En ce momentBudget 2018 : une hausse de 700 millions d'euros pour l'Enseignement supérieur et la Recherche
On en parleNomination à Centrale Nantes : les écoles d'ingénieurs demandent des comptes au ministère
Actu | Relations entreprises

Formation continue : cinq écoles d’ingénieurs unissent leurs forces

De notre correspondant à Toulouse, Frédéric Dessort  |  Publié le

1

Mieux répondre aux besoins de formation des entreprises du bassin toulousain, c’est le pari que font trois grandes écoles de l’INP de Toulouse (Enseeiht, Ensiacet, Ensat), l’Insa de Toulouse et l’École nationale des ingénieurs de Tarbes, en réunissant leurs services de formation continue sous une seule bannière : Toulouse Tech formation profes­sionnelle.

"Les entreprises avec lesquelles nous travaillons nous expliquent qu’il est parfois compliqué d’avoir à s’adresser à plusieurs écoles d’ingénieurs pour couvrir leurs besoins de formation. En nous regroupant, nous apportons une solution à cette problématique : elles auront désormais un seul interlocuteur représentant des établissements dont les offres de formation continue s’avèrent très complémentaires", explique Olivier Simonin, président de l’INP (Institut national polytechnique) de Toulouse.

Le champ disciplinaire couvert par TTFP (Toulouse Tech formation profes­sionnelle) est présenté comme le plus large au niveau régional en matière de formation professionnelle, de compétences techniques et d’ingénierie. En termes de secteurs d’activité, l’offre correspond aux grands pôles de la métropole : aéronautique et spatial, électronique et technologies de l’information, chimie, pharmacie, agronomie, biotechnologies.

"C’est là non pas une addition d’activités mais un véritable service commun à nos entités, hébergé financièrement à l’INP de Toulouse, avec une gouvernance et une administration unifiée", souligne Olivier Simonin. Un socle qui permet aux partenaires de se fixer un objectif ambitieux : multiplier par trois les revenus de cette activité d’ici à cinq ans.

Ainsi, en 2014, le cumul des prestations de formation continue des partenaires devrait avoir atteint environ 1,3 million d'euros. Si le format de TTFP peut ainsi séduire et faciliter la signature de nouveaux partenariats avec les entreprises régionales, le consortium veut aussi s’inscrire dans une nouvelle tendance.

"Les entreprises recherchent de plus en plus de formations à la carte, adaptées à leurs propres besoins. Nous entendons répondre à cette demande en proposant des solutions sur mesure", précise Olivier Delahaye, directeur de la formation continue de l’INP Toulouse et cheville ouvrière du nouveau service commun.

Nous entendons répondre à [la] demande [des entreprises] en proposant des solutions sur mesure.
(O. Delahaye)

En outre, le numérique devrait jouer un rôle dans cette nouvelle dynamique. "Nous venons d’obtenir un financement de l’université fédérale de Toulouse, sur fonds Idex, pour la création d’un Mooc sur les agroressources et les entreprises durables. Il donnera lieu à une certification", annonce Olivier Delahaye.

Cependant, il se veut prudent sur le développement des Mooc, assez onéreux à produire, tandis que le président de l’INP Toulouse y voit des perspectives intéressantes à moyen terme. "Ils pourront être utilisés pour faciliter la modularisation de notre offre de formation initiale vers la formation continue. Par exemple, un salarié voulant s’inscrire à une unité de valeur d’un master obtiendra les prérequis nécessaires en suivant un Mooc", ajoute Olivier Simonin.

Cette démarche de regroupement s’inscrit dans l’esprit fédéral de la nouvelle Comue Université de Toulouse, plus précisément, dans le cadre de son Collegium Toulouse Ingénierie. Cette entité informelle regroupe l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur de Midi-Pyrénées délivrant des formations en ingénierie.

Interface, la lettre des relations écoles-universités-entreprises

Comment optimiser sa récolte de la taxe d’apprentissage ? Comment améliorer l’insertion professionnelle de ses jeunes diplômés ? De quelle manière établir des partenariats avec des PME ? La réponse est dans Interface, la nouvelle lettre bimensuelle qui facilite les relations entre l’enseignement supérieur et le monde économique.

Lancée par l’Etudiant-EducPros et l’Entreprise, Interface s’adresse aux professionnels des relations écoles-universités-entreprises (directeurs d’établissement, responsables des relations entreprises, BAIP, mais aussi campus managers, recruteurs, RH…).

Dans chaque numéro, huit pages de conseils, d’analyses et de bonnes pratiques mais aussi toute l’actualité du secteur, les manifestations et les nominations qui comptent.

Interface est disponible sur abonnement

De notre correspondant à Toulouse, Frédéric Dessort  |  Publié le

1

1 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :