En ce momentFundraising dans l'enseignement supérieur : chacun sa carte à jouer
On en parleUniversité Paris-Saclay : le sénateur Michel Berson tape du poing sur la table
Actu | Gouvernance, Politique

L'université Paris 2 Assas claque la porte de Sorbonne Universités

Camille Stromboni  |  Publié le

7

Université Paris 2 - Assas - © Camille Stromboni - 2012
Université Paris 2 - Assas - © Camille Stromboni - 2012

L'université Paris 2 a mis ses menaces à exécution, en votant sa sortie du PRES Sorbonne Universités vendredi 13 septembre 2013. La fac de droit parisienne crée un précédent important, à l'heure où l'impulsion ministérielle est au regroupement des établissements.

Clap de fin ? L'université Paris 2, par un vote du conseil d'administration du 13 septembre 2013, a décidé de sortir de Sorbonne Universités, pôle qui l'unissait à ses consœurs Paris 4 et l'UPMC (université Pierre et Marie Curie). Avec un vote sans appel : 24 voix pour et 2 contre.

Un PRES qui ne fonctionne pas

La prestigieuse fac de droit de la rue d'Assas menaçait depuis plusieurs mois de claquer la porte, arguant d'un partenariat inefficace et surtout d'un risque de plus en plus fort de se voir imposer des choix par ses homologues, avec les nouvelles mesures prévues par la loi ESR. "Lorsque les décisions se prennent contre l'opinion d'un établissement, cela signifie que les modalités initiales de notre union ne sont plus respectées", estime son président Guillaume Leyte, faisant référence à l'élection du nouveau président du PRES, Thierry Tuot la semaine précédente, contre l'avis de Paris 2.

De manière générale, Guillaume Leyte souligne des "dysfonctionnements du PRES", "qui ne fonctionne pas et n'a jamais fonctionné, si ce n'est pour créer des formations en commun que nous espérons bien poursuivre et développer", tranche-t-il.

Du côté de Sorbonne Universités, son président Thierry Tuot exprime sa "tristesse pour ce qui ne constitue pas une surprise, même si nous espérions une autre issue".

"Nous avons fait tous les efforts possibles. J'ai écrit à Guillaume Leyte en proposant une négociation totalement ouverte, sans préalables, pour définir toutes les garanties dont Assas aurait besoin. Il n'a pas répondu. C'est dommage pour les étudiants et les enseignants de Paris 2, qui vont être privés des nombreux projets du PRES et de l'IDEX. Mais ce n'est pas la fin de l'histoire. J'espère que la sagesse prévaudra et qu'après réflexion, ils seront amenés à nous rejoindre de nouveau. La porte reste grande ouverte."

Vers de nouveaux partenaires

Cette rupture crée un précédent inédit dans le paysage institutionnel de l'enseignement supérieur : au moment où Geneviève Fioraso veut réduire la carte de France à trente sites universitaires et renforcer les regroupements, une université sort d'un PRES, et se retrouve seule pour l'instant.

"Le ministère a affirmé qu'il accompagnerait les universités autonomes selon leur souhait. J'espère qu'il va le faire réellement", glisse Guillaume Leyte, désagréablement étonné de la forte pression ministérielle subie avant le vote du CA pour convaincre Paris 2 de ne pas quitter le PRES.

Paris 2 ne compte pas pour autant rester seule bien longtemps. "Nous avons déjà des discussions avec des partenaires de premier plan, qui sont dans la même démarche que nous", indique-t-il succintement. La forme associative – plutôt qu'une communauté d'universités – conviendrait mieux au président d'Assas. Parmi les noms qui circulent : une école de commerce du côté de Cergy pourrait en faire partie...

"Je ne suis aucunement inquiet, conclut-il. Le risque pour l'université Paris 2 était de rester dans Sorbonne Universités." Prochaine étape courant octobre, où le président devrait dévoiler son, ou ses, nouveaux partenaires.

Camille Stromboni  |  Publié le

7

7 commentaires
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :