Newsletter

François Hollande veut rendre obligatoire l'engagement citoyen des étudiants

Céline Authemayou
Publié le
Envoyer cet article à un ami
François Hollande, le 11 janvier 2016 lors des voeux à la jeunesse
François Hollande souhaite que le nombre de jeunes engagés dans un service civique passe à 350.000 d'ici trois ans. // ©  christian liewig pool REA

Changement d'échelle du service civique, livret citoyen ou heures obligatoires d'engagement lors des études supérieures... À l’occasion de ses vœux à la jeunesse, le 11 janvier 2016, François Hollande a détaillé les mesures visant à généraliser l'implication des jeunes dans la société. 

Annoncée le 31 décembre 2015 lors des vœux aux Français, la généralisation du service civique se concrétise. Le 11 janvier 2016, devant les représentants de la jeunesse, François Hollande a livré son plan d'attaque. Pour permettre au service civique d'accueillir d'ici à 2018, 350.000 jeunes par an, soit la moitié d'une classe d'âge, le président de la République a annoncé un "changement de dimension" de l'agence du service civique. L'institution, rebaptisée Haut commissariat à l'engagement et placée sous l'égide du Premier ministre, verra son budget passer de 300 millions d'euros à 1 milliard d'ici trois ans.

L'objectif affiché : atteindre, au-delà de 2020, la fameuse généralisation de cet engagement citoyen. "Il y a cinq ans, l'initiative rassemblait 3.000 jeunes, a rappelé François Hollande. Aujourd'hui, elle mobilise à peine 70.000 jeunes de 16 à 25 ans. Je veux permettre à tous de vivre cette expérience."

des organisations étudiantes inquiètes

L'annonce a été accueillie de façon mitigée par les représentants des étudiants. "En annonçant son élargissement aux entreprises publiques et aux collectivités territoriales avec un objectif de 350.000 jeunes concernés en 2018, le président de la République prend le risque de dénaturer ce dispositif pour en faire des emplois précaires", craint l'Unef.

La Fage, quant à elle, reste "prudente et attentive. En janvier 2015 déjà, François Hollande annonçait l'universalisation du service civique, avec une montée en charge à 150.000 volontaires en 2015. Un an plus tard, le compte n'y est pas, faute de moyens."

des heures d'engagement citoyen rendues obligatoires

Au-delà du service civique, François Hollande appelle de ses vœux la création d'un parcours citoyen, proposé aux élèves de l'école élémentaire à la terminale. Par ailleurs, un livret citoyen sera distribué dès la rentrée 2016 à tous les jeunes le jour de leur 16e anniversaire. Le document recueillera toutes les actions menées entre 16 et 25 ans, dans le but de les valoriser.

Enfin, le président de la République souhaite rendre obligatoire la réalisation "d'un certain nombre d'heures ou de formes d'engagement citoyen" au cours des études supérieures. L'engagement associatif est aujourd'hui de plus en plus récompensé et reconnu par les établissements.


Céline Authemayou | Publié le

Vos commentaires (3)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Viviane Micaud.

Oui. Comme le stage en entreprise est devenu obligatoire dans toutes les formations. Je suis très favorable qu'il ne soit pas possible d'obtenir un diplôme de fin de parcours universitaire sans la validation d'un engagement citoyen qui peut avoir une forme assez divers: bénévoles dans des associations reconnues, site web dont la pertinence est validé fournissant de l'information gratuite, responsable d'associations créant du lien, etc. C'est organisable. L'étudiant pourrait le valider n'importe quand et ce serait acquis (comme la journée d'appel, ou le permis de conduire). C'est une très bonne idée.

Viviane Micaud.

Par contre le service civique obligatoire, c'est irréalisable. Le problème est l'encadrement de jeunes "réticents". Quand des associations volontaires travaillent avec des jeunes enthousiasmes et de bonne volonté tout va bien. Mais, quand les encadrants sont désignés-volontaires par leur administration ou que le jeune est bien décidé à pourrir la vie de son encadrant comme il le faisait à l'école, comment on fait? Sans parler, de ceux qui, comme ils en avaient l'habitude en lycée pro,viendraient une fois sur deux. Avec l'armée, c'était suppression de permission et le trou. Mais dans un cadre professionnel ce n'est pas possible. Par contre, le président a raison, il est possible de proposer plus de missions et de motiver plus de jeunes.

MAI.

Bienvenue en URSS ! Sans rire, comment feront mes étudiants, issus des classes (très) populaires, et qui peinent déjà à maintenir leur tête hors de l'eau en jonglant avec leurs études, un travail à temps quasi-complet et des responsabilités familiales envers leur fratrie ?

Vyves.

Maréchal nous voilà !

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne