En ce momentSélection à l'entrée de l'université : comment ça se passe chez nos voisins européens ?
On en parleÀ l’université de Strasbourg, un bad buzz autour d'une "procédure presse" qui en dit long
Actu | Innovation

PIA : 18 lauréats pour la culture de l’innovation et de l’entrepreneuriat

Céline Authemayou  |  Publié le

0

Cours de codage informatique pour les jeunes
Cours de codage informatique pour les jeunes // © JASON HENRY/The New York Times-REDUX-REA

Porté par la Caisse des Dépôts pour le compte de l’État, l’appel à projets "Culture de l’innovation et de l’entrepreneuriat" va soutenir 18 lauréats durant cinq ans, pour un montant global de 20 millions d’euros. Les projets sélectionnés ont pour objectif de développer la culture de l’entrepreneuriat mais aussi l’apprentissage du code informatique chez les jeunes.

Certains souhaitent développer la culture entrepreneuriale chez les étudiants et les jeunes adultes. D’autres veulent démystifier auprès des enfants le langage informatique. Les 18 projets retenus par la Caisse des Dépôts dans le cadre du Programme d’investissement d’avenir (PIA) dédié à la culture de l’innovation et de l’entrepreneuriat ont un point commun : la volonté de susciter des vocations chez les jeunes.

Les 18 lauréats auront cinq années pour créer leur projet ou le développer à plus grande échelle. “L’aide obtenue va nous permettre d’ouvrir de nouvelles structures”, se réjouit Anna Stépanoff, fondatrice et directrice de WildCodeSchool, projet qui prend le nom d'Innov’Educ pour le PIA. Lancée en 2014 en collaboration avec Simplon, l’école numérique installée dans le Perche propose des formations de cinq mois en développement Web destinées à des jeunes adultes, souvent décrocheurs.

Lire aussi

Nom de code : SimplonMars 10.03.2015

une valeur exemplaire

Si le montant global alloué à ce PIA est connu (20 millions d'euros), la répartition de l'enveloppe est en cours. Tous les projets feront l’objet d’un suivi et d’un examen régulier durant les cinq années de soutien financier. Parmi les critères ayant guidé le choix du jury international, la valeur exemplaire ou encore la mobilisation des acteurs privés comme publics sur le projet ont été particulièrement étudiées.

“Ce programme doit agir comme un virus qu’on inocule un peu partout, pour que le pays soit fécond en matière d’innovation et d’entrepreneuriat”, a rappelé Thierry Mandon, secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche. Nous devons arriver à un changement profond des mentalités : la société se doit d’être bienveillante envers ceux qui prennent des risques, qui tentent des choses.” 

Céline Authemayou  |  Publié le

0

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :