Newsletter

Thierry Mandon veut donner aux docteurs un accès privilégié à l’agrégation

Delphine Dauvergne
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Thierry Mandon, secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur et à la Recherche - Octobre 2015 (réunion à Matignon)
Parmi les mesures évoquées par Thierry Mandon pour promouvoir l'insertion des docteurs, le concours d'agrégation distinct fait déjà débat. // ©  REA - Hamilton

Le secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur a dévoilé une partie de son plan pour favoriser l’insertion professionnelle des docteurs. Ceux-ci pourraient notamment désormais passer un concours de l’agrégation distinct, avec 15% de postes réservés.

Quatre à six ans après la soutenance de thèse, 14% des docteurs sont au chômage selon l'Apec (Association pour l'emploi des cadres). Confronté à l'insertion professionnelle difficile des titulaires d'un doctorat, Thierry Mandon, secrétaire d'État chargé de l'Enseignement supérieur, a listé dans une interview au Monde une série de mesures pour l'améliorer.

L'une d'elles fait débat : jusqu'à 15% des postes proposés à l'agrégation vont être réservés aux docteurs, avec un concours distinct plus axé sur la recherche. Cette mesure devrait être mise en œuvre dès 2017, sans que le nombre de postes ne soit pour autant augmenté.

La Société des agrégés est vite montée au créneau, en déplorant dans un communiqué que "le ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche songe moins à participer à l'effort nécessaire de promotion des docteurs qu'à dénaturer l'agrégation et à mettre en concurrence déloyale les agrégés entre eux".

Des mesures incitatives dans le public mais aussi dans le privé

Autres mesures prévues : tous les recrutements de la fonction publique devront faire une place aux docteurs, administration par administration, pour les postes de catégorie A et plus. Trois possibilités sont encore à l'étude : la création d'un concours spécifique, l'adaptation d'un concours existant, le recrutement direct sur des besoins spécifiques.

Le secteur privé devrait être aussi sollicité, même si les annonces sont encore floues.  Parmi elles : expérimenter des ambassadeurs des docteurs auprès des entreprises, mieux faire connaître le dispositif de bonification du crédit impôt recherche en cas d'embauche de docteurs, ou encore promouvoir le doctorat dans les PME.


Delphine Dauvergne | Publié le

Vos commentaires (9)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Lilie.

Concours reservē pour les docteurs c'est fait a quand des places de doctorants réservées aux agrégés ? Comme par hasard la mesure est a sens unique et dévalorise le concours de l'agrégation.

Locallies.

Commençons par titulariser dans le supérieur les plus méritants et les plus qualifiés: à savoir ceux qui chaque jour font le lien entre recherche et enseignement, les agrégés-docteurs dont un nombre conséquent mène de front activités de recherche et charges de cours dans les universités en sus de leur service en collège ou lycée général et technologique. Intéressons-nous ensuite aux autres candidats. Un nombre croissant de MCF, de docteurs et doctorants ont échoué aux concours de l'enseignement secondaire ou ne les ont pas présentés au motif que, privilégiant la seule recherche, ils n'étaient pas disposés à enseigner dans le secondaire et encore moins dans les quartiers défavorisés. Il n'est pas question d'exiger de tous les doctorants un concours de l'enseignement secondaire mais il est grand temps de l'exiger de tous les candidats à l'enseignement supérieur. Car si la réussite au CAPES ou à l'agrégation n'oblige pas à enseigner dans le secondaire, complétant utilement l'évaluation des recherches, elle reste un moyen objectif de hiérarchiser l'ensemble des candidatures à l'enseignement supérieur. Allons plus loin en proposant une unique autorité collégiale compétente en matière de recrutement des enseignants en CPGE et à l'université de la L1 à la L3: composée d'inspecteurs généraux, d'IA-IPR, d'universitaires titulaires d'une HDR et d'un concours de l'enseignement du second degré, elle évaluerait les candidatures en fonction de critères complémentaires et indissociables: investissement dans la recherche; qualités pédagogiques; action en direction de publics défavorisés; rang aux concours CAPES, Agrégation, ENS; mention obtenue à la thèse; charges de cours dans le supérieur. Et profitons de l'occasion pour harmoniser les rémunérations et les services! Vive la République de l'égalité des chances! Vive la République du mérite!

Prince.

on devrait donner un accès direct,s ans agrégation, aux docteurs, dans l'enseignement. c'est vrai quoi ! le doctorat c'est bien au-dessu de l'agrégation alors quoi ???? Y en a assez des concours, exams et autres études sans fins.... Quand la France valorisera t-elle ceux qui le méritent bon sang ! Tout ça parce qu'il y a encore des groupes d'intérêts et de pouvoir... chacun son pré-carré...

Bon Prince.

C'est tellement connu que les universitaires sont les meilleurs professeurs que l'on a tous rencontrés dans nos vies d'étudiant ! Je me demande bien comment ils se débrouilleraient avec des adolescents, et pas seulement ceux qui ont décidés de poursuivre des études qui devraient être quelque peu plus motivés que les autres.

précision.

> C'est tellement connu que les universitaires sont les meilleurs professeurs que l'on a tous rencontrés dans nos vies d'étudiant ! Je ne connais aucune étude prouvant cela ou l'inverse. Penser que des personnes qui ont passé 8 ans (au minimum) à se passionner pour une matière soient susceptibles de la transmettre ne me semble pas absurde. Malheureusement, la préparation de l'agreg est souvent une case inenvisageable (ou extrêmement repoussante) pour eux à plusieurs égards : problèmes financiers, bachotage scolaire qui parait bien vain apres une expérience de recherche, lassitude des études, impossibilité de l'échec.

Bon prince.

Mais je ne suis pas certains non plus que tous ceux qui préparent l agreg ont également droit a l échec. Eux aussi sacrifient 1 année a bosser sans certitude de résultats. Tous les candidats ne sont pas nés avec une cuillère en argent, du moins ce n était pas mon cas. Et pour les docteurs ayant bénéficiés d une bourse, comme ils ont cotisés, ils ont droit au chômage, je le rappelle! Je ne suis pas convaincu que le niveau d étude universitaire rende quelqu un bon pédagogue. Je pense plutôt que la pratique est determinante et la formation aux concours, qui contient des oraux de préparation de cours, est justement un premier pas vers cet objectif qui allie rigueur disciplinaire et pédagogie. Je vous conseille la lecture des rapports de jury. Enfin, pourquoi ne pas donner le titre de docteur aux agreges qui s engagent dans une thèse avec une soutenance de pure forme ? En leur donnant également le droit de candidater a des postes de MdC réservés pour eux. Ce qui me semble l équivalent de ce projet de loi, non?

analogie.

Si les docteurs ont le droit à un concours réservé d'agrégation sur des postes réservés alors je propose la réciproque : les agrégés bénéficient d'une décharge horaire pour préparer un doctorat en 4 ou 5 ans (parce qu'enseigner, leur fonction première, prend du temps), à moins qu'ils ne bénéficient d'une indemnité de 80% minimum de leur traitement normal pour réaliser de la recherche à temps plein, mais sans démissionner (une disponibilité en fait de 3 ans à 4 ans) ; en effet, une fois qu'on a commencé à travailler, il est compliqué de reprendre des études. Une fois la soutenance réalisée, alors ils doivent pouvoir bénéficier d'un concours de recrutement distinct des docteurs classiques, et intégrer non pas le corps des maîtres de conférence mais le corps des professeurs d'université : dans le secondaire, au niveau du grade, on a PLP=certifié < agrégé ; dans le supérieur, maître de conférence < professeur d'université. Qu'en pensez-vous ?

Clarifions tout ça.

Les réactions précédentes présentent des raccourcis qui m'hérissent le poil, on va clarifier un peu tout ça. Les docteurs et agrégés semblent appartenir à des castes ennemies au vu de l'ironie véhémente qui se déploie ici. > C'est tellement connu que les universitaires sont les meilleurs professeurs que l'on a tous rencontrés dans nos vies d'étudiant ! - J'ai connu de très bon pédagogues à l'université, capables de tenir une assemblée de 120 étudiants en haleine pendant 2 heures de cours magistral. J'ai connu de très mauvais enseignants dans le secondaire, capables de dégoûter d'une matière de manière irrémédiable, seulement là pour la sécurité de l'emploi. La généralisation n'apporte pas grand chose au débat... > Je me demande bien comment ils se débrouilleraient avec des adolescents, et pas seulement ceux qui ont décidés de poursuivre des études qui devraient être quelque peu plus motivés que les autres. - Si je comprends bien cette phrase, mener une thèse à son terme c'est être un peu plus motivé que les autres qui s'arrêtent au Master ? Pouah ! Est-ce que vous vous rendez compte de la proportion de doctorants qui mènent une thèse sans financement(en sciences humaines tout du moins), en gardant une activité professionnelle à côté, ce qui les amène à dépasser de 3 ou 4 ans la durée standard d'un doctorat ? Savez-vous au moins ce que représente le fait de publier un article de 35000 signes, en terme de quantité de travail et de recherche ? Alors une thèse de 300 pages ? J'ai mon top diplôme peu utile dans le monde professionnel, vous ne me prendrez pas le temps, l'énergie dépensés, l'incertitude et la souffrance accumulés pendant des années que j'ai joué en quelques heures de soutenance. Quand à la gestion d'adolescents, je me permets de prendre mon exemple personnel : je pense que les 2 années et demi de boulot d'assistant d'éducation en lycée que j'ai conduit en même temps que le début de ma thèse, puis les 500 et quelques heures de cours magistraux et travaux dirigés que j'ai menées avec des étudiants de premier cycle ensuite m'ont bien préparées à gérer une classe d'élèves et des séquences pédagogiques. > Enfin, pourquoi ne pas donner le titre de docteur aux agreges qui s engagent dans une thèse avec une soutenance de pure forme ? En leur donnant également le droit de candidater a des postes de MdC réservés pour eux. Ce qui me semble l équivalent de ce projet de loi, non? - Les docteurs qui se tournent vers l'agrégation le font généralement (un peu) par désespoir, précarité, comme c'est mon cas, après deux ou trois années de tours de France pour des auditions de postes de MCF. Ils et elles ont le plus souvent déjà enseigné, corrigé des copies, préparés des cours et pris la parole en public à maintes reprises devant un auditoire concerné ou pas du tout, silencieux ou bruyant... Vos raccourcis sont effrayants, condescendants et dénotent d'une méconnaissance du monde de la recherche, de son exigence et de ses paradoxes. Le vrai problème pour les docteurs réside dans les mécaniques de recrutement faussement égalitaires des concours de MCF, et rassurez-vous, ils ne seront pas plus nombreux à se jeter sur l'agrégation et sur une quantité infime de postes réservés : ceux qui n'auront pas la capacité d'adaptation seront éjectés du concours comme le sont tous les candidats mal préparés, et peut-être aurais-je moi-même la chance et le plaisir d'intégrer le corps d'excellence des agrégés.

bernon.

J'ai l'agregation de svt et un doctorat en biologie.....il n'y a pas photo...l'agrégation est beaucoup plus difficile !

Farjon.

Un concours (CAPES ou Agregation) est le seul moyen de garantir l'egalité des chances. On connaît des docteurs qui par peur d'enseigner dans le secondaire ne passent pas les concours, d'autre part a un moment donnē a la fac c'est cooptation et nepotisme...Le concours c'est la meritocratie Republicaine, et permet aussi de gagner sa vie plus rapidement qu'en faisant un doctorat. Lilie

Fred.

Je ne comprends vraiment pas l'intérêt d'une telle mesure. C'est méprisant tant pour les docteurs que pour les enseignants. Pour moi, ça veut dire : vous avez voulu faire de la recherche, mais ça n'a pas marché pour vous, ne vous en faites pas, on vous recase dans l'EN, et pas à n'importe quel grade, à celui d'agrégé ! Au demeurant, beaucoup d'étudiants (normaliens pour beaucoup mais ça se démocratise) passe d'abord l'agreg puis enchaîne sur une thèse. D'ailleurs, certains directeurs de thèse utilise l'agreg comme filtre d'entrée. Quand on me dit qu'un docteur est trop spécialisé, je dis ok, je suis d'accord (je suis bien placé pour le savoir, ayant été doctorant). Néanmoins, il me semble (et je suis très bien placé pour le savoir aussi puisqu'agrégé) que pour devenir agrégé, il faut beaucoup bosser ! Je ne vois donc pas en quoi quelqu'un, sous prétexte qu'il est docteur, s'affranchirait de ce travail spécifique à la préparation de l'agreg (tout le monde se remet à niveau et plus pour cette année, parce que je ne connais personne qui avait le niveau requis dans tout les champs disciplinaires évalués). D'autant plus qu'il peut bénéficier du chômage l'année de la préparation du concours (puisqu'il a cotisé grâce au statut de doctorat ou de post-doc). Vraiment, je ne perçois là que de la médiocrité gouvernementale, c'est plus facile que de trouver de vrais débouchés aux jeunes docteurs en lien avec la raison qui les a poussée à se lancer dans la recherche. Au lieu de cela, peut-être faudrait-il inciter moins les universités à recruter de doctorants, d'autant plus si les débouchés sont très très minces ? Peut-être que les entreprises françaises préfèrent les ingénieurs parce qu'ils ont un bagage scientifique correct voire solide et qu'en même temps ils ont une culture de l'entreprise plus développée que les universitaires ? Peut-être qu'actuellement en France, un doctorat sert davantage à faire de la recherche publique que de la recherche privée ou de l'ingénierie ? Et les docteurs français peuvent très bien essayer de s'exporter à l'étranger avant de revenir en France, fort d'une nouvelle expérience, de nouvelles compétences et d'un réseau plus solide ?

Fred.

désolé pour les -ent et -s manquants, pas évident tout le temps avec un téléphone.

julien.

et il est normal que tu mettes à jour tes connaissances en géologie ou biologie végétale avant de devenir enseignant puisque ces disciplines, tu devras enseigner!!

Voir plus de commentaires

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne