Newsletter

Jean-Marie Vigroux : "La Société des ingénieurs Arts et Métiers est prête à aider l'école à transmettre différemment ses valeurs"

Laura Makary
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Un cours à Arts et Métiers ParisTech
La puissante Soce se dit prête à aider la direction d'Arts et métiers à définir une nouvelle période de transmission des valeurs. // ©  Arts et Métiers ParisTech
À la tête de la Société des ingénieurs Arts et Métiers, l'association des diplômés de l'établissement, depuis décembre 2017, Jean-Marie Vigroux réagit à la décision de l'école d'interdire la "période de transmission des valeurs" et se dit ouvert à la discussion avec la direction de l'école.

Comment réagissez-vous à l'annonce d'Arts et Métiers de mettre fin à la PTV (période des transmissions de valeurs) ?

 // © Romaric Mathieu

Tout d'abord, à la Soce, en tant qu'alumni, nous ne sommes pas partie prenante de l’organisation de la PTV. C'est du ressort de l’école et des élèves avant toute chose. Laurent Champaney, le directeur général, a fait le choix de mettre fin à la PTV telle qu’elle existait jusqu’à présent.

Nous prenons acte de cette décision et attendons désormais de voir les propositions et les dispositions prévues par la direction, afin de faire perdurer les valeurs de solidarité des Gadzarts, malgré la fin de la PTV. Il est nécessaire que l’école évolue en même temps que la société.

Au sein de la Soce, les avis sont bien entendu variés sur la question, puisque nous rassemblons 34.000 ingénieurs, mais les débats sont globalement positifs. La Soce est prête à aider l’école et les étudiants à trouver des solutions, peut-être plus modernes, afin de transmettre différemment ces valeurs auxquelles nous tenons.

Lire aussi : Pour contrer le bizutage, Arts et Métiers met fin à la "période de transmission des valeurs"

Comprenez-vous que, vu de l'extérieur, la PTV puisse en inquiéter certains ?

Avant tout, je tiens à le dire : la PTV n’est pas un bizutage, au sens de la loi. Mais peut-être que Laurent Champaney a eu peur que certains exercices risquant de déraper puissent provoquer des réactions hors de l’école. Nous comprenons tout à fait qu'à l’extérieur, certaines choses puissent être mal perçues, mal comprises. Mais quand je vois certains termes utilisés, comme celui de "rites initiatiques", cela me semble tout à fait inapproprié. Ce n'est pas une secte !

Est-ce alors un problème de communication sur ce qui se passe réellement durant cette période ?

Certainement. Mais cette communication doit venir de l'école et de ses élèves. La Soce pourra bien entendu l'appuyer en cas de besoin, pour partager notre expérience sur le sujet. Durant la période de transmission des valeurs, les étudiants réalisent des activités de qualité, comme la réhabilitation d’une abbaye, mais dont on ne parle pas. Sans doute faudrait-il davantage les mettre en avant, afin de montrer l’étendue des exercices réalisés par les nouveaux arrivants à l’école, et pas seulement les dérapages et les dérives.

Quand je vois certains termes utilisés, comme "rites initiatiques", cela me semble tout à fait inapproprié.

Autre exemple, les étudiants organisent des événements d’ampleur, comme le forum entreprise en janvier, ou les galas sur chaque campus. C’est quelque chose de particulier à l’école, qu’il faut conserver. En revanche, il est compréhensible qu'il faille limiter les exercices au caractère potentiellement dangereux.

Quelles sont les prochaines étapes pour l'association sur ce sujet ?

Je suis en contact avec Laurent Champaney. Une rencontre est prévue dans les prochains jours, afin de discuter du futur de cette transmission des valeurs et de la forme qu'elle prendra à l'avenir. Cela nécessitera de toute façon du temps.


Laura Makary | Publié le

Vos commentaires (4)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
CentroPiston.

Le truc qu'on oublie de dire c'est que pendant la PTV les étudiants sont tellement fatigués et pris par cette activité nocturne qu'ils ne branlent rien pendant tout 1 semestre et que les professeurs s'en plaignent à juste titre. Le réseau de l'Ecole devient plus important que la qualité de l'enseignement et avec le temps ça finit par transparaitre trop sérieusement, d'où la décision courageuse du Directeur qui s'inquiète du glissement de la cote des Arts au niveau d'une très bonne CCP

Frida la blonde.

De mon temps comme disent les vieux nous étions 2000 candidats PT pour 880 places. Alors comme concours sélectif, il y a mieux. Cette jolie phrase, on l'apprend par cœur à l'ENSAM PS : je suis ENS Cachan feu ENSET

nicolini gérard.

Arts & Métiers, une secte ? Laissez-moi rire... Une secte on y entre facilement, et il est très dur d'en sortir !!! Les Arts, c'est tout le contraire !!

Frida La Blonde.

ça fait des années que la SOCE joue avec les mots. On est passés d'Usinage à PTV. Mais oui, il existe une forme de folklore aux A&M et toutes sortes de bourrage de mou et de pratiques paramaçonniques de noyautage

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne