En ce momentSélection à l'entrée de l'université : comment ça se passe chez nos voisins européens ?
On en parleÀ l’université de Strasbourg, un bad buzz autour d'une "procédure presse" qui en dit long
Actu | Formations, Gouvernance

Écoles d'ingénieurs : les concours Puissance 11 et Alpha ne feront plus qu'un

Laura Makary  |  Publié le

1

Une salle de concours
Le nouveau concours sera ouvert à la fois aux bacheliers S, mais aussi aux ES et techno. // © Jessica Gourdon

Les deux concours post-bac Puissance 11 et Alpha fusionnent pour devenir le concours Puissance-Alpha et regrouper 16 écoles, pour près de 3.000 places. L'objectif : simplifier l'inscription des futurs bacheliers. Ce nouveau concours sera présent dès l'année scolaire 2017-2018, sur APB.

Les fusions ne concernent pas que les écoles d'ingénieurs. Les concours postbac Puissance 11 et Alpha ont pris la décision de ne faire plus qu'un, et de devenir le concours Puissance-Alpha. Il sera présent sur APB dès cette année scolaire 2017-2018, avec environ 3.000 places pour 16 écoles : 11 écoles venues de Puissance 11 (Esaip, HEI, Esiee Paris et Amiens, les trois Isen, Isep, Escom, Eseo et CPE Lyon) et cinq d'Alpha (EBI, Elisa Aerospace, ESIEA, Efrei-Esigetel et 3IL).

L'objectif de cette nouvelle entité : simplifier l'inscription des futurs étudiants. "Nous nous sommes réunis au mois de juillet, avec la volonté de faciliter l'entrée des lycéens dans l'enseignement supérieur. L'idée est que les candidats n'aient qu'un seul dossier et une seule journée d'épreuves, le 28 avril 2018", détaille Jean-Marc Idoux, président du concours, interrogé par EducPros. Le bureau de l'association compte également Louis Jouanny (ESIEA) et Gérard Pignault (CPE Lyon).

Jusqu'à 9.000 candidats ?

Pour les bacheliers S – la majorité des candidats – les frais d'inscription s'élèvent à 120 euros. "Pour éviter qu'ils aient trop d'épreuves, nous nous sommes fixés sur quatre "familles" : mathématiques, physique, chimie-biologie et motivation-personnalité. Ils passeront donc quatre écrits en une journée, dans une quarantaine de centres d'examen à travers la France. Nous disposons également de huit centres à l'étranger, notamment à Dakar, Shanghai et à Doha, au Qatar", précise le président du concours.

Mais le concours Puissance-Alpha vise également d'autres profils : les bacheliers ES et des filières technologiques SI2D et STL. "Pour ces candidats, pas d'épreuves écrites. Nous privilégions la motivation, à travers des oraux, qui auront lieu directement dans chaque école visée", souligne Jean-Marc Idoux. Pour ces profils, les frais d'inscription sont de 50 euros. Et gratuit pour les boursiers, quelle que soit leur série de bac. Le concours sera également ouvert aux bac  + 1 et bac + 2, comme c'était déjà le cas pour Puissance 11.

Le nouveau concours espère attirer 8 à 9.000 candidats, quand Puissance en rassemblait 6.000 et Alpha 3.000. Une prévision qui pourrait augmenter dans les années à venir, plusieurs écoles, UniLaSalle ou les écoles du groupe Ecam, ayant déjà manifesté leur intérêt pour rejoindre le concours, d'après Jean-Marc Idoux.

Laura Makary  |  Publié le

1

1 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :