En ce momentPoursuites-bâillons : ces procédures qui veulent faire taire les universitaires
On en parleAu Brésil, les stratégies des grandes écoles françaises à l’épreuve de la crise
Actu | Innovation

L'ESCP met ses étudiants au codage informatique

Cécile Peltier  |  Publié le

2

ESCP Europe, campus de Paris
ESCP Europe, campus de Paris // © ESCP Europe

Les étudiants de première année de la business school parisienne s'initieront bientôt aux joies de l'algorithmie et de la programmation informatique. Objectif : apporter à ces futurs managers une meilleure compréhension des enjeux du numérique.

Chaires sur le big data, partenariats avec des écoles d'ingénieurs, cours sur l'économie numérique... la "digitalisation" est l'un des grands défis des écoles de commerce, qui multiplient les initiatives, à l'instar de l'ESCP Europe. Franck Bournois, le nouveau directeur de l'école parisienne, a présenté son plan digital mercredi 25 mars 2015.

Avec, parmi les mesures phares : la mise en place, à la rentrée 2015, d'un cours de codage obligatoire de 30 heures pour les élèves du programme Grande école. Si l'ESCP n'est pas la première business school à proposer une initiation aux rouages de l'algorithmie et de la programmation informatique, elle se démarque en le généralisant à tous ses étudiants de première année, soit environ 470 élèves basés sur les campus de Paris et de Turin. Franck Bournois devrait aussi compter parmi les "étudiants"...

L'idée n'est pas de former des ingénieurs en développement mais des managers capables de comprendre ces outils numériques (Y. Meiller)

Ce module correspondant à 4 ECTS (European Credits Transfer System), organisé par petits groupes, sera dispensé par des développeurs, des doctorants ou encore des maîtres de conférences en informatique. Il débouchera sur le développement d'applications sur Smartphone ou sur tablette. "L'idée n'est évidemment pas de former des ingénieurs en développement, remarque Yannick Meiller, professeur à l'ESCP en charge du cours, mais des managers capables de comprendre, de gérer et de faire évoluer ces outils numériques."

"Cette initiative va nous permettre de recruter des jeunes talents en phase avec les réalités actuelles, confirme Stéphanie Delestre, diplômée de l'ESCP et cofondatrice du site de recrutement Quapa. Demain, ceux qui feront seulement du management ou de la finance ne nous intéresseront plus." À terme, cet enseignement sera décliné sur l'ensemble des programmes de l'ESCP.

Pas de campus numérique mais une plateforme commune

Plus largement, ce plan digital, évalué à 2 millions d'euros sur deux ans (2015-2016), prévoit la mise en place d'une plateforme de "co-création et de partage des savoirs entre professeurs et élèves", dès la rentrée 2015, pour l'ensemble des campus de l'école. Un concept qui vient remplacer celui de "sixième campus digital", défendu par l'ancienne équipe de direction. Sur cette base, l'école compte développer son offre de cours et de formations 100% en ligne. 

L'ESCP va en outre multiplier les classes inversées et les formations "blended", alternant cours en ligne et en présentiel. Ces outils permettront notamment aux étudiants étrangers de réécouter les cours ou de les suivre à leur rythme, mais aussi d'organiser des groupes de travail interculturels à distance. Enfin, un petit nombre de MOOC verra le jour. Le premier opus, prévu pour septembre 2015, aura pour thème l'écologie.

Former les enseignants

Mais la réussite du plan dépendra aussi de l'implication du corps enseignant. Des ateliers de tutorat et de coaching vont être organisés pour les aider à se saisir de ces nouveaux outils, tandis qu'une cellule spécifique leur proposera des activités pour "améliorer leur pédagogie". "Une première session d'initiation s'est tenue il y a quelques jours", relate Béatrice Collin, doyenne des enseignants en charge du plan.

"Nous avons travaillé sur la manière de créer un module en ligne, d'utiliser les Tweets pendant le cours, les clickers, ou de construire un cours inversé. Certains professeurs ont des a priori, d'autres sont un peu effrayés, mais beaucoup sont enthousiastes", assure-t-elle.

Cécile Peltier  |  Publié le

2

2 commentaires
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :