Newsletter

Geneviève Fioraso est nommée ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche


Publié le
Envoyer cet article à un ami
Geneviève Fioraso, 58 ans, vient d'être nommée, mercredi 16 mai 2012, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

Geneviève Fioraso était jusqu'alors députée de la première circonscription de l'Isère depuis juin 2007. Membre du Parti Socialiste, elle était en charge de l'innovation, dans l'équipe de campagne de François Hollande.


La nouvelle ministre à l’Enseignement supérieur et la Recherche occupait depuis 2008, les fonctions d’adjointe au maire de Grenoble en charge de l'économie, de l'université et de la recherche, après avoir été adjointe à l’économie, à l'innovation, au commerce et à l'artisanat durant le précédent mandat du maire, et 1re vice-présidente de la Métro, la communauté d'agglomération de Grenoble, chargée du développement économique.

Par ailleurs et depuis 2003, Geneviève Fioraso est PDG de la Sem Minatec Entreprises, plateforme de valorisation industrielle du campus d’innovation Minatec, dédié aux micro et nanotechnologies.


Professeur d’anglais

Geneviève Fioraso est née à Amiens le 10 octobre 1954. Élève d'hypokhâgne, elle poursuit ses études et obtient deux maîtrises (d'anglais et d'économie). De 1975 à 1978, elle exerce comme professeur d’anglais et d’économie dans une zone prioritaire puis au GRETA d’Amiens auprès de jeunes décrocheurs.


En 1978, elle quitte l'enseignement et s'installe à Grenoble où elle est d'abord chargée d’information puis responsable de la documentation à la Ville de Grenoble, elle collabore notamment avec Hubert Dubedout, député-maire de Grenoble, et elle devient son attachée parlementaire en 1983. En 1987, Geneviève Fioraso participe à la fondation d’Agiremploi, association d’insertion des jeunes dont elle devient administratrice.


De 1989 à 1995 elle est cadre de direction d’une start-up du CEA, Corys, où elle s’occupe des projets européens et de recherche et développement, pour améliorer la sûreté des centrales nucléaires et thermiques.


Aux côté de Michel Destot

Elu maire de Grenoble en 1995, Michel Destot la sollicite pour être sa directrice de cabinet, où elle suit notamment les dossiers de l’économie, de la recherche, de l'enseignement supérieur, du CHU et de l’innovation. De 1999 à 2001, elle occupe le poste de directrice fondatrice de l’Agence Régionale du Numérique mise en place par le réseau des villes Rhône-Alpes, pour assurer la diffusion du numérique dans les PME de Rhône-Alpes. 

Entre 2001 et 2004, Geneviève Fioraso occupe un poste de cadre marketing à France Télécom Grenoble, en charge des marchés émergents dans le secteur social-santé.

Ses attributions parlementaires

En tant que députée de la première circonscription de l’Isère, Geneviève Fioraso, est membre de la Commission des Affaires Economiques, membre de l’Office Parlementaire d’Évaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST). Elle a été rapporteur pour avis des budgets sur l’industrie, l’énergie, le développement durable, la recherche technologique en 2009, 2010 et 2011.
Elle a rédigé le rapport sur l’évaluation de l’application de l’article 19 de la loi de programme pour la recherche avec Claude Birraux, député et président de l’OPECST et Jean-Claude Etienne, sénateur en décembre 2008.

Elle a également présidé le Forum pour l’Enseignement supérieur et la Recherche du Parti Socialiste, à Toulouse en mai 2011 dans le cadre des propositions pour 2012.

En savoir plus sur strong>son blog

Les premiers mots de Geneviève Fioraso, ministre sur strong>son blog : "François Hollande a mis la jeunesse au coeur de son projet. La vie étudiante, la réussite en premier cycle et l’orientation seront donc des axes d’action prioritaires."


| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne