En ce momentSélection à l'entrée de l'université : comment ça se passe chez nos voisins européens ?
On en parleÀ l’université de Strasbourg, un bad buzz autour d'une "procédure presse" qui en dit long
Actu | Orientation

Code source d'APB : un mystère bien gardé par le ministère

Natacha Lefauconnier  |  Publié le

3

APB
Le ministère a un mois pour donner suite à l'avis, consultatif, de la Cada. // © Patrick Allard / R.E.A

Le ministère de l'Éducation a un mois pour dire s'il communiquera à l'association Droits des lycéens les documents décryptant le code source d'APB. Najat Vallaud-Belkacem a joué la carte de la prudence, mardi 20 septembre, en évoquant la présence de données personnelles dans le code. Un argument qui a fait bondir les informaticiens sur les réseaux sociaux.

La pression s’intensifie pour le ministère de l’Éducation nationale. Depuis six mois, l’association Droits des lycéens lui réclame les documents techniques régissant Admission postbac, le logiciel de préinscription en première année d’enseignement supérieur. L’association soupçonne que certains critères pris en compte pour départager les bacheliers candidats dans les filières universitaires "en tension" relèvent de pratiques de sélection illégales.

Vendredi 16 septembre, la Cada (Commission d’accès aux documents administratifs), autorité administrative indépendante et consultative chargée de veiller à la liberté d’accès aux documents administratifs, a émis "un avis favorable à la communication de tous les documents sollicités" par l’association.

"On avance, c’est très positif !" se félicite Clément Baillon, président de Droits des lycéens. En juin 2016, après avoir publié un guide des recours APB pour aider les futurs bacheliers, les représentants de l’association avaient été reçus au ministère : ils étaient repartis avec de nombreux documents, mais sans le fameux code source.

Le ministère a désormais un mois pour donner suite à l'avis de la Cada. Un avis qui reste consultatif. “Si le ministère continue de s’entêter dans son refus, nous irons devant le tribunal administratif”, martèle Augustin Ruggieri, vice-président chargé de la communication de Droits des lycéens.

L'ARGUMENT DES dONNÉES PERSONNELLES 

La balle est donc dans le camp du ministère et de son service juridique, qui, selon la Cada, est à pied d'œuvre pour "procéder prochainement à la communication de ces documents au demandeur". 

Interrogée sur la question mardi 20 septembre, lors de la conférence de presse dédiée à la rentrée universitaire, Najat Vallaud-Belkacem a tenu à souligner que l'algorithme avait été rendu public, et que la difficulté concernant le code source était liée au fait qu'une grosse partie de ce dernier contenait "principalement la gestion de l'interface et les données personnelles des étudiants."

Une phrase qui a suscité de nombreuses réactions sur Twitter :

Le code dans un autre code

Pour Thierry Viéville, chercheur à l'Inria (Institut national de recherche dédié au numérique), "il faut sans doute comprendre derrière cette réponse de la ministre que le code source – le programme, donc – n'est pas intéressant en soi car il ne contient que l'interface utilisateur et non pas les algorithmes calculant les affectations."

Quoi qu'il en soit, "les données des élèves sont bien évidemment ailleurs dans la base de données, quelle qu'elle soit, et non dans le code source", complète le chercheur.

Mais où se cachent donc les règles d'affectation des candidats APB ? "L'algorithme lui-même a été implémenté dans un autre programme, dans un autre code source, et c'est celui-là qui serait intéressant de rendre public !" estime Thierry Viéville.

Natacha Lefauconnier  |  Publié le

3

3 commentaires
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :