En ce momentBudget 2017 : 331 millions d’euros en moins pour l’Enseignement supérieur et la recherche
On en parleExclusif. Frédérique Vidal : "Le contrat de réussite étudiant devra être le plus personnalisé possible".
Actu | International

Classement de Shanghai 2015 : un indicateur parmi d'autres pour Thierry Mandon

CS  |  Publié le

1

Université Toulouse 1 Capitole - cloître - ©UT1 Capitole
Université Toulouse 1 Capitole - cloître - ©UT1 Capitole // © UT Capitole

22 universités françaises figurent dans le classement de Shanghai, paru le 15 août 2015. Des résultats stables salués par Thierry Mandon, qui assure cependant qu’il ne s’agit que d’un classement parmi d’autres.

C’est la stabilité qui domine, dans le "classement académique des universités mondiales" (ARWU), paru le 15 août 2015. Réalisé chaque année par un centre de recherche de l’université de Jiao Tong de Shanghai, il distingue 500 établissements, dont 22 universités françaises pour cette 13e édition. Soit une de plus qu’en 2014, avec l’entrée de l'école d'économie de Toulouse (université Toulouse 1). La France demeure ainsi au 5e rang mondial, d’après le nombre d’établissements répertoriés.

Les universités américaines sont toujours les reines du classement, avec Harvard en tête pour la 13e année consécutive. Viennent ensuite Stanford, le MIT et Berkeley (university of California). La première britannique, Cambridge, arrive à la 5e place, suivie par Princeton, Caltech, Columbia, university of Chicago et enfin Oxford, à la 10e place.

Au niveau européen, c’est l'ETH Zurich qui s’impose, à la 20e place, puis l'université de Copenhague (35e). Quatre établissements français se maintiennent dans le top 100 : l’UPMC (université Pierre-et-Marie-Curie), à la 36e place (-1 par rapport à 2014), l’université Paris Sud, 41e (=), l’Ecole normale supérieure (Paris), 72e (=) et l’université de Strasbourg 87e (+8).

Un classement qui ne doit pas faire office de "boussole unique"

Le secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la Recherche a salué par communiqué des "résultats positifs", dans un classement à la méthodologie pourtant "peu adaptée au modèle scientifique et universitaire français". Thierry Mandon a ainsi relevé que la création des regroupements universitaires, plus précisément des Comue (Communauté d’universités et établissements), n’était pas prise en compte, alors que ce mouvement de concentration vise justement à asseoir une meilleure visibilité au niveau international.

"Ce classement de Shanghai n’est qu’un indicateur parmi d’autres, et même un classement parmi d’autres", a-t-il insisté, soulignant l’absence de reconnaissance de la mission pédagogique des universités et des écoles, dans ce palmarès centré sur la recherche. Et d'ajouter que cet indicateur "ne peut constituer la boussole unique de la modernisation de notre système d'enseignement supérieur et de recherche". 

Les 22 universités françaises classées
- université Pierre-et-Marie-Curie (36e)
- université Paris Sud (41e, ex-aequo avec l'université de Manchester)
- ENS-Paris (72e)
- université de Strasbourg (87e)
- université d’Aix-Marseille (dans les rangs 101-150)
- université Paris Diderot-Paris 7 (101-150)
- université Joseph Fourier -Grenoble (151-200)
- université Paris 5 Descartes (151-200)
- université Lyon 1 Claude Bernard (201-300)
- ENS de Lyon (201-300)
- université Toulouse 3 Paul Sabatier (201-300)
- Toulouse school of Economics (université Toulouse 1) (201-300)
- université de Bordeaux (201-300)
- université de Lorraine (201-300)
- université de Montpellier (201-300)
- Polytechnique (301-400)
- ESPCI ParisTech (301-400)
- université Paris-Dauphine (301-400)
- Mines Paristech (401-500)
- université d'Auvergne (401-500)
- université Nice Sophia Antipolis (401-500)
- université Rennes 1 (401-500)

CS  |  Publié le

1

1 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :