En ce momentSebastian Stride : "Les classements mondiaux ne sont fondamentaux que pour une minorité d'établissements"
On en parlePalmarès 2018 : les écoles d'ingénieurs en mouvement
Actu | Recherche

Thierry Mandon veut donner aux docteurs un accès privilégié à l’agrégation

Delphine Dauvergne  |  Publié le

24

Thierry Mandon, secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur et à la Recherche - Octobre 2015 (réunion à Matignon)
Parmi les mesures évoquées par Thierry Mandon pour promouvoir l'insertion des docteurs, le concours d'agrégation distinct fait déjà débat. // © REA - Hamilton

Le secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur a dévoilé une partie de son plan pour favoriser l’insertion professionnelle des docteurs. Ceux-ci pourraient notamment désormais passer un concours de l’agrégation distinct, avec 15% de postes réservés.

Quatre à six ans après la soutenance de thèse, 14% des docteurs sont au chômage selon l'Apec (Association pour l'emploi des cadres). Confronté à l'insertion professionnelle difficile des titulaires d'un doctorat, Thierry Mandon, secrétaire d'État chargé de l'Enseignement supérieur, a listé dans une interview au Monde une série de mesures pour l'améliorer.

L'une d'elles fait débat : jusqu'à 15% des postes proposés à l'agrégation vont être réservés aux docteurs, avec un concours distinct plus axé sur la recherche. Cette mesure devrait être mise en œuvre dès 2017, sans que le nombre de postes ne soit pour autant augmenté.

La Société des agrégés est vite montée au créneau, en déplorant dans un communiqué que "le ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche songe moins à participer à l'effort nécessaire de promotion des docteurs qu'à dénaturer l'agrégation et à mettre en concurrence déloyale les agrégés entre eux".

Des mesures incitatives dans le public mais aussi dans le privé

Autres mesures prévues : tous les recrutements de la fonction publique devront faire une place aux docteurs, administration par administration, pour les postes de catégorie A et plus. Trois possibilités sont encore à l'étude : la création d'un concours spécifique, l'adaptation d'un concours existant, le recrutement direct sur des besoins spécifiques.

Le secteur privé devrait être aussi sollicité, même si les annonces sont encore floues.  Parmi elles : expérimenter des ambassadeurs des docteurs auprès des entreprises, mieux faire connaître le dispositif de bonification du crédit impôt recherche en cas d'embauche de docteurs, ou encore promouvoir le doctorat dans les PME.

Delphine Dauvergne  |  Publié le

24

24 commentaires
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :