On en parleParlementaires et profs dans l'enseignement supérieur : qui sont-ils ?
Actu | International, Innovation

SPECIAL BOSTON (6/6). Les étudiants de MOOC, tous décrocheurs ?

De notre envoyée spéciale à Boston, Jessica Gourdon  |  Publié le , mis à jour le

2 commentaires

Le campus de Harvard © J.Gourdon - janvier 2014 Le campus de Harvard © J.Gourdon - janvier 2014

Un homme de 26 ans, diplômé de l’université, et vivant aux Etats-Unis ou en Inde. Tel est l’étudiant-type inscrit à un MOOC, d’après la première étude sociologique réalisée par Harvard et le MIT. Les taux d’abandon sont toutefois très élevés. Analyse, en amont de la learning expedition qu'organise EducPros le 27 avril 2014.

Dès leur année de lancement, les 17 MOOC proposés par Havard et le MIT ont connu un succès massif. 841.000 inscriptions ont été enregistrées à l’un de ces modules pendant l’année 2012-2013, sur la plate-forme edX. Une mine d’or pour les sociologues, qui disposent ainsi d’une base de données inédite, qu’ils commencent à explorer.

Une étude conjointe de Harvard et du MIT, présentée le 21 janvier 2014, a levé un coin du voile sur l’étudiant de MOOC. Qu’apprend-on ? Que les profils sont extrêmement variés : les étudiants avaient entre 13 et 80 ans, et l'âge médian est de 26 ans. 71% sont des hommes. Un tiers n’a pas de diplôme universitaire.

Les deux pays les plus représentés sont les Etats-Unis (28% des inscrits) et l’Inde (13%). On compte quelques Français : 9.100 (1% du total) se sont inscrits à un MOOC d’Harvard ou du MIT cette année-là, et 7,3% d’entre eux ont validé un certificat.

Etudiant suivant un MOOC © J.Gourdon - janvier 2014

Beaucoup de décrocheurs au sens strict

Car la question est bien celle-ci : combien d’étudiants sont allés jusqu’au bout des 12 ou 16 semaines de cours, et ont obtenu un certificat attestant leur réussite ? Très peu : les chiffres sont cruels. Seuls 9% ont vu plus de la moitié des cours. Et 5% ont achevé et validé la formation.

Les statistiques pâtissent d’un fait : un tiers des inscrits à un MOOC n’a jamais assisté à aucun cours ! Toutefois, les graphiques montrent que les MOOC perdent énormément d’élèves au cours des deux premières séances, mais ensuite, la participation est stable.

Ceux qui décident d’y consacrer du temps réussissent très bien

mais des utilisateurs aux objectifs différents

Pour les chercheurs cependant, juger un MOOC sur le nombre de certifiés par rapport au nombre d’inscrits n’est toutefois pas pertinent. "Non seulement parce que l’inscription est gratuite et peu engageante, mais aussi parce que les participants ont différents buts. Il est tout à fait noble de s’inscrire à un cours même si l’on n'en verra qu’une petite partie. Il faut sortir du cadre d’évaluation traditionnel", affirme Justin Reich, auteur principal de l'étude. Celle-ci établit des catégories d’utilisateurs afin de calculer les taux de réussite en fonction des objectifs affichés, ou du temps passé à explorer le contenu. Il montre ainsi que ceux qui décident d’y consacrer du temps réussissent très bien. Ainsi, parmi les élèves ayant assisté à plus de la moitié du cours, entre 50 et 80% ont obtenu leur certificat.

 

Learning expedition Boston 2014
Après la Silicon Valley, la route 128 ! Du 27 avril au 2 mai 2014, EducPros organise un voyage d'études à Boston, réunissant une quinzaine de participants, représentants de grandes écoles, d'universités et du ministère de l'Enseignement supérieur. Véritable plongée au coeur de l'innovation ! Cette excursion transatlantique est l'occasion de rencontrer les équipes du MIT, de Harvard, de découvrir edX, le Broad Institute, le campus Dassault System, le CIC et de nombreux autres lieux d'innovation, et d'échanger avec des représentants d'entreprises emblématiques du secteur.

Retrouvez le programme détaillé ici.

De notre envoyée spéciale à Boston, Jessica Gourdon  |  Publié le , mis à jour le

2 commentaires

2 commentaires
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :