En ce momentSélection à l'entrée de l'université : comment ça se passe chez nos voisins européens ?
On en parleÀ l’université de Strasbourg, un bad buzz autour d'une "procédure presse" qui en dit long
Actu | Formations

Écoles de commerce : Kedge et Neoma quittent le concours Pass au profit de Sesame

Cécile Peltier, Baptiste Legout  |  Publié le

0

Kedge et Neoma
Après une année passée au sein de Pass, Kedge et Neoma réintègrent la banque d'épreuves Sesame. // © Kedge BS - Neoma BS

L'expérience n'aura duré qu'un an. Après un détour par le concours Pass, l'IBBA de Kedge et le Global BBA de Neoma (ex-BSc) viennent d'être officiellement réintégrés dans le concours Sesame.

Un petit tour et puis s'en va… Après un passage d'un an au sein du concours Pass, l'IBBA (International Bachelor of Business Administration) de Kedge (campus de Marseille) et le Global BBA (ex-BSc) de Neoma rentrent au bercail. Les membres de Sesame, réunis le jeudi 21 septembre 2017 en assemblée générale extraordinaire, ont donné leur feu vert à la réintégration au sein de la banque d'épreuves des deux bachelors en quatre ans, qui l'avaient quittée début octobre 2016.

En rejoignant Pass, notamment aux côtés du BBA Edhec et du BBA et de l'American BBA de l'Inseec, les deux établissements cherchaient à clarifier le positionnement de leur diplôme par rapport à leurs deux autres programmes postbac restés dans Sesame : ceux de l'EBP International (Kedge) et du Cesem (Neoma). Ils espéraient aussi gagner en attractivité auprès des étudiants internationaux et des bacheliers français, en testant le recrutement en ligne via la plateforme ZeeMee.

"UN BILAN MITIGÉ"

Visiblement, ce choix n'a pas porté tous ses fruits. Un an après l'intégration de Pass, le bilan est "mitigé […], tant du point de vue de la visibilité et de la sélectivité que du point de vue du marketing et du digital", précisaient les deux écoles de commerce dans la lettre de demande de réintégration qu'elles ont adressée fin juillet 2017 au directeur délégué de Sesame, et dont Educpros a obtenu une copie.

Neoma n'a pourvu que 117 places sur les 150 ouvertes en 2017 pour son Global BBA, et Kedge 112 sur 120. Des faibles performances, ajoutées à une différence de culture, qui ont conduit les deux établissements à jeter l'éponge.

Sesame et sa "marque de plus en plus affirmée"

Avec ses 6.158 candidats en 2017 pour 2.665 places, Sesame est une plateforme efficace et reconnue : "Nous souhaitons aujourd'hui renforcer notre attractivité auprès des étudiants internationaux, tout en demeurant toujours aussi compétitifs vis-à-vis des bacheliers français. Sesame répond pleinement à cette ambition, avec une marque de plus en plus affirmée et une excellence reconnue", commente la nouvelle directrice générale de Neoma, Delphine Manceau, dans le communiqué diffusé par Sesame.

Nous souhaitons renforcer notre attractivité auprès des étudiants internationaux, tout en demeurant toujours aussi compétitifs vis-à-vis des bacheliers français.
(D. Manceau)

"Nous sommes très clairement attachés à une qualité de recrutement, à une valeur concours, et ce, quels que soient les outils de recrutement utilisés. Sesame apparaît comme une référence sur le marché des programmes postbac internationaux, et est de nature à permettre cela", avance pour sa part José Milano, nouveau patron de Kedge.

Des "éléments positifs" de l'expérience pass

Pour autant, comme elles l'écrivaient fin juillet à Sesame, Neoma et Kedge retirent des "éléments positifs" de l'expérience Pass : c'est le cas de l'admission sur dossier tant pour les Français que pour les candidats internationaux ou encore de l'expérimentation des dossiers en ligne et du réseau social ZeeMee. "Il y a eu des problèmes de recrutement au niveau de la quantité mais une amélioration en termes qualitatifs", reconnaissait mercredi 20 septembre Céline Davesne, directrice générale adjointe chargée des programmes à Neoma, lors de la conférence de rentrée de l'école.

Si le nombre d'intégrés au programme est en effet en chute libre cette année (117 nouveaux entrants en 2017 contre 216 en 2016) le BSc – rebaptisé BBA – a pu recruter, en proportion, plus de titulaires de mentions, notamment grâce à l'admission sur dossier du concours Pass (32 % de mentions bien et très bien en 2017, contre 19 % l'année précédente). De même, l'IBBA de Kedge a vu son taux de mentions bien et très bien progresser cette année (44 % en 2017, contre 36 % en 2016).

Des dispositifs de recrutement "alternatifs" que les deux écoles se disent prêtes à partager avec les autres membres du concours Sesame. Une balle à saisir au bond pour le concours commun, en pleine réflexion sur son recrutement à l'international, qui voit dans cette réintégration la restauration  "d'une présence homogène des écoles sur le territoire et un choix de formations élargi pour les candidats".

Neoma se dote d'un Global BBA
Un BBA baptisé BSc et un bachelor en trois ans appelé BBA : il n'était pas facile de s'y retrouver dans les nomenclatures de Neoma. Conscient de ce manque de lisibilité, l'établissement né de la fusion des écoles de Rouen et Reims a décidé de faire le ménage. Ainsi, le BSc in International Business (en quatre ans après le bac) évolue et fusionne avec le BBA en trois ans du groupe pour donner naissance au Global BBA, préparé en quatre ans.

Généraliste, ce nouveau programme dispensé à la fois sur les campus de Rouen et de Reims sera, tout comme le BSc avant lui, principalement tourné vers l'international. Au rayon des nouveautés : le développement de l'apprentissage, la possibilité de changer de deuxième langue vivante à l'entrée dans le programme et le renforcement de l'entrepreneuriat. Ce dernier axe reposera sur le développement de trois incubateurs et la création d'un parcours "entrepreneuriat-associatif", inspiré de celui existant déjà au sein du programme grande école.

Cécile Peltier, Baptiste Legout  |  Publié le

0

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :