Newsletter

Sciences po : un candidat réclame des explications

Olivier Monod et Camille Stromboni
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Sciences po Paris - entrée Rue Saint Guillaume - Octobre 2012 - ©Camille Stromboni
Sciences po Paris - entrée Rue Saint Guillaume - Octobre 2012 - ©Camille Stromboni // ©  Camille Stromboni

François Héran, ancien directeur de l'INED et candidat malheureux à la succession de Richard Descoings à la tête de Sciences po, réclame des explications sur sa non sélection. Il se dit prêt à recourir à une procédure administrative si Sciences po refusait sa demande.

La nouvelle procédure de recrutement du directeur de Sciences po n'est pas terminée qu'elle engendre déjà des récriminations. François Héran, ancien directeur de l'INED (Institut national des études démographiques) et recalé sur dossier demande des explications au comité de recherche.

"Faute d’explications intelligibles [...], je recourrai aux voies de droit qui permettent à tout postulant à un emploi public d’avoir accès aux documents administratifs ayant réglé son sort, à savoir les rapports et les comptes rendus intermédiaires, que le comité est tenu d’archiver", écrit-il dans une lettre adressée à Jean-Claude Casanova et à Jean Gaeremynck, président et rapporteur dudit comité.

"Aucune explication"

François Héran estime que la lettre lui annonçant la décision "ne fournit aucune explication" et affirme qu'en tant que président de comité de recherche lui-même, "jamais [il] ne [se] serait permis d’adresser une motivation aussi ténue aux candidats non retenus" (consulter les documents à télécharger).

Pour François Héran, le comité de recherche ne l'a pas jugé sur les critères publiés. "Mon profil correspond aux quatre critères énoncés. Il faut donc s'interroger sur l'existence d'autres critères. La question de fond derrière cette demande est la suivante: Sciences po veut-il devenir un grand établissement international et adopter les modes de gouvernance adéquats ?", demande le candidat malheureux. Jointe par EducPros, la direction de l'établissement n'a pas donné suite.

Ce constat de manque de transparence est également fait par David Colon, autre candidat recalé, dans une tribune dans Le Monde. David Colon a par ailleurs publié la lettre lui annonçant sa non-sélection.

La procédure se poursuit malgré ces mécontentements. Le futur directeur devrait être connu le 1er mars. Restent en lice Christine Musselin, Frédéric Mion, Louis Vogel, Jean Pisani-Ferry, Jean-Michel Blanquer et un mystérieux Américain.


Olivier Monod et Camille Stromboni | Publié le

Vos commentaires (5)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Anne E Liebmann.

Cela donne quelques frissons, si nos administrations sont gouvernées ainsi c'est le retour d'un pouvoir digne de la Russie .. Nous n'aurons donc jamais d'Institut, d'Université capable d'être légal d'Harvard, de la célèbre Wharton ...! Après avoir organisé la "fuite" des industriels, on va assister au déclin de l'Université, de Sc Po .. à suivre ...!

Dumbo53.

La France, de droite comme de gauche, n'a jamais pratiqué la nomination du plus méritant aux postes de la fonction publique. On ne se donne même pas la peine de faire semblant, comme en témoigne la non lettre reçue par François Héran. Deux cent vingt ans après la Révolution, nous fonctionnons encore comme un Royaume dans lequel les charges sont attribuées.

Alfred.

Vive l'Etat PS.... Seriez vous surpris? Dans un autre registre, hélas tout aussi significatif, nous savons tous combien Ségolène est une banquière compétente! combien A. fililipetiiliti (bref, machine....) a respecté les règles et simplement la morale avant de nommer un copain (je pense très fort coquins....) Tout ceci ne fait que conforter une furieuse envie de devenir un travailleur immigré! en Belgique par exemple! De toute manière, ne sera ce point la faute à Sarkozy? (on va bien entendre ça pendant au moins deux ans, avant qu'il ne soit tout simplement plus possible de l'invoquer sans que ça se voit!) Espérons que cela se paye un jour, comme pour Pétain , oui, vous m'avez bien lu.

Anne-Cécile.

Il sera de toute façon fort probable que cette clique se tournera vers son candidat sans se préoccuper des parcours et des compétences ! Quand on voit que les mêmes sont restés aux manettes sans que l'administrateur ne fasse vraiment sa place....

Sirius.

Autant l'élimination de David Colon s'explique aisément par son faible niveau universitaire, autant l'expérience scientifique et de direction de François Héran, ainsi que la qualité de son projet, en faisaient un candidat sérieux. Infiniment plus que Frédéric Mion, sans la moindre qualification universitaire, qui est, lui, sélectionné. On comprend donc sa réaction. Et il a parfaitement raison de faire remarquer que le recrutement pour la direction de l'IEP, "grand établissement" et établissement public doit respecter le droit des concours publics. Nouveau désaveu pour Jean-Claude Casanova, habitué aux petits arrangements entre amis.

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne