On en parleESC : le palmarès 2015 de la recherche en gestion
Actu | Politique

Jean-François Balaudé (futur président de l’université de Paris Ouest Nanterre) : "Intégrer un PRES fait partie de mes priorités"

Franck Dorge  |  Publié le

0 commentaire

Jean-François Balaudé (futur président de l’université de Paris Ouest Nanterre) : "Intégrer un PRES fait partie de mes priorités"

Avant l’annonce des résultats au conseil d’administration le 16 février 2012, deux candidats étaient en lice pour la présidence de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense : Bernadette Madeuf, actuelle présidente et Jean François Balaudé, professeur de philosophie et directeur de l’UFR de philosophie, infocom, langage, littérature, arts du spectacle (PHILLIA). Cependant les listes soutenant, Jean-François Balaudé ont obtenu 12 des 14 sièges au conseil d'administration et Bernadette Madeuf a retiré sa candidature. Dès lors, rien ne semble entraver l’élection de Jean-François Balaudé. Entretien avec ce philosophe-candidat.

Si vous êtes élu à la présidence de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, quelles seront vos priorités ?

L’université Paris Ouest Nanterre est une université qui a de nombreux atouts mais elle est aujourd’hui en dehors des alliances, des PRES, qui structurent l’enseignement supérieur français. Cela nous a beaucoup pénalisés lors des appels à projets du grand emprunt. Le projet d’IDEX que notre université a déposé en est une parfaite illustration. Si le projet scientifique était intéressant et a permis de faire émerger des thématiques de recherche, il était voué à l’échec, Nanterre ne faisant partie d’aucun PRES. Intégrer un de ces pôles, constitué ou en voie de constitution, fait donc partie des priorités.

Parmi les autres chantiers figurent le développement du rayonnement international de l’université, la mise en place d’Erasmus Mundus au niveau master et doctorat, ou encore la création d’une fondation, dès lors que la gouvernance est claire et que l’université mène son activité sans intrusion, pour lancer des chaires, développer le financement de doctorants et de postdocs. 

La liste SNESUP qui a remporté six sièges au conseil d’administration et qui vous soutient dans le cadre d'un accord électoral pour la présidence de l’université partage-t-elle vos priorités ?

J’ai le sentiment que leur souhait est avant tout d’avancer pour le bien de l’université. Ils se rendent bien compte que l’université a été ces dernières années marginalisées et qu’il nous faut développer des alliances avec d’autres universités.

Par ailleurs, nous sommes d’accord sur la méthode à employer : restaurer le dialogue avec les composantes, les personnels administratifs, redonner du poids au conseil d’administration, prendre en compte les autres conseils (CEVU, CS). 

Depuis plus de dix ans, les présidents de Paris Ouest Nanterre sont ou ont été économiste (Bernadette Madeuf) ou juristes (Olivier Audéoud, André Legrand). Si vous êtes élu, un philosophe accèdera à la présidence. Quels changements cela pourrait entrainer ?

Périodiquement, il est bon qu’une université prenne de la hauteur pour réfléchir sur ces choix d’avenir et avoir pour président un philosophe peut l’y aider. Cela permet par ailleurs que soit davantage prise en compte la pluralité des composantes de l’université : après le droit et l'économie il est bon que la place revienne à la philosophie aux lettres et aux langues.

L’analyse des résultats par Bernadette Madeuf

Interrogée sur les élections, Bernadette Madeuf pointe le fort taux d’abstention pour l’élections des représentants du collège B - maîtres de conférences (51%) ainsi que le faible écart de voix entre sa liste et celle de Jean-François Balaudé pour le collège A - professeurs « il n’existe que cinq voix d’écarts dans ce collège. La moitié des professeurs n’ont pas voté pour Monsieur Balaudé, j’espère qu’il en tiendra compte dans la constitution de ses équipes ».

Quels éléments ont joué en défaveur de Bernadette Madeuf ? « Nous sommes passés aux RCE (Responsabilités et compétences élargies) et nous avons eu un bon rapport d’évaluation de la Cour des Comptes. Cependant, nous avons dû geler 10 postes pour ne pas voter un budget déficitaire. Sans doute que cela a eu une incidence lors des élections. ». Si elle entend les critiques quand a l’échec du projet d’Idex ainsi que sur la non-appartenance à un PRES, Bernadette Madeuf relativise : « Lors de mon mandat j’ai resserré les liens avec les collectivités et les entreprises. Le projet d’Idex, s’il n’a pas été retenu, a été en revanche relativement bien noté. Il a également permis de dessiner un projet d’avenir pour notre université».

Calendrier électoral de Paris Ouest

Les 14 et 15 février ont eu lieu les élections des représentants des personnels aux conseils centraux. Les élections des représentants des étudiants à ces mêmes conseils se feront les 19 et 20 mars. L’élection du président interviendra lors du premier conseil d’administration en avril. Le mandat de l’actuelle présidente cours jusqu’au 26 mars 2012.

Franck Dorge  |  Publié le

0 commentaire

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :