Newsletter

France université numérique : Geneviève Fioraso dévoile son plan

Mathieu Oui
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Geneviève Fioraso © S.Blitman - septembre 2013
Geneviève Fioraso © S.Blitman - septembre 2013

Geneviève Fioraso a présenté, le 2 octobre 2013, au Cube d'Issy-Les-Moulineaux, son plan de développement en faveur du numérique dans l’enseignement supérieur. Et décliné plusieurs objectifs : améliorer la visibilité des formations numériques grâce notamment à la création d'une plate-forme de MOOC certifiants, mais aussi accompagner les enseignants dans la mise en œuvre de ces nouvelles pratiques, de manière à, in fine, favoriser la réussite des étudiants.

Elles n'étaient pas moins de trois ministres, Geneviève Fioraso (enseignement supérieur et recherche), Fleur Pellerin (PME, innovation et économie numérique) et Yasmina Benguigui (Français de l’étranger et francophonie) à participer au lancement le 2 octobre 2013, de France université numérique, agenda de développement du numérique pour les cinq prochaines années.

Formation, orientation, réussite des étudiants, insertion, recherche… Les 18 mesures de "l’agenda numérique pour l’enseignement supérieur"  couvrent l’éventail des activités des établissements de formation. Il s’agit d’utiliser le numérique comme un levier de la réussite des étudiants, tout en structurant les initiatives déjà existantes et en impulsant une nouvelle dynamique.

Une plate-forme de MOOC

Parmi les mesures phares figure l’ouverture d’une plate-forme nationale de MOOC dont le lancement est annoncé fin octobre. Celle-ci hébergera, sur un site unique, des MOOC certifiants et des formations en ligne diplômantes ou qualifiantes. Destinée avant tout aux établissements français, la plate-forme devrait aussi accueillir des cours d'établissements européens et internationaux.

Sur la soixantaine de MOOC recensés, une vingtaine sera disponible dès l’ouverture de la plate-forme. Proposés par une dizaine d'établissements (1), ils traiteront aussi bien d'histoire, de biologie ou de management que de droit, de développement durable, de santé ou encore de numérique.

Citons par exemple les MOOC "Philosophie et modes de vies" (Paris Ouest Nanterre la Défense), "Développement durable" (Centrale Paris), "Origines du système juridique" (Panthéon Assas-Paris 2), "Principe des réseaux de données" (Mines Télécom), ou "Comprendre le transmedia storytelling" (Montaigne-Bordeaux 3).
Egalement annoncé, un MOOC "Initiation à l'analyse mathématique" élaboré avec le mathématicien Cédric Villani, titulaire de la médaille Fields en 2010, devrait être disponible en 2014 : il s'adresserait aux lycéens dès la seconde ainsi qu'aux étudiants de L1 et L2.

Dans le cadre du programme des Investissements d'avenir, 12 millions d’euros seront par ailleurs consacrés au développement de formations numériques innovantes : MOOC, mais aussi cursus de formation initiale et tout au long de la vie.

L’ouverture des inscriptions en ligne se fera le 28 octobre pour une rentrée universitaire en janvier 2014. Dans la première phase expérimentale, la question de la certification n’a pas encore été finalisée. Un groupe de travail réfléchit à cette question et à celle de la diplômation, au sein du comité de pilotage de France université numérique.

Une vingtaine de MOOC seront disponibles sur une plate-forme unique fin octobre 2013

La "culture du oui"

"Avec France université numérique, on entre dans la culture du Oui à l’université", s’est enthousiamé François Taddei, directeur du centre de recherche interdisciplinaire lors d’une table ronde qui a précédé l'annonce de la ministre. Et le chercheur de prendre l’exemple d’un lycéen qui hésite entre plusieurs disciplines non enseignées dans le secondaire comme le droit, la psychologie, la médecine. "L’accés aux MOOC permet de s’initier à ces différentes disciplines et de confronter son rêve à la réalité des enseignements."
Autre élément fort de cette nouvelle pédagogie : l’interactivité entre étudiants, et la possibilité, à travers les discussions en ligne, de trouver d’autres étudiants qui se posent les même questions. 

"La plate-forme de MOOC est un produit d’appel pour les établissements français", estime de son côté François Germinet, président de l’université de Cergy-Pontoise et du comité numérique de la CPU (Conférence des présidents d'université). "Beaucoup d’établissements veulent lancer leurs cours sans avoir les moyens de lancer leur propre plate-forme : c’est un soulagement pour eux".

L’accés aux MOOC permet de s’initier à ces différentes disciplines et de confronter son rêve à la réalité des enseignements (F.Taddéi)

Une fondation dédiée

Autre mesure importante du plan Fioraso : la création d’une fondation France université numérique "pour donner une visibilité nationale et internationale à l’offre française", a indiqué Geneviève Fioraso. Rassemblant "les grands partenaires du volet formation", celle-ci doit voir le jour au premier semestre 2014 sous la forme d'une FCS (Fondation de coopération scientifique).
Outre le pilotage de la plate-forme de MOOC, ses missions seront multiples. Elle devra notamment œuvrer à la lisibilité des formations numériques proposées par les établissements français, à travers un portail commun, mais aussi "aider à concevoir, améliorer, labelliser des formations numériques" et "coordonner la veille stratégique dans le domaine du numérique" : le ministère estime que 10% des 1.000 postes attribués chaque année à l'enseignement supérieur doivent y être consacrés.

L'objectif de cette fondation est également de développer des interactions avec les acteurs économiques du secteur privé (éditeurs de contenus pédagogiques, de logiciels…) et d’accompagner les enseignants dans ces nouvelles pratiques.

formation des enseignants

Un volet formation et accompagnement des enseignants et équipes pédagogiques est d'ailleurs également prévu : le numérique sera notamment au programme des enseignements des ESPÉ (Ecoles supérieures du professorat et de l'éducation). Par ailleurs, un groupe de travail a été lancé autour d’une meilleure reconnaissance et valorisation de l’investissement numérique dans la carrière des enseignants-chercheurs.

Les 18 mesures du plan de Geneviève Fioraso en faveur du numérique

1/ Faciliter et renforcer la mise en place de dispositifs d’aide à l’orientation des lycéens et étudiants
2/ Favoriser la réussite des étudiants grâce à une pédagogie rénovée par le numérique
3/ Lancer une plate-forme nationale pour héberger, sur un site unique, les formations numériques, MOOC certifiants et formations en ligne diplômantes ou qualifiantes
4/ Favoriser une meilleure insertion professionnelle des étudiants grâce au numérique
5/ Proposer une offre innovante de formations en ligne pour répondre aux besoins croissants de formation continue
6/ Former et accompagner les enseignants et les équipes pédagogiques à l’usage du numérique dans leurs pratiques pédagogiques
7/ Mieux reconnaître et valoriser, dans l’évolution de la carrière des enseignants-chercheurs, leur investissement pour intégrer le numérique dans leurs pratiques pédagogiques
8/ Accompagner les établissements dans la mise en place d’une stratégie numérique, en y consacrant 10% des 1.000 postes par an attribués par le MESR
9/ Lancement d’une fondation France Université Numérique
10/ Intégrer des indicateurs numériques dans le suivi des contrats de site établis entre le ministère et les sites universitaires
11/ Donner une impulsion forte à la recherche sur la pédagogie numérique (les digital studies) et notamment à la recherche dans l’e-education
12/ Inciter les établissements d’enseignement supérieur à rationaliser leurs infrastructures informatiques, en mutualisant et sécurisant leurs données dans des data center éco-responsables
13/ Des services en Cloud seront offerts aux établissements, notamment pour les applications de gestion (finances, RH, scolarité…) et les plates-formes pédagogiques
14/ Intégrer le numérique et l’évolution pédagogique qu’il induit dans les constructions et les rénovations de bâtiments universitaires.
15/ Encourager et développer les services numériques pour les établissements et les usagers
16/ Rendre plus performants les systèmes d’information des établissements et l’interopérabilité entre établissements, organismes et MESR
17/ Développer une action spécifique à destination de la francophonie
18/ Articuler les initiatives françaises avec les stratégies européennes et internationales.

(1) Centrale Paris, Institut Mines Telecom, Montaigne-Bordeaux 3, Montpellier 2, Paris Ouest Nanterre La Défense, Paris 2 Assas, Ecole polytechnique, Sorbonne Paris Cité, CNAM, Unisciel, Lille 1, etc...

Pour en savoir plus
Consulter le site de France université numérique.
Lire l'infographie : "Le numérique au service d’une Université en mouvement" - MESR

Le billet du blogueur EducPros Matthieu Cisel : MOOC: lancement de la plate-forme nationale, ça va être FUN
Le billet du blogueur EducPros Pierre Dubois : Le numérique à coût constant

Mathieu Oui | Publié le

Vos commentaires (6)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
nono miengué rita.

Je sur très motivé par cet initiative qui tombe à point nommé pour moi qui cherchait des cours en ligne en gestion des ressources humaines et ce gratuit. j'espère maintenant que la réflexion concernant l'obtention d'un diplôme sera fructueuse. Cordialement

Fred90.

"Je sur très motivé par cet initiative" et pour des cours d'orthographe ?

Jean-Paul Debeuret.

Vous trouverez ci-dessous un retour d’expérience suite à l’organisation du premier MOOC de l'entrepreneuriat www.passeportpourentreprendre.com par www.tvdesentrepreneurs.com, télévision de formation sur internet qui propose l'accès à 1000 formations enregistrées en vidéo par 300 experts et accessibles par abonnements, Pour organiser un MOOC, il faut: -des ressources pédagogiques adaptées principalement des contenus en rich media ( vidéo+textes+tableaux) et non des copies de livres mis en ligne -une plate forme pour gérer les inscriptions, les relations avec les apprenants, les examens -des questionnaires pour faire passer les examens -de l'animation au quotidien pour ne pas que les inscrits s'arrêtent en chemin En conclusion des investissements relativement lourds que nous n'aurions pas pu mobiliser si www.tvdesentrepreneurs.com, n'avait pas les ressources pédagogiques et l'expérience de la formation à distance. Mais cela ne suffit pas: -il faut communiquer en amont, convaincre les personnes intéressées à s'inscrire. Dans notre cas cela c'est fait sans le soutien de Pôle Emploi (40% des créateurs sont des chômeurs), sans celui de l'APCE ( sûrement jalouse de n'avoir pût monter ce MOOC) , sans celui de F Pellerin ( qui veut créer une école de l'entrepreneuriat) -réussir à trouver un business modèle car par principe un MOOC est gratuit. www.passeportpourentreprendre.com a été une réussite: des milliers d'inscrits, des participants satisfaits et une expérience acquise pour les organisateurs qui sera mise à profit dans le futur. www.passeportpourentreprendre.com sera réorganisé 4 fois en 2014 et www.tvdesentrepreneurs.com organisera 3 autres MOOCs pour couvrir toute la vie de l'entreprise: www.passeportpourgerer.com, www.passeportpourdevelopper.com, www.passeportpourtransmettre.com Apparemment la plate forme FUN sera réservée aux universités. Nous le regrettons. De plus comme le processus sera subventionné il va créer de la concurrence déloyale avec les entreprises privées.

Pierre Demers.

France université numérique : Geneviève Fioraso dévoile son plan 3X2013 Est-ce possible, est-ce vrai? Apparemment oui, ce serait en français, donc bravo et un bon point pour vous, Mme Fioraso! (Bien sûr, il faudrait d'abord traduire MOOC vers le français, mais passons). Et alors vous ouvrez de vastes perspectives pour l'usage généralisé du français. Rien n'empêchera, personne ne peut empêcher que les découvertes scientifiques des recherches des Français et des Québécois paraissent, rapidement, sur la toile informatique en français uniquement, avec une autocensure que les pairs, les doyens et les directeurs de laboratoires pourront confirmer, et archivage comme patrimoine national dans les Bibliothèques nationales. (Ce sera la fin de l'exploitation abusive qui enrichit des éditeurs, dénoncés universellement, de coûteuses revues papier). Rien n'empêchera alors d'appliquer la Loi Toubon qui exige que les concours, les nominations et les promotions se basent sur des dossiers en français uniquement. Bravo donc, à vous la chance, Mme Fioraso, d'organiser France, publications scientifiques numériques en français!. Pierre Demers physicien c3410@er.uqam.ca 13h HAE 3X2013 PS. Je prêche d'exemple: toutes mes publications sont en français depuis 1980. Voyez le site LISULF. Vous y verrez que l'Assemblée des Patriotes de l'Amérique Française m'a décerné son Grand Prix Pasteur-Frappier 2013 pour mon oeuvre scientifique en français. http://er.uqam.ca/nobel/c3410/SF026.htm

Claude Coulombe.

@Pierre Demers En tant que Québécois, on peut saluer l'initiative de nos amis Français, mais FUN (!) pour France Université Numérique et MOOC (ou « moc » comme ils prononcent) alors qu'il existe un équivalent CLOM (Cours en Ligne Ouverts aux Masses) me fait sourire! Sur le plan technique, le choix de se baser sur la plateforme en logiciel libre edX est excellent! On évite ainsi de réinventer la roue tout en contribuant à une communauté active. Claude Coulombe Montréal Mon blogue de recherche: http://goo.gl/t28L9

Pierre Demers.

M. Claude Coulombe, Voulez-vous communiquer? M'adresser un courriel? Pierre Demers c3410@er.uqam.ca Plaisir. Saluts. P. D. Merci CLOM

Jeanne.

Encore des initiatives diverses et variées extrêmement énergivores.

Costes Didier.

C'est très bien tout ça, mais nous avons une très fâcheuse tendance à causer en acronymes sans les expliciter: qu'est ce c'est que ces MOOC ?????? Merci d'avance à ceux qui savent...

Beaugeois.

MOOC pour Massive Open Online Courses. Regardez le site france-universite-numerique.fr. C'est expliqué...

Voir plus de commentaires