En ce momentSebastian Stride : "Les classements mondiaux ne sont fondamentaux que pour une minorité d'établissements"
On en parlePalmarès 2018 : les écoles d'ingénieurs en mouvement
Actu | Vie étudiante

Trésors cachés. En Corse, un fablab au cœur de la maison de Pascal Paoli

Céline Authemayou  |  Publié le

0

Trésors cachés. En Corse, un fablab au cœur de la maison de Pascal Paoli
Niché dans la ville haute de Corte, le fablab de l'université est ouvert à tous les publics. // © Université de Corse

En février 2016, l’université de Corse a inauguré son fablab. Sa particularité ? L’atelier de fabrication est niché dans la maison historique de Pascal Paoli, figure emblématique de l’île et fondateur de l'université. Suite de notre série dédiée aux trésors cachés de l’enseignement supérieur.

À quelques encablures de la citadelle, au cœur de la ville haute sillonnée par les touristes, la maison historique de Pascal Paoli est devenue l'antre des créateurs en tout genre. Depuis début 2016, ce "palazzu naziunale" en langue corse accueille le fablab (laboratoire de fabrication) de l'université de Corse. Chaque jour, se côtoient artisans, entrepreneurs et étudiants, venus concevoir de nouveaux objets, réfléchir à leurs produits, développer leur activité. 

"L'idée du fablab est née en 2015, raconte Vannina Bernard-Leoni, directrice du pôle innovation et développement de l'université. Nous avions la conviction qu'il fallait faire, en Corse, quelque chose d'utile pour relancer la production et la création locale." Financé en partie par la fondation universitaire, le fablab, géré aujourd'hui par une équipe de deux personnes, est donc créé avec un objectif clair : s'inscrire sur le territoire et épauler les acteurs locaux dans le développement de leur activité

Le palais accueille ainsi aussi bien un artisan venu utiliser la fraiseuse numérique pour gagner du temps dans sa production qu'un chocolatier souhaitant concevoir de nouveaux emballages pour ses produits. "Nous avons également accompagné le Samu local, qui souhaitait réaliser une maquette de l'hôpital de Bastia pour former ses personnels au déplacement dans l'institution", raconte Vannina Bernard-Leoni.

Les grands groupes, tels qu'EDF, participent également à l'aventure, tout comme les étudiants de l'université, qui bénéficient des équipements pour leurs projets pédagogiques. En 2016-2017, ce sont une soixantaine de projets d'élèves qui ont ainsi été accueillis au sein de l'espace. Des étudiants en cursus informatique sont venus au fablab pour réaliser des objets connectés. D'autres, inscrits en filière artistique, ont investi les lieux pour réfléchir, en partenariat avec le Crous, à la réhabilitation des chambres universitaires.

Au-delà des projets, les étudiants de l'université peuvent également trouver toutes les informations concernant l'entrepreneuriat : le palais abrite le siège du Pépite (pôle étudiants pour l'innovation, le transfert et l'entrepreneuriat) local. " Notre ambition était de toucher un panel de public très large, se satisfait Paul-Marie Romani, président de l'université de Corse depuis 2012. Ce lieu est une véritable ruche. Et c'est ce qui fait tout son charme..."

Université de Corse - Palais national, maison de Pascal Paoli

La maison historique de Pascal Paoli a abrité pendant plusieurs années la présidence de l'université. // © Université de Corse

Entre histoire et innovation

Transformer cette "maison biscornue" en lieu d'innovation a nécessité une bonne dose d'imagination... et de parti pris. Il faut dire que la bâtisse raconte, à travers ses pierres, l'histoire même de l'île. Au XVIIIe siècle, elle est habitée par Pascal Paoli. Lorsque ce dernier constitue le gouvernement de Corse en 1755, indépendant de la France, c'est dans cette maison qu'il installe son gouvernement. Quelques années plus tard, en 1765, il y crée également une université, appelée "université de Paoli", qui deviendra deux décennies plus tard l'actuelle université de Corse.

Nous n'opposons pas patrimoine et innovation. Nous ne distinguons pas ce qu'on a été et ce qu'on veut devenir.
(V. Bernard-Leoni)

"Ce lieu a toujours eu une dimension politique très forte", rappelle Vannina Bernard-Leoni. Un temps bibliothèque universitaire, un temps salle de cours, la maison héberge jusqu'en 2014 la présidence de l'université. Cette année-là, cette dernière déménage dans de nouveaux locaux. La question de la transformation des lieux, propriété de la ville de Corte, se pose alors. "Nous trouvions que cela avait du sens d'installer le fablab hors du campus, témoigne Vannina Bernard-Leoni. De plus, installer un lieu d'innovation dans un bâtiment historique permettait de porter un message très fort : nous n'opposons pas patrimoine et innovation. Nous ne distinguons pas ce qu'on a été et ce qu'on veut devenir."

Un "paradoxe intéressant", selon Paul-Marie Romani, qui a permis au quartier du palais de redévelopper un écosystème d'artisanat local autour du fablab et d'ouvrir l'université sur la cité.

Céline Authemayou  |  Publié le

0

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :