainpicture/fStop/Antenna
Classez vos vœux dans l'ordre de vos préférences. // © plainpicture/fStop/Antenna

Pour vous inscrire au lycée, vous devez passer par Affelnet, cette application au nom étrange, qui marque le premier palier de l’orientation en fin de 3e. Mais avec des règles qui varient d’une académie à l’autre, il est parfois dur de se repérer. On fait le point en dix questions.

#1. Affelnet, comment ça fonctionne ?

Affelnet est un logiciel qui classe en même temps les souhaits d’orientation de tous les élèves en fin de 3e et leur propose une place dans un lycée. Tout commence à partir du mois d’avril où votre collège vous remet une fiche de vœux à remplir. Vous devez alors classer les lycées que vous souhaitez par ordre de préférence. Vous pouvez émettre entre 3 et 8 vœux selon votre académie. Un vœu équivaut au choix d’un lycée sauf en voie professionnelle où il correspond à une formation spécifique dans un établissement. Vous avez généralement jusqu’au mois de juin pour vous décider mais le calendrier peut changer d'une académie à l'autre.

Deuxième étape : le collège enregistre vos choix dans Affelnet et vous recevez vos résultats à la fin des épreuves du DNB (diplôme national du brevet). Vous devez alors vous inscrire dans le lycée obtenu. Pour ceux qui n’ont pas obtenu d’affectation, un deuxième tour est organisé en juillet.

Lire aussi : Affelnet, ce qui change en 2017

#2. Sur quels critères se fait mon affectation au lycée ?

Pour faire son choix, Affelnet prend en compte l'adresse de votre domicile, vos résultats scolaires ainsi que d'autres critères définis par votre académie. À chaque critère correspond un nombre de points qui permet à l'application de classer les demandes en fonction du score total obtenu. Par exemple, à Paris, 3 critères sont pris en compte : les résultats scolaires (maximum 8000 points), l’attribution d’une bourse (4000 points) et le choix d’un établissement de son district (8000 points). Pour éviter une trop grande concentration d'élèves boursiers au sein d'un même établissement, le rectorat fixe également un maximum de 50% de places prioritaires par établissement.

"Le critère déterminant c’est le secteur géographique !", insiste le ministère de l’Éducation nationale. Et à critères équivalents, ce sont les résultats scolaires qui départagent les élèves. À l'inverse, dans l’enseignement professionnel, le secteur ne compte pas. C'est un barème par discipline qui détermine l’affectation.

#3. Est-ce que je peux me retrouver sans affectation ?

Rassurez-vous, il y a peu de chances que cela arrive ! À Paris, plus de 90 % des élèves reçoivent une affectation dès le premier tour. "Pour l’entrée en lycée général, si l’élève n’a aucun lycée, c’est généralement qu'il n’a pas demandé celui de son secteur…", observe Laurent Hugot, chef du service académique d'information et d'orientation à Paris. Si c'est votre cas, signalez-le à votre collège qui vous aidera à formuler de nouveaux souhaits. 

Cette situation est plus fréquente dans la voie professionnelle où vous êtes nombreux à demander des formations avec peu de places. Aussi, une troisième vague d’affectation est organisée à la Toussaint pour les élèves de seconde qui regretteraient leur choix. 

#4. Et si je souhaite une formation en apprentissage ?

Si vous voulez vous orienter vers l'apprentissage, vous devez comme les autres inscrire votre souhait dans Affelnet. En revanche, le fait de renseigner ce vœu ne donnera pas lieu à une affectation. Pour être admis dans un CFA, il faut avant tout signer un contrat d’apprentissage. Néanmoins, ce recensement permettra au collège de vous proposer un accompagnement dans votre recherche d’un employeur. 

#5. Ça se passe comment si je déménage ?  

Si jamais vous déménagez dans une autre académie l’année prochaine, pas de panique ! Il suffit d’en informer votre collège qui vous donnera la bonne feuille de vœu à remplir. "Les équipes sont habituées à ce genre de demandes", souligne Laurent Hugot. En revanche, si votre déménagement se décide pendant les vacances d'été, c'est à vous de contacter votre nouvelle académie qui vous proposera une affectation.

#6. Comment puis-je être sûr d’obtenir satisfaction ?

Les rectorats conseillent de faire le maximum de vœux pour être sûr d’obtenir satisfaction car certains lycées sont très demandés. Inscrivez toujours le lycée de votre secteur par précaution, hiérarchisez vos souhaits et renseignez-vous bien sur les formations.

Dans la voie professionnelle, il peut être utile de demander la formation désirée dans plusieurs établissements car des académies accordent des bonus pour valoriser la cohérence d’un projet.

Enfin, il faut tout simplement placer votre formation préférée en tête de liste. "Trop souvent les élèves se pénalisent en n'osant pas la mettre en premier vœu", relève le ministère de l'Éducation nationale. 

#7. Y a-t-il des dérogations ?

Six cas de figure peuvent donner lieu à une dérogation : être en situation de handicap, avoir besoin de soins médicaux particuliers, être boursier, avoir un frère ou une sœur dans un établissement, être domicilié entre deux secteurs, avoir un parcours scolaire particulier (être sportif de haut niveau par exemple).

Vous pouvez aussi faire part d’autres motifs de dérogation à votre académie qui examinera votre demande. À nouveau, chaque rectorat établit ses propres règles en fonction des caractéristiques locales. Quelques-uns élargissent la zone de recrutement pour certains enseignements d’exploration à faible effectif, options ou langues dites rares. À Paris, ces spécificités ne sont pas prises en compte.

#8. Certaines formations échappent-elles à Affelnet ?

Certaines formations font l’objet d’un traitement différent. "Il s’agit de celles qui s’adressent à un public très particulier où les équipes souhaitent rencontrer les élèves", décrypte Laurent Hugot. Parmi les autres formations concernées : les sections internationales, des formations interacadémiques ou à recrutement national comme les lycées Henri-IV ou Louis-Le-Grand. La liste complète est consultable sur le site de chaque rectorat.

#9. Est-ce que je peux contester mon affectation ?

"Les élèves sont toujours affectés sur un de leurs vœux donc il n’y a pas de raison a priori que l’affectation ne convienne pas. Mais si c’est le cas il est possible de demander une révision", explique Laurent Hugot.

Vous devez alors contacter le service scolarité de votre direction des services départementaux de l'Éducation nationale. Mais gare aux déceptions ! "Dans la mesure où la majorité des élèves est affectée, les places encore disponibles sont peu nombreuses ou éloignées."

#10. Dans le privé, suis-je concerné ?

L'enseignement privé est désormais pris en compte par Affelnet dans les trois quart des académies. Néanmoins, tous les lycées ne sont pas forcément inscrits. Tout dépend des accords passés entre les établissements et l’académie. Le ministère de l'Éducation nationale l'assure : les élèves du privé ont autant de chances que les autres d’obtenir satisfaction, à condition de bien formuler leurs vœux.