En ce momentSélection à l'entrée de l'université : comment ça se passe chez nos voisins européens ?
On en parleÀ l’université de Strasbourg, un bad buzz autour d'une "procédure presse" qui en dit long
Actu | Gouvernance

Exclusif. Paris-Saclay : l’université Paris-Sud, bientôt coupée en deux ?

Laura Makary  |  Publié le

21

Campus université Paris-Saclay - Chantier de l'Ecole Centrale Paris - septembre 2015 USAGE UNIQUE
L'Université Paris-Saclay pourrait se structurer en se séparant de licences et de DUT, placés dans un nouveau "Collège universitaire". // © Gilles ROLLE/REA

L'université Paris-Sud pourrait être coupée en deux entités, dans le cadre du nouveau projet de l'Université Paris-Saclay. Cette dernière deviendrait une université de recherche avec masters et doctorats, laissant des formations bac+2 et bac+3 à un "Collège universitaire" autonome. C'est l'objet d'un document de travail, daté du 5 septembre 2017 révélé par EducPros, qui doit servir de base à la candidature Idex.

Face au compte à rebours de l'Idex, et sa prochaine échéance en décembre, l'Université Paris-Saclay travaille à une nouvelle structuration, celle de la dernière chance. L'idée développée dans un document de travail, émanant du Conseil des membres, daté du 5 septembre 2017 et révélé par EducPros : ne garder que les masters et doctorats de Paris-Sud et des écoles membres dans l'Université Paris-Saclay, la transformant en "une université de recherche intensive de classe mondiale".

La majorité des DUT (diplômes universitaires de technologie), licences et licences professionnelles actuels de Paris-Sud, quant à eux, seraient confiés à un "Collège universitaire Paris-Saclay", "nouvel établissement indépendant, qui organisera les enseignements et délivrera les diplômes", avec un "objectif particulier de professionnalisation à bac+2 ou bac+3".

Le document de travail assure cependant que ce nouvel établissement autonome "travaillera dans le cadre d'une coordination étroite avec l'Université Paris-Saclay, les autres institutions publiques, les collectivités et les entreprises, tout en assurant une détection de talents garantissant une ouverture vers l'Université Paris-Saclay". Cette dernière pourrait garder quelques licences mais leur nombre n'est pas défini.

Première étape d'ici 2019

Pour ce faire, un calendrier est détaillé. Une première étape, "à l'horizon de fin 2019", consisterait en la création d'un établissement public, portant la marque Université Paris-Saclay (UPSaclay) et rassemblant à la fois des composantes issues de Paris-Sud, "dont les missions, le patrimoine et les personnels sont transférés à l'UPSaclay et dont la personnalité morale disparaît en conséquence", mais aussi les grandes écoles "fondatrices", devenant "écoles membres".

Ces dernières conserveraient néanmoins leur personnalité morale et juridique. En revanche, ce faisant, elles devraient s'engager "à ne pas solliciter les classements internationaux pour apparaître en dehors de la marque Université Paris-Saclay dans des classements généralistes", mais aussi à adopter une signature commune pour les publications scientifiques. Lesquelles accepteront ? Pour le moment, rien n'est encore fixé. Le projet doit être validé par les conseils d'administration des établissements, pour un dépôt de dossier Idex mi-décembre.

Une place pour Évry et l'UVSQ

De leur côté, les universités d'Évry et de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, "si elles s'engagent dans le projet, prennent le statut d'université membre pour une durée limitée", d'après le document de travail. Ainsi, elles participeraient à la gouvernance de l'UPSaclay et à ses actions.  Si les deux universités avaient fait part en mai 2017 de leur envie de faire pleinement partie du regroupement, reste à voir si elles accepteront de se couper en deux elles-aussi.

La deuxième étape de la construction aurait lieu "au plus tard en 2025". L'UVSQ et l'université d'Évry, "si elles confirment leur engagement, évolueront à leur tour radicalement en se fondant pour partie dans les composantes de l'UpSaclay, et pour partie dans le Collège universitaire, qui sera simultanément créé en tant que nouvel établissement autonome". "À cette occasion, des formations diplômantes bac+2 et bac+3 portées par l'UpSaclay dont la vocation rejoint celle du Collège pourront y être transférées."

De nombreux points à résoudre

À l'université Paris-Sud déjà, la résistance s'organise. Plusieurs enseignants-chercheurs, prévenus du projet lors du dernier conseil académique de l'établissement qui s'est tenu le jeudi 14 septembre, s'en insurgent. Et promettent pétitions et réunions dès la semaine du 18 septembre, en prévision d'une réunion exceptionnelle organisée le 28 septembre avec la présidente, Sylvie Retailleau. "Nous voulons que ça bouge, car nous sommes choqués que notre présidente se plie aux logiques des écoles", s'agace un enseignant-chercheur de Paris-Sud. Le prochain conseil d'administration de l'Université Paris-Saclay, quant à lui, aura lieu le 27 septembre.

Les questions ne font que commencer... Quels liens auront exactement, à l'horizon 2025, l'Université Paris-Saclay et le Collège universitaire ? Quelles écoles de la Comue souhaiteront rejoindre cette nouvelle structuration ? L'École polytechnique sera-t-elle prête, désormais, à renoncer à voir sa marque dans les classements internationaux ? Autant de réponses que devront trouver rapidement les parties prenantes du projet. Il reste moins de trois mois à Saclay, avant le gong de l'Idex.

Laura Makary  |  Publié le

21

21 commentaires
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :