Newsletter

Jean Sibilia, élu président de la Conférence des doyens de médecine

Céline Authemayou
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Jean Sibilia, élu président de la Conférence des doyens de médecine
Jean Sibilia aura plusieurs dossiers structurants à porter durant son mandat. // ©  Anthony MICALLEF/HAYTHAM-REA
La Conférence des doyens de médecine a élu le 30 janvier 2018 son nouveau président. Jean Sibilia, doyen de la faculté de médecine de Strasbourg, succède à Jean-Luc Dubois-Randé.
 // © Frédéric Maigrot/REA

Paris-Est-Créteil passe le relais à Strasbourg. Les doyens des facultés françaises de médecine ont élu, mardi 30 janvier 2018, leur nouveau président, par 36 voix sur 38. Jean Sibilia, doyen de la faculté de médecine de Strasbourg, succède à Jean-Luc Dubois-Randé, doyen de la faculté de Paris-Est-Créteil. Ce dernier était arrivé à la fin de son mandat, non renouvelable, de deux ans.

Professeur de rhumatologie au CHU (centre hospitalier universitaire) de Strasbourg, Jean Sibilia était vice-président de la conférence depuis deux ans. Il aura pour vice-président Djillali Annane, doyen de l'UFR des sciences de la santé de l'université Versailles-Saint-Quentin.

De nombreux chantiers à engager

Ce changement de présidence à la tête de la Conférence intervient à un moment stratégique, tant les dossiers dédiés aux formations en santé sont nombreux. Expérimentation en Paces, avec la mise en place de cursus alternatifs, possible suppression des ECN (épreuves classantes nationales)… Outre ces deux sujets déjà portés par Jean-Luc Dubois-Randé, le nouveau président souhaite axer son mandat sur l'amélioration des terrains de stages hospitaliers et ambulatoires, selon "Le Quotidien du médecin". Le développement de la plateforme Uness (Université numérique en santé et sport) devrait également être au programme.

Jean-Luc Dubois-Randé, toujours en lice pour l'Upec

Jean-Luc Dubois-Randé brigue toujours une autre présidence, celle de l'université Paris-Est-Créteil. Il fait partie des trois candidats à la succession d'Olivier Montagne, qui avait démissionné le 24 novembre 2017.

Après un premier conseil d'administration organisé le 22 décembre 2017, qui n'avait pas réussi à départager les trois candidats, celui du 19 janvier 2018 a abouti à la même situation. De Caroline Ollivier-Yaniv, Vérène Chevalier et Jean-Luc Dubois-Randé, aucun n'a rassemblé les 17 voix nécessaires à l'élection. Un conseil d'administration exceptionnel doit se tenir dans les prochaines semaines.


Céline Authemayou | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne