On en parleLes Mooc, an II
Actu | Gouvernance

Ecoles d'ingénieurs : la Cdefi se prononce en faveur des communautés

Céline Authemayou  |  Publié le , mis à jour le

0 commentaire

Quelle place pour les écoles d'ingénieurs dans les regroupements universitaires en cours ? Les directeurs des écoles d'ingénieurs ont pris position le 19 novembre 2013 : ils préconisent aux établissements de s'engager, lorsqu'ils le peuvent, dans une communauté d'universités et établissements (CUE). Pour accompagner les écoles sur ce dossier sensible, la Cdefi leur a adressé un vade-mecum afin que chacune puisse défendre sa place.

Place à la communauté. Alors que le sujet fait débat dans plusieurs régions de France depuis le passage de la loi ESR, la Cdefi (Conférence des directeurs des écoles françaises d'ingénieurs) a tenu, le 19 novembre 2013, à rappeler sa position sur l'épineux dossier des regroupements universitaires.

"La communauté d'universités et établissements nous paraît la modalité la plus conforme aux intérêts des écoles d'ingénieurs, souligne la Cdefi. Elle permet en effet aux établissements de garder leur personnalité morale et donc leur capacité d’action, tout en les impliquant fortement dans les politiques de site pour les missions et compétences qui sont les leurs, tout en partageant un dialogue contractuel avec l’Etat."

Consciente que la communauté ne peut être appliquée sur tous les territoires, la Conférence a fait parvenir à l'ensemble des directeurs d'écoles d'ingénieurs un document, visant à leur présenter toutes les possibilités offertes par la loi ESR et à les conseiller dans leurs démarches administratives.

"Si les établissements choisissent de fusionner, ils doivent évaluer leurs capacités à assurer leurs missions dans des conditions au moins identiques à celles qui étaient les leurs auparavant. Il faut être vigilant quant à la gouvernance mise en place dans l'établissement fusionné", prévient notamment la Cdefi.

Quant à l'association, "l'établissement (...) doit être présent dans le Conseil académique de l'établissement coordinateur : cela doit être dit dans la convention d'association", souligne-t-elle.

La concertation avant tout

A travers ce vade-mecum de sept pages, la Conférence tient également à rappeler un point qu'elle juge essentiel au débat.

"La ministre Geneviève Fioraso l'a rappelé : la concertation est inscrite dans l'esprit même de la loi", explique Isabelle Shöninger, directrice exécutive de la structure. "Les établissements doivent obligatoirement être associés aux discussions préalables concernant les modalités de la coordination choisie entre établissements et ne peuvent être exclus a priori de ce processus. Nous recommandons à chaque établissement concerné de rappeler ce point dans les plus brefs délais au recteur de l’académie et à la DGESIP", précise le document écrit.

Le message de la Cdefi est clair : les regroupements ne devront pas être imposés aux écoles d'ingénieurs, qu'il s'agisse de fusion, d'association ou de communauté d'universités et établissements (CUE).

Céline Authemayou  |  Publié le , mis à jour le

0 commentaire

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :