Newsletter

Jean-Michel Blanquer et Frédérique Vidal, deux ministres pour l'Éducation nationale et l'Enseignement supérieur

Aurore Abdoul-Maninroudine
Publié le - Mis à jour le
Envoyer cet article à un ami
Jean Michel Blanquer et Frédérique Vidal
Jean Michel Blanquer et Frédérique Vidal // ©  Denis Allard / REA - Université de Nice
Frédérique Vidal, vient d'être nommée, mercredi 17 mai 2017, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation dans le gouvernement d'Édouard Philippe. Quant à Jean-Michel Blanquer, directeur général de l'Essec et ancien Dgesco, il est nommé ministre de l'Éducation nationale.

Deux dirigeants de l'enseignement supérieur deviennent ministres dans le gouvernement d'Édouard Philippe, annoncé mercredi 17 mai 2017. Frédérique Vidal, présidente de l'université de Nice, est nommée ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation. Une première pour un président d'université. De son côté, Jean-Michel Blanquer, l'actuel directeur général de l'Essec et ancien Dgesco, est nommé à l'Éducation nationale.

Le président de la République, Emmanuel Macron, et le Premier ministre, Édouard Philippe, ont donc choisi, pour les ministères de l'Éducation nationale et de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, deux bons connaisseurs de leur secteur respectif.

Jean-Michel Blanquer et Frédérique Vidal sont tous deux des enseignants-chercheurs, l'un en droit public, l'autre en sciences de la vie, et ont fait toute leur carrière dans le milieu de l'éducation et de l'enseignement supérieur.

Pour la première fois, le ministère inclut l'innovation

L'autre fait saillant de ce gouvernement est le retour à un ministère dédié à l'Enseignement supérieur et à la Recherche, après la création – fort décriée par les acteurs – d'un secrétariat d'État en 2014. Frédérique Vidal est donc la sixième ministre de plein exercice sur ces sujets sous la Ve République, après Geneviève Fioraso, Valérie Pécresse, François Fillon et Alice Saunier-Seïté.

Par ailleurs, c'est la première fois que le périmètre du ministère inclut l'innovation. Cette évolution avait notamment été appelée de ses vœux par Geneviève Fioraso, dans une interview à EducPros.

Frédérique ViDal, jusqu'alors présidente de l'UNS

Frédérique Vidal était, depuis 2012, présidente de l'université de Nice-Sophia-Antipolis (UNS). Elle n'a jamais détenu de mandat politique.

Professeur des universités en sciences de la vie, elle était auparavant directrice de la faculté de sciences de l'établissement niçois. Après une maîtrise de biochimie (UNS), un DEA à l'Institut Pasteur (option virologie fondamentale) et un doctorat en sciences de la vie à l'UNS, Frédérique Vidal rejoint, en 1995, l'université de Nice comme maître de conférences. Responsable des stages, puis directrice adjointe du magistère de pharmacologie, elle devient professeur en 2004, et dirige le département des sciences de la vie de l'UNS de 2005 à 2008.

Directrice adjointe de la faculté des sciences de 2007 à 2009, elle est élue directrice de l'UFR de sciences en 2009. Membre extérieur du conseil scientifique régional de l'Inserm de 1999 à 2003, Frédérique Vidal est membre du jury du master de virologie de l'UPMC-Paris 7-Institut Pasteur depuis 2004. Elle a été coresponsable du projet européen Tempus sur la mise en place du LMD dans les Balkans de 2006 à 2009.

Jean-Michel Blanquer, jusqu'alors directeur général de l'ESSEC

Jean-Michel Blanquer, directeur général du groupe Essec depuis le 1er juillet 2013, a été Dgesco (directeur général de l'enseignement scolaire) au ministère de l'Éducation nationale de décembre 2009 à novembre 2012. Il a été recteur de l'académie de Créteil de 2007 à 2012.

Ce docteur en droit de l'université Paris 2 et agrégé de droit public est également titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un DEA d'études politiques. Il a étudié à Harvard, grâce à la bourse Lavoisier du ministère des Affaires étrangères.

Professeur de droit public à Sciences po Lille, puis à Lille 2 (1996-1998), il devient directeur de l'Institut des hautes études de l'Amérique latine, à Paris 3, en 1998. Il occupera ce poste jusqu'en 2004, date à laquelle il est nommé recteur de Guyane. En octobre 2006, il est appelé comme directeur adjoint au cabinet du ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Gilles de Robien.

Les ministres qui ont aussi à traiter d'enseignement supérieur
Ont aussi des écoles sous leur tutelle :

- Jacques Mézard, ministre de l'Agriculture
- Bruno Le Maire, ministre de l'Économie
- Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé
- Sylvie Goulard, ministre des Armées
- Françoise Nyssen, ministre de la Culture

Aurore Abdoul-Maninroudine | Publié le - Mis à jour le

Vos commentaires (4)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Givé (Toulouse).

- Ce sont des ministres "de jonction", en attendant le résultat des élections législatives. Après, les cartes seront rebattues et des ministres... changés. - EM avait dit, écrit même à la CPU, qu'il n' y aurait pas de ministère à part entière pour l'ES et la R, en raison du nombre réduit de ministères qu'il envisageait... Changement d'optique (positif) donc. - L'émission d'ARTE évoqué par un intervenant était fort intéressant et... édifiant. Me pose la question : est-on toujours à "Big is beautiful" ? c'est-à-dire, comme disent nos collègues américains : "Big, Noisy,... and does not work" (I mean Idex, Comue, Isite... personne n'y comprend plus rien).

Gilles d'Hallouaran.

Si chacun d'eux pouvait se positionner relativement au documentaire diffusé hier soir sur Arte et donc sur les réformes récentes de l'enseignement supérieur qui ont généré tant d'étudiants endettés à l'échelle du monde, on y verrait plus clair... Voir : http://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2017/05/16/tv-etudiants-l-avenir-a-credit-vers-une-marchandisation-des-savoirs_5128625_1655027.html Mais peu de chance que l'on ait affaire là à des ministres enclins à porter haut l'autonomie de la connaissance et à l'envisager indépendamment des exigences de l'économie voire de la finance... et du diktat des classement du type "Shanghai".

Konrad.

Un(e) des seul(e)s ministres à avoir un bagage scientifique... :-(

Tetard.

un Ministère vital surement mais la ministre s'appelle Frédérique Vidal. Un ministère de plein exercice pour l'ESR : C'est bien De grand défi pour notre jeunesse. Mais aussi de nombreuses tensions notamment budgetaire et RH. Que les 5000 futures creations de postes ne soient pas fallacieuses cette fois ci.

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne