Newsletter

IUT, dépasser les idées reçues


Publié le
Envoyer cet article à un ami
L'IUT de Belfort-Montbéliard. Un nouveau bâtiment inauguré en janvier 2013 et implanté à l'entrée de notre site Belfort Techn'hom, accueille les étudiants du département Génie Civil © Ludovic Godard - UFC
Loin de les écarter, les IUT accueillent aujourd’hui près de 30 % de bacheliers technologiques en première année. // ©  © Ludovic Godard - UFC
Sur le site de "The Conversation France", Aurélien Lamy, maître de conférences en sciences de gestion à l'université de Caen-Normandie, s'attaque aux clichés persistant sur les IUT, faussant leur contribution à l'enseignement supérieur français, que ce soit sur les stratégies d'orientation, l'accueil des bacheliers technologiques ou bien leur coût.

Depuis plus de cinquante ans, les IUT (Instituts universitaires de technologie) proposent avec le DUT (Diplôme universitaire de technologie) une formation en deux ans, à la fois universitaire et professionnalisante, et qui trouve un accueil très favorable auprès des employeurs.
Pourtant, depuis une vingtaine d’années, plusieurs idées reçues sur les IUT circulent et contribuent à diffuser une vision erronée de la contribution spécifique des IUT à l’enseignement supérieur français.

Une voie de contournement ?

Une première idée reçue qui circule sur les IUT avance qu’ils seraient devenus des voies de contournement des premières années de licence générale et des CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles). Le fait que 85 % des diplômés poursuivent leurs études après l’obtention de leur DUT est souvent avancé pour soutenir cette idée. Ce taux recouvre pourtant une diversité de situations qui sont bien loin de se résumer à la recherche par les étudiants d’une voie de contournement.

En effet, les poursuites d’études ne résultent pas toujours d’une volonté affirmée dès l’entrée en DUT. Pour un certain nombre d’étudiants, l’ambition de poursuivre leurs études naît et grandit pendant leur formation en DUT. La réussite au diplôme, le regain de confiance en eux qui en résulte et le travail de formalisation de leur projet professionnel les amènent alors à vouloir poursuivre leurs études.

De plus, le déterminant principal du choix de poursuivre des études est avant tout sociétal et dépasse largement le cadre des IUT. Une majorité de diplômés de DUT choisit ainsi de poursuivre ses études :
parce qu’elle est consciente des réalités du marché du travail et que toutes les enquêtes montrent que les études longues reste une arme contre le chômage ;
– parce que depuis la mise en œuvre du processus de Bologne dans les années 2000, le DUT en 120 ECTS est en décalage avec la norme internationale du premier grade universitaire en 180 ECTS ;
– parce que les établissements d’enseignement supérieur sont largement intéressés à recruter des étudiants bien formés et ouvrent largement leurs portes aux diplômés de DUT ;
– et enfin, parce que les employeurs apprécient les diplômés de DUT et les encouragent à poursuivre leurs études en leur proposant de les accueillir en stage ou en alternance pendant leur cursus ultérieur.
Pourtant, en dépit des nombreuses raisons qui les incitent à poursuivre leurs études, 15 % des étudiants s’arrêtent après l’obtention de leur diplôme. L’insertion professionnelle au sortir du DUT reste ainsi une option bien réelle pour un certain nombre d’étudiants.

Un accueil des bacheliers technologiques insuffisant ?

Une deuxième idée reçue largement répandue affirme que les IUT privilégient l’accueil des bacheliers généraux au détriment de celui des bacheliers technologiques.
Les IUT accueillent et font réussir des bacheliers technologiques depuis leur création. Pourtant, ce n’est que depuis 2013 et le vote de la Loi relative à l’enseignement supérieur et à la recherche, que cette mission nouvelle leur a été confiée.

Et c’est sans moyen supplémentaire, et a contrario dans un contexte de baisse constante de leurs moyens humains et financiers, que les IUT doivent accueillir en plus grand nombre des bacheliers technologiques. Ces derniers sont pourtant moins bien préparé pour les études supérieures que les bacheliers généraux, comme en attestent particulièrement leurs taux de réussite respectifs en licence, mais également dans les autres filières de l’enseignement supérieur.

Par ailleurs, l’articulation entre le lycée et l’enseignement supérieur n’est aujourd’hui pas favorable à la poursuite en DUT des bacheliers technologiques, en dépit des efforts déployés de part et d’autre :
– parce que les contenus des enseignements de la voie technologique au lycée sont conçus sans véritable concertation avec les IUT et donc sans prise en compte des attendus pour réussir en DUT ;
– et parce que les bacheliers technologiques privilégient encore souvent la proximité et une certaine sécurité en poursuivant leurs études au sein d’un BTS proposé par leur lycée.

Et pourtant, loin de les écarter, les IUT accueillent aujourd’hui près de 30 % de bacheliers technologiques en première année. De plus, ils assurent largement leur réussite puisqu'environ 67 % d’entre eux obtiennent leur DUT en 2 ou 3 ans. Ces résultats doivent être rapprochés des 16 % de bacheliers technologiques qui valident leur licence générale, mais aussi des 77 % qui obtiennent leur BTS, formation plus professionnelle et moins exigeante sur le plan académique.

Un fonctionnement autonome trop coûteux ?

Une troisième idée reçue qui circule sur les IUT avance que la relative autonomie dont disposaient les IUT jusqu’en 2007 serait incompatible avec une bonne gestion et que les IUT seraient finalement trop coûteux.

Depuis la mise en place de la Lolf [loi organique relative aux lois de finance], il n’est plus possible de distinguer la dépense par étudiant en IUT de celle en licence générale. Cependant, les derniers chiffres disponibles de 2006 montraient une dépense moyenne par étudiant d’environ 10.000 euros en IUT, contre 8.500 euros en licence générale.

Lire la suite

 // © The Conversation
// © The Conversation

| Publié le

Vos commentaires (4)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
elisa921.

franchement cet article! ah bon les technos sont pas armés pour poursuites d'etudes superieures? ah quoi bon alors ?un bac pro suffit alors ,normalement bac pro devraient être majoritaires en bts bac technos en dut et generaux en licence

Eric.

Bac techno ? passez votre chemin pour candidater en IUT informatique ; notre fils a été refusé alors qu'il avait un bon dossier , c'est faux les 30 % de quota ....

Eric.

Ce sont des mensonges des IUT tout cela , notre fils avait un bon dossier et le bac de STI2D technologies et informatique , il a été refusé à l'IUT informatique de Bordeaux , alors , les IUT arrêtez de mentir et de dire que vous prenez 30 % de bac technologique ! je leur ai dit ce qu'on pensait !

elisa921.

il a fait quoi alors?c'est ma hantise mon fils en premiere sti2d également si j'avais su il aurait redoubler la seconde pour passer en s

mal_pensant.

On a découvert la pierre philosophale. Pour que les étudiants réussissent il faut que la dépense par étudiant permette un encadrement et un suivi importants, TD par petits groupes, TP, "kholes" de prépa,....Et les gadgets pédagogiques (MOOCs,...) n'y peuvent rien changer. Si les universités veulent qu'on réussisse en licences générales elles savent ce qu'elles doivent faire, mettre le paquet sur les moyens spécifiquement dédiés à l'encadrement (aucune licence ne devrait offrir moins de 800h par an d'enseignement dont au moins les 2/3 en petits groupes). C'est là-dessus et non sur la sacro-sainte recherche qu'il faut mettre des moyens.

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne