Newsletter

ESPE : Vincent Peillon exhorte les inspecteurs à s’investir

Isabelle Dautresme
Publié le
Envoyer cet article à un ami

A l'occasion du séminaire national des inspecteurs du second degré, vendredi 17 mai à Paris, le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, leur a martelé un message : "imposez-vous dans les ESPE !". Pas sûr que cette prise de position plaise aux universités...

Le ton est ferme, le discours clair : le grand moteur de la réforme, c’est la formation des enseignants à laquelle les inspecteurs doivent être étroitement associés. "Vous devez vous investir dans les ESPE (Ecoles supérieures du professorat et de l'éducation), il en va de l’intérêt des futurs étudiants et donc à terme des élèves, a-t-il insisté. La formation des enseignants n'est pas réservée à l'université, elle revient en premier chef aux inspecteurs de l'Education nationale. c'est pourquoi ils doivent être présents dans les ESPE."

A ceux qui redoutent une charge de travail supplémentaire, le ministre s’est voulu rassurant : "il faut vous recentrer sur le cœur de votre métier : la pédagogie", quitte à faire passer au deuxième plan les tâches administratives.

Vincent Peillon a également insisté sur l’importance de la formation initiale : "c’est en accompagnant les jeunes professeurs stagiaires que vous serez le plus utile". Il s’est en revanche montré beaucoup plus vague concernant la formation continue : "nous allons essayer de l’améliorer"  s’est-il contenté de répondre à une inspectrice pédagogique de Poitiers inquiète "de sa quasi disparation ces dernières années".

Venu parler d’ESPE et de pédagogie, le ministre a été interpellé, lors de la séquence d’échanges avec la salle, sur des questions relevant pour l’essentiel de progression de carrière.


Isabelle Dautresme | Publié le

Vos commentaires (2)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
lafont lucile.

Si le MEN veut que le projet ESPE avance, il est nécessaire de tenir une position qui respecte le travail de formation déjà réalisé au sein des Universités par certaines disciplines! Il y a déjà des collaborations engagés avec les rectorats sur la formation initiale AVANT les ESPE, il faut partir des collaborations engagées. Sinon on va se crisper!!!! et c'est en toute logique : on nous fait sans cesse courir dans un sens puis en sens inverse... Quand le MEN cessera il d'être un système "sans mémoire"? Quand pourrons nous travailler sereinement? Nous sommes mobilisés en permanence par les réformes nationales, les évaluations nationales contrats quadriennaux puis quinquennaux, les évaluations annuelles faites par les étudiants. A t on le temps de réguler? de W en équipe? Non il faut déjà changer : le concours de recrutement, les programmes etc...

constanti.

L'avenir des nouvelles IUFM est d'actualité... Cependant, les inspecteurs sont-ils les plus à même d'accompagner. Certains peuvent être de discipline différentes et se permettre d'être critique de manière disciplinaire... Ce sont des administratifs... Ils sont dangereux pour la pédagogie... Je vois peu d'enseignants défendre les corps d'inspections... Le travail collaboratif, s'il existait réellement cela serait une nouveauté appréciée... Mon inspectrice est une ancienne prof d'allemand qui sévit en Histoire... Le ministère ferait mieux d'aller voir d'un peu de plus près son administration...

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne