En ce momentBudget 2018 : une hausse de 700 millions d'euros pour l'Enseignement supérieur et la Recherche
On en parleNomination à Centrale Nantes : les écoles d'ingénieurs demandent des comptes au ministère
Actu | Budget

Budget 2017 : la hausse des effectifs au cœur de la répartition des 100 millions

Aurore Abdoul-Maninroudine  |  Publié le

0

Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon présentent le projet de loi de finances 2017.
Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon présentent le projet de loi de finances 2017. // © Romain Beurrier / R.E.A

Thierry Mandon a profité de la conférence de presse dédiée au budget, mercredi 28 septembre 2016, pour préciser la répartition des 100 millions d'euros destinés à l'accueil des étudiants dans les universités. Sans surprise, le projet de loi de finances 2017 prévoit une augmentation du budget de l'enseignement supérieur et de la recherche de 850 millions d'euros.

Les universités bénéficieront bien d'une dotation spécifique de 100 millions d'euros pour faire face à l'afflux de 32.000 étudiants supplémentaires à la rentrée 2016. Le secrétaire d'État à l'Enseignement supérieur et à la Recherche, Thierry Mandon, l'a confirmé lors d'une conférence de presse, mercredi 28 septembre 2016, au cours de laquelle il a présenté, avec la ministre Najat Vallaud-Belkacem, le projet de loi de finances 2017.

Cette dotation sera répartie entre les universités "en fonction de la progression des effectifs depuis 2013", précise l'entourage du secrétaire d'État.

la répartition des 1.000 postes présentée en décembre

S'agissant des 1.000 postes supplémentaires ouverts en 2017, la clé de répartition entre universités sera identique à celle utilisée depuis 2013 et dépendra du taux d'encadrement. "Seules les universités ayant un taux d'encadrement inférieur à un taux moyen théorique recevront des postes puisque l'objectif est de réduire les inégalités entre établissements", détaille un membre du cabinet. La répartition des postes entre universités sera présentée lors du Cneser de décembre 2016.

"5.000 emplois supplémentaires auront donc été ouverts au cours du quinquennat", insiste Thierry Mandon, selon lequel "75 à 80 % de ces postes" ont in fine été créés par les universités. Celles-ci étant autonomes, elles sont en effet libres d'utiliser les fonds versés par l'État comme elles le souhaitent. Or, dans un contexte budgétaire contraint, certains établissements ont consacré cet argent à des dépenses de fonctionnement... Dans une enquête menée en 2014, EducPros constatait que, sur les 1.000 emplois officiellement créés, 40 % avaient été gelés.

Par ailleurs, le secrétaire d'État ne précise pas si ce bilan prend en compte les postes gelés par les universités à la suite de départs à la retraite ou de mutations.

Une première "depuis Quinze ans"

Au final, le budget de l'enseignement supérieur et de la recherche s'élèvera à 23,85 milliards d'euros, soit une augmentation de 850 millions, ainsi que l'avait annoncé le secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert, début juillet.

Un effort qualifié de "sans précédent" par Thierry Mandon, pour lequel "une telle programmation n'avait pas eu lieu – exception faite du passage aux RCE (responsabilités et compétences élargies) – depuis quinze ans".

Les principaux chiffres du projet de loi de finances 2017
Mires- Budget 2017 : 26,75 milliards d'euros
- Budget 2016 : 25,93 milliards d'euros

Enseignement supérieur et recherche (budget des quatre programmes gérés par le secrétariat d'État à l'Enseigement supérieur et à la Recherche)- Budget 2017 : 23,85 milliards d'euros
- Budget 2016 : 22,99 milliards d'euros

Formations supérieures (programme 150)- Budget 2017 : 13,23 milliards d'euros
- Budget 2016 : 12,79 milliards d'euros

Vie étudiante (programme 231)- Budget 2017 : 2,72 milliards d'euros
- Budget 2016 : 2,50 milliards d'euros

Recherche (programmes 172 et 193)- Budget 2017 : 7,9 milliards d'euros
- Budget 2016 : 7,7 milliards d'euros

Aurore Abdoul-Maninroudine  |  Publié le

0

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :