En ce momentJérôme Villot : "Au CNED, l'analyse des traces d'apprentissage devient un sujet incontournable"
On en parleEntrée à l'université : les attendus enfin connus
Actu | Innovation

TheCamp, ce "campus d'innovation" qui veut séduire l'enseignement supérieur

Guillaume Mollaret  |  Publié le

0

TheCamp, ce "campus d'innovation" qui veut séduire l'enseignement supérieur
Inauguré le 28 septembre 2017, TheCamp se veut un campus "à l'américaine" à Aix-en-Provence. // © thecamp

Installé à Aix-en-Provence, TheCamp entend "inventer le futur". Ce campus d'un genre nouveau, qui ne propose pas de formations diplômantes, se présente comme un outil complémentaire aux établissements d'enseignement supérieur de la région. Des partenariats sont en cours de finalisation.

C'est, pour l'heure, un OVNI dans le secteur français de la formation. Un centre hybride, où se côtoient un accélérateur d'entreprises, porté par le Crédit agricole, un fablab équipé d'imprimantes 3D, un atelier de prototypage, des espaces de conférences, un centre d'hébergement de 175 chambres et des terrains de sport... Inauguré le 28 septembre 2017 à Aix-en-Provence, TheCamp est un espace de 12.000 m² de bâtiments se présentant, dans sa communication, comme un campus à l'américaine.

"La comparaison avec l'université s'arrête là, puisque nous ne délivrons pas de diplôme. Les établissements d'enseignement supérieur sont pour nous des partenaires, puisque nos objectifs sont très complémentaires", soutient Antoine Meunier, le directeur de la communication de TheCamp.

Cette entreprise privée – ayant vocation à être transformée en fondation – est née en 2013 de l'imagination débordante de Frédéric Chevalier, entrepreneur de la région. Il portait et finançait en partie le projet, dont le budget annuel est de l'ordre de 15 millions d'euros, avant de décéder dans un accident de la route pendant l'été 2017.

Un projet de collaboration avec AMU

L'analyse livrée par les porteurs du projet TheCamp est partagée par Yvon Berland, président d'Aix-Marseille université (AMU). "Frédéric Chevalier était venu nous parler de son projet dès le début, détaille ce dernier. Nous avons toujours perçu son initiative comme celle d'un partenaire potentiel. Nous travaillons aujourd'hui sur un document fixant le cadre de notre collaboration future. On peut tout à fait imaginer que des doctorants puissent avoir un intérêt à intégrer TheCamp pour une durée de deux ou trois mois, de même que nos enseignants-chercheurs pourraient être consultés en tant qu'experts. Rien n'est fixé à cette heure sur les modalités de cette collaboration, mais nous y travaillons. "

Preuve de cet engagement commun, AMU et TheCamp travaillent aux côtés de la métropole Aix-Marseille-Provence et de la CCI Marseille-Provence, à une candidature commune pour un PIA (Programme d'investissement d'avenir).

"une phase de découverte mutuelle"

Du côté des grandes écoles, les partenariats sont moins avancés, mais chacun semble ouvrir la porte à l'autre. "Kedge business school, pour ne parler que d'eux, ont un incubateur. Nous accueillons un accélérateur : nous sommes complémentaires. Nous allons probablement recenser des projets chez eux pour les accompagner plus loin", argumente Antoine Meunier.

Nous sommes attentifs, bienveillants et ouverts sur ce que fait TheCamp, car cela reste aujourd'hui encore assez flou à nos yeux.
(F. Fotiadu)

Président de la conférence de grandes écoles de Paca (13 établissements) et directeur général de Centrale Marseille, Frédéric Fotiadu rappelle que des discussions partenariales sont en cours. "Nous sommes attentifs, bienveillants et ouverts sur ce que fait TheCamp, car, aujourd'hui, cela reste à nos yeux encore assez flou. Tout reste à construire chez eux, mais nous pensons qu'il est intéressant d'avoir une structure innovante dans notre environnement. Nous sommes dans une phase de découverte mutuelle", indique le président provençal.

Si la volonté de collaborer semble présente de chaque côté, les modalités, éventuellement financières, matérielles et immatérielles des partenariats promis restent à dessiner dans une académie d'Aix-Marseille forte de 107.500 étudiants.

Guillaume Mollaret  |  Publié le

0

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :