En ce momentJérôme Villot : "Au CNED, l'analyse des traces d'apprentissage devient un sujet incontournable"
On en parleEntrée à l'université : les attendus enfin connus
Actu | Politique

Opération campus : Condorcet avance... à son rythme

Camille Stromboni  |  Publié le

1

Campus - Condorcet - Carte - fev2013
Campus - Condorcet - Carte - fev2013

Où en est Condorcet ? Le projet de campus ambitieux en sciences humaines et sociales, entre la Porte de la Chapelle et Aubervilliers, avance... après quelques ralentissements. L'Etat, la Région et la Ville de Paris devraient faire de nouvelles annonces début mars.

La Cité des humanités et des sciences sociales, à Paris et Aubervilliers : quatre universités, des organismes de recherche, plusieurs instituts... et des milliers des mètres carrés à construire. Le campus Condorcet partait avec une ambition de taille.

Il appartient pourtant à ces nombreuses "Opérations Campus" où pour l'instant, rien n'est sorti de terre, comme l'a dénoncé avec insistance la ministre de l'Enseignement supérieur Geneviève Fioraso depuis sa prise de fonction, taclant ainsi son prédécesseur à l'initiative du plan, Valérie Pécresse.

Un délai "raisonnable"

"Cela avance bien, défend pourtant Jean-Claude Waquet, président du Campus Condorcet. Pour un projet d'une telle envergure, né seulement en 2007-2008, avec autant de partenaires dans la boucle, le délai est tout à fait raisonnable."

Labellisé en 2009 via l'Opération Campus, Condorcet réunit une dizaine d'établissements d'enseignement supérieur et de recherche, avec des membres qui se sont ajoutés en cours de route, comme l'université Paris 3 en 2012.

"Nous avons dû réaliser toute une série d'études. Nous sommes désormais dans la phase opérationnelle, bien avancés sur l'acquisition du foncier. Il s'agit d'étapes indispensables", ajoute l'ancien président de l'EPHE [établissement membre de Condorcet], entouré d'une équipe d'une dizaine de personnes financée par l'Etat et les membres du campus.

Aubervilliers : entre ppp et mop

La pièce se joue en effet sur deux théâtres d'opération : Paris et Aubervilliers, avec à chaque fois des acteurs différents. A Aubervilliers tout d'abord, principal chantier qui accueillera masters, doctorats et recherche, 50.000 mètres carrés sont concernés pour cette première phase du projet. Avec deux financeurs : l'Etat, via un PPP (partenariat public-privé), en charge notamment du futur centre de colloque, de la maison des chercheurs invités, des espaces de restauration et de vie étudiante, du pôle médico-social, des locaux d'accueil pour des unités de recherche, ainsi que du siège de l'Ined.

La Région, elle, construira via une MOP (maîtrise d'ouvrage publique) la grande bibliothèque de recherche, les grands équipements documentaires, ou encore un bâtiment d'accueil d'unité de recherche pour l'EHESS.

En termes d'enveloppe, l'Etat a fixé une dotation de 450 millions d'euros, en capital, via l'Opération Campus, dont Condorcet touche la rente, soit 18 millions d'euros annuels qui rémunèreront le contrat de partenariat public-privé. Ce dernier devrait être signé d'ici 2014, estime Jean-Claude Waquet. La Région a de son côté prévu 150 millions d'euros.

C'est ce double-financement, accompagné d'une forte mésentente entre la Région (de gauche) et l'Etat (sous le gouvernement Sarkozy) sur le mode opératoire à suivre, qui a provoqué d'importants ralentissements courant 2011. "L'ancien gouvernement voulait nous imposer le PPP en considérant la région comme une vache à lait, en communiquant à tout-va sans que le début d'une réalisation n'intervienne, critique Isabelle This Saint-Jean, vice-présidente enseignement supérieur et recherche à la Région. Ce bras de fer a beaucoup ralenti l'opération. Il a fallu se battre pendant des mois pour obtenir la MOP."

Après cette première période de flottement, le passage d'un gouvernement à l'autre au printemps 2012 a de nouveau freiné les manoeuvres. "Le nouveau ministère a pris le temps d'apprécier la situation, explique Philippe Boutry, président de l'université Paris 1. C'était le sens de la commission Peylet, d'août à octobre 2012." Verdict : positif pour Condorcet, et son PPP. La livraison des bâtiments est envisagée à l'horizon 2018.


Nous ne nous pensons pas comme un PRES, mais comme un établissement qui porte un territoire (J-C. Waquet)

Trouver le maître d'œuvre à La Chapelle

Reste un acte à clore, à la Chapelle (Paris) cette fois-ci. Qui sera le maître d'œuvre de cette scène d'opération, qui devrait accueillir, dans quelques 22.000 mètres carrés de bâti, l'université Paris 1 Panthéon Sorbonne (principalement le niveau licence, et certains masters) ? Avec trois financeurs à parts égales : L'Etat, la Région et la ville, à hauteur de 21 millions d'euros chacun.

La ville a acheté le terrain, reste à lancer le chantier… et pour cela trancher sur l'attribution de la MOP, entre l'Etat et la ville ce coup-ci - la Région étant déjà maître d'œuvre sur Aubervilliers et ne souhaitant pas cette seconde MOP. "Nous attendons l'arbitrage, qui devrait intervenir dans les semaines qui viennent", espère Philippe Boutry, favorable à ce que la ville prennent la MOP (pour une question de TVA).

Condorcet, une future communauté d'universités ?

Une dernière problématique s'ajoute enfin, avec la future loi sur l'enseignement supérieur et la recherche en cours de préparation. Le campus Condorcet s'est en effet transformé en EPCS (Etablissement public à caractère scientifique), après avoir vécu ses premières années en FCS (Fondation de coopération scientifique). Il est donc concerné a priori par la transformation de tous les EPCS en communauté scientifique (ou d'universités).

Une évolution qui n'inquiète pas Jean-Claude Waquet, tandis que Condorcet achève tout juste l'élection des membres étudiants de son conseil d'administration (15 février 2013). "J'ai confiance en la sagesse du législateur. S'il faut changer de statut, nous changerons. Ce qui compte, c'est que le projet continue, et nous avons le soutien du gouvernement", estime-t-il.

Quant à l'appartenance des membres de Cordorcet à d'autres PRES [Hésam pour Paris 1, Paris Cité pour Paris 13 et Paris 3, ou encore Paris Lumière pour Paris 8… ], pas de problème non plus. "Nous ne nous pensons pas comme un PRES, mais comme un établissement qui porte un territoire, ce qui permet d'éviter le double emploi, car nos missions sont très différentes, explique Jean-Claude Waquet. Cela fonctionne très bien comme ça, il n'y a donc aucune raison d'en changer."

Phase 2 :  75.000 mètres carrés à financer
Si plus de 105.000 mètres carrés (construits) font partie de la première phase de construction du campus Condorcet, avec des financements promis, reste 75.000 mètres carrés, sur Aubervilliers. "Notre voeu est évidemment que l'Etat et les collectivités poursuivent leur financement", note Jean-Claude Waquet.
Les 10 fondateurs
Le campus Condorcet est porté par un établissement public de coopération scientifique (EPCS) pour le compte de dix fondateurs : le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), l’École nationale des Chartes (ENC), l’École pratique des hautes études (EPHE), la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), l’Institut national d’études démographiques (INED) et les universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Sorbonne Nouvelle Paris 3, Paris 8 Vincennes - Saint-Denis et Paris 13 Nord.
Lire aussi
Les billets du blogueur Pierre Dubois Qui pilote les opérations Campus ? et Un plan Campus en morceaux

Camille Stromboni  |  Publié le

1

1 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :