Newsletter

Saclay : 60 ans pour construire un plateau

Céline Authemayou
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Le 18 décembre 2017, l’Université Paris-Saclay a déposé son dossier Idex. Une nouvelle étape importante pour le regroupement, qui sera fixé sur son sort au printemps 2018. Aménagement du territoire, projet scientifique, luttes politiques : retour sur l’histoire du plateau de Saclay.

Il y a soixante ans, sur le plateau de Saclay, il n’y avait rien. Ou presque. À la fin de la seconde guerre mondiale, les ambitions de scientifiques français, parmi lesquels Frédéric et Irène Joliot-Curie, permettent à ce territoire au sud-ouest de Paris de connaître une transformation sans précédent. Installation de laboratoires de recherche publics et privés, arrivée d’établissements d’enseignement supérieur, d’entreprises… "Toutes ces implantations obéissaient à une même logique de recherche d’espace, parfois de discrétion, pour des activités ne trouvant plus à se loger dans la partie dense de la métropole", relate Pierre Veltz, PDG de l’établissement public Paris-Saclay de 2010 à 2015, dans son ouvrage "Petite ensaclaypédie", dédiée à l’histoire de ce site.

Au fil des décennies, les projets d’aménagement de territoire se coupleront à des logiques politiques portées par les plus hautes sphères de l'État et à une ambition de développer sur cet ancien plateau agricole tout un écosystème dédié à la recherche et à l’enseignement supérieur. Au prix de nombreux rebondissements et de querelles intestines.

Pour lire la Timeline en plein écran, suivez ce lien.


Céline Authemayou | Publié le

Vos commentaires (4)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Frida..

Bien bien : l'X et sa petite sœur trisomique font une petite boom avec l'ENSAE dans le cadre de Nouilles Unies. Bien bien : les élèves ingénieurs des Mines de Paris vont pouvoir boire des cafés dans le Quartier latin Bien bien : les gadzarts vont pouvoir torturer les .onscrits à l'abri des lumières de la ville lumière Bien bien : UPS+JO2024+Expo Univ, Bouygues, Eiffage, Vinci ont un beau carnet de commande. Bismuth va toucher un dividende exceptionnel

Frida.

n'y a pas que du mauvais (c'est un euphémisme) dans ce projet de création d'au moins une Université de recherche intensive; - il y a eu des petits ajustements (plus d'Arts&Métiers qui n'est pas une école d'ingénieurs réputée pour sa recherche mais plutôt pour Bonjour et très bonne année à l'équipe d'Educpros qui fait un excellent travail d'information non partisane. J'en viens à mon commentaire : - il former de bons ingénieurs techniques en régions) et des petits scandales, Mines de Paris et Ponts&Chaussées faisant cavaliers seuls. MinesPa sous la pression des Etudiants plus préoccupés de sorties culturelles dans Paris intra-muros de rentabiliser l'investissement personnel et de la nation; - l'appellation ENSTA (ex Génie Maritime) comme petite sœur de l'X, c'est très mauvais pour les étudiants. Ils ont les chevilles qui enflent et ils ne rentrent plus dans leur baskets, - pour les habitants et les agriculteurs du coin, ça aurait pu être encore bien pire. Le projet initial provocateur consistait à urbaniser tout le plateau, - Paris Saclay s'inscrit cependant dans le grand cadre de la dépense démonstrative du genre concours de bites. Mais il y a aussi les JO 2024 et l'Exposition Universel, tous ça à coup de milliards dépensés sans études sérieuses de retour sur investissement

COLOS.

"Il y a soixante ans, sur le plateau de Saclay, il n’y avait rien." Est-ce une plaisanterie ? On y cultivait les terres agricoles parmi les plus fertiles d'Europe ; à notre époque aux perspectives de transitions douloureuses, c'est une richesse inestimable à côté du gaspillage d'argent publique que constitue ce "would be" pôle d'excellence miroir aux alouettes. Votre timeline a des lacunes. Vous faites parler Nicolas Sarkozy, mais il n'est que le porte-parole du véritable artisan de ce projet d'un autre âge : Christian Blanc, qui se rêvait en Haussmann du XXIe siècle. À mettre en parallèle avec : www.colos.info/images/doc/Contexte+evolution_Paris-Saclay.pdf.

Antoine.

IL y a des imprécisions/manques concernant CentraleSupélec. *Il manque le déménagement de Supélec (de Malakoff au plateau) en 1975. *CentraleSupélec n'a pas déménagé sur le plateau après l'ENSTA ; c'est le campus de Chatenay de CentraleSupélec (exCentrale) qui a déménagé.

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne