En ce momentSélection à l'entrée de l'université : comment ça se passe chez nos voisins européens ?
On en parleÀ l’université de Strasbourg, un bad buzz autour d'une "procédure presse" qui en dit long
Actu | Politique

L'INP de Toulouse engagé dans la création d'un Institut d'Ingénierie à Tianjin

Frédéric Dessort  |  Publié le

0

???
???

Le 25 mai 2011 à Toulouse, l'Université de technologie de Tianjin (UTT) et l'Institut national polytechnique de Toulouse ont acté la création d’un Institut d'Ingénierie Sino-Européen (IISE). Il prendra place au sein de l'UTT dès la rentrée 2012. Objectif affiché : délivrer 120 diplômes d'ingénieurs par an, avec l'ambition qu'ils soient reconnus à terme par la CTI (Commission des titres d’ingénieur). Trois cursus vont voir le jour et leur copilotage devrait être assuré par les écoles suivantes de l'INPT : le génie chimique par l'ENSIACET; l'informatique et les réseaux par l'ENSEEIHT et le génie mécanique par l'ENIT de Tarbes. Le budget pourrait atteindre 10 millions d’euros.

Développer la créativité des étudiants chinois

Zhang Jungfang, vice-présidente du gouvernement de Tianjin, une ville-province de 13 millions d'habitants, a fait le déplacement à Toulouse pour entériner cet accord. C'est le signe du volontarisme chinois dans ce type de partenariat, comparable à celui qui a présidé à la naissance de l' strong>UTSEUS à Shanghaï ou de strong>Centrale Pékin, il y a quelques années. L'enjeu : importer le savoir-faire des grandes écoles d'ingénieurs européennes en matière d'innovation et de R&D industrielle. « Les ingénieurs chinois savent très bien produire, reproduire, mais ils manquent de prise d'initiative et d'esprit d'innovation », explique Jean-Marc Le Lann, directeur de l'ENSIACET. Sun Zhiliang, vice-président éducation de Tianjin évoque la nécessité d'améliorer leur « créativité ». Ce partenariat pourrait fortement intéresser Airbus. L'avionneur, dont le siège est à Toulouse, a besoin d'ingénieurs dans le cadre de son usine implantée à Tianjin depuis plusieurs années. Entre Toulouse et Tianjin, il y a 5 ans, avait déjà été lancé le "GEA Tianjin", ou Groupement des écoles d'aéronautique et spatiales de Tianjin, qui regroupe l'ENAC, l'ISAE et l'ENSMAE.

Légende photo : à gauche Yujian An, Vice-président de l'Université de Technologie de Tianjin; à droite Gilbert Casamatta, président de l'Université de Toulouse et de l'INPT

Frédéric Dessort  |  Publié le

0

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :