On en parlePourquoi les écoles d'ingénieurs peinent à attirer les filles
Actu | International

Le pub : nouvel amphi des chercheurs britanniques

De notre correspondante à Londres, Élisabeth Blanchet  |  Publié le , mis à jour le

0 commentaire

Bright Club Bright Club

Depuis deux ans, science et comédie font bon ménage dans les pubs britanniques. Grâce au Bright Club (le club intelligent), chercheurs et humoristes se retrouvent au pub pour parler de thèmes aussi larges et hétéroclites que la vie, la nourriture, le sexe... De l'arrière-salle d'un pub londonien, le Bright Club a conquis le pays entier et rempli sa mission : sortir les chercheurs et leur savoir de leur cadre universitaire.


"Au 21ème siècle, on devrait rigoler avec les scientifiques et non pas se moquer d'eux", déclarent Miriam Miller et Steven Cross, tous deux chargés des relations extérieures à UCL (University College London). Partant de ce constat, ils ont eu l'idée d'allier science et comédie, chercheurs et humoristes dans un lieu informel qui, chez les Britanniques, fait l'unanimité : le pub !

L’anti-tour d’ivoire

C'est ainsi que naît la première soirée du Bright Club en 2009. “On a juste donné aux intervenants quelques tuyaux très simples : partir de détails ou d'exemples, avoir des opinions fortes et rebondir quand le public réagit”, explique Miriam Miller. Et depuis, la mayonnaise ne cesse de prendre puisque le Bright Club est passé d'un rendez-vous mensuel à deux et qu'il a fait des petits dans d'autres villes du Royaume Uni telles que Cardiff et Edimbourg.

D'un physicien qui vulgarise, à coups de grands gestes, le fonctionnement de l'accélérateur de particules du CERN à un comédien d'une série télé satyrique qui ne manque pas de boutade sur le sujet, les rires fusent tous azimuts. “Vous quittez le pub hilare, en ayant appris quelque chose et en plus, vous pouvez raconter à votre mère que vous avez passé une chouette soirée universitaire très instructive”, conclut Steven Cross. L’humour anglais franchira-t-il la Manche un jour ?

 

De notre correspondante à Londres, Élisabeth Blanchet  |  Publié le , mis à jour le

0 commentaire

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :