En ce momentSebastian Stride : "Les classements mondiaux ne sont fondamentaux que pour une minorité d'établissements"
On en parlePalmarès 2018 : les écoles d'ingénieurs en mouvement
Actu | Recherche, International

Université de Poitiers : un guichet unique pour faciliter le montage de projets de recherche internationaux

Étienne Gless  |  Publié le

0

Jean-Marie Pincemin, coordinateur de la Mission ingénierie pour les projets internationaux (Mipi) de l'université de Poitiers. Ce guichet unique doit faciliter l'obtention de financements internationaux pour les chercheurs de l'établissement.
Jean-Marie Pincemin, coordinateur de la Mission ingénierie pour les projets internationaux (Mipi) de l'université de Poitiers. Ce guichet unique doit faciliter l'obtention de financements internationaux pour les chercheurs de l'établissement. // © DR

L’université de Poitiers s'est dotée d'une mission d’ingénierie pour les projets internationaux (Mipi). Objectif : mieux coordonner les ressources internes des services et les rendre plus visibles pour les chercheurs. Et décrocher plus de financements.

Le retour sur investissement de la France en matière de recherche publique européenne est faible. En effet, la part des équipes françaises qui décrochent des financements européens chute, s'établissant à 9,5% en 2012, contre 14,4% en 2007, selon un rapport de la Cour des comptes rendu public en juin 2013. Sur cette même période, alors que la France a contribué à hauteur de 6 Md€ aux programmes européens de financement de recherche technologique, ses équipes de chercheurs ont remporté des projets pour un montant de 3,42 Md€ seulement.

C’est dans le but de faciliter, à son niveau, l’obtention de financements pour ses chercheurs que l’université de Poitiers a inauguré début novembre 2013 une Mission ingénierie des projets internationaux (Mipi).

"Afin de renforcer l'aide à la communauté universitaire, Yves Jean, le président de l’université, et son équipe ont souhaité mettre en place des outils d'aide au montage des projets internationaux au travers de la création d'un guichet unique, explique Jean-Marie Pincemin qui coordonne l’action de la Mipi. C’était un engagement de Yves Jean quand il était en campagne en 2012 pour l’élection à la présidence de l’université."

faciliter l'accès aux programmes européens et internationaux

La nouvelle structure, déjà active depuis le début de l’année, a permis de cartographier l'offre internationale en matière de financement de projets de formation et de recherche, les besoins de la communauté et les expertises internes à l'université.

La Mipi interviendra en 2014 pour faciliter l’accès aux tout nouveaux programmes européens qui seront lancés en début d'année : Erasmus+ et Horizon 2020, "le programme de recherche de l’Union européenne qui est le grand instrument de financement de la recherche et de l’innovation de la Commission européenne", précise Jean-Marie Pincemin.

Contrairement à beaucoup d’universités, celle de Poitiers n’a pas souhaiter créé une cellule Europe : "La vocation de la Mipi est d'aider à répondre à des appels d’offres ailleurs qu’en Europe", souligne Jean-Marie Pincemin. Parmi lesquels les bourses Fulbright coordonnées par la Commission franco-américaine (CFA), ou encore le programme brésilien bourses Sciences sans frontières, qui vise à former des étudiants chercheurs brésiliens dans d'autres pays et réserve une partie de sa manne à des chercheurs étrangers.

mutualiser et s'adapter, à moyens constants

Différents outils ont été mis en place par la Mipi : fiche pratique montage de projet, module de calcul des coûts (personnels/équipements/plates-formes/TVA), outil de mise en forme de planning… Le guichet unique travaille à moyens constants.

"A ce jour, c'est une mutualisation des compétences au sein des services pour faciliter la vie de la communauté des chercheurs, observe le coordinateur. Auparavant nous avons connu quelques difficultés : les dossiers ne passaient pas bien d'un bureau à l'autre, les candidatures perdaient du temps... La rigueur administrative exigée par les financements extérieurs nous impose une nouvelle façon de travailler", conclut Jean-Marie Pincemin.

Étienne Gless  |  Publié le

0

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :