Newsletter

Universités en déficit : le ministère veut reprendre la main

Camille Stromboni
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, Centre Panthéon
Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, Centre Panthéon // ©  Camille Stromboni

Période de fin de gestion budgétaire oblige, les déficits des universités apparaissent en cascade, avec des situations extrêmes, comme à Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Pour y faire face, Geneviève Fioraso veut privilégier l'accompagnement des universités en difficulté à la tutelle rectorale. Elle envisage notamment la création d'une formation spéciale pour les présidents, dispensée par l'ENA.

Les prévisions sont moroses. 19 universités devraient être en déficit en 2013, dont 5 pour la seconde fois déjà, voire la troisième pour Paris 1, a indiqué Geneviève Fioraso, le 25 novembre 2013. L'occasion pour la ministre de l'Enseignement supérieur de défendre ses mesures en faveur d'un meilleur accompagnement des établissements, à l'heure où les budgets restent, eux, contraints.


Dénonçant la politique de ses prédécesseurs, de mise sous tutelle des universités en difficulté, Geneviève Fioraso a rappelé sa stratégie : le ministère envoie des équipes dans les établissements en difficulté afin de réaliser des audits et de les aider à monter des plans d'économies, dénommés "plans de retour à l'équilibre".

"Des universités ont ainsi réussi à se redresser", s'est-elle réjouie, citant Le Havre, Angers, l'UPMC (université Pierre et Marie Curie) ou encore Paris 13. "Les experts de l'IGAENR (Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche) mènent un travail d'analyse fine auprès des établissements. Notamment sur les déterminants de la masse salariale, les manières de mutualiser plus fortement l'offre de formation ou encore de recouvrer les créances", décrit-elle.

Une formation à l'ENA pour les présidents d'université

Un décret visant à encadrer plus fortement les processus budgétaires des universités est en cours de rédaction, pour une publication début 2014. "La LRU était fondée sur une aberration : très peu de contrôles en amont et la tutelle rectorale en aval. Il s'agit d'inverser la logique", explique le ministère. En mettant en place un "suivi financier modernisé des universités".

Le décret remplacera la tutelle rectorale prévue après deux exercices en déficit, par l'obligation pour les universités de présenter un plan de retour à l'équilibre pluriannuel, qui devra être approuvé par le recteur. "Les conseils d'administration ne se verront pas ainsi dessaisis, sauf en cas de blocage persistant", prévient Geneviève Fioraso.

La ministre espère également un renforcement des divisions "Enseignement supérieur" des rectorats, souvent déjà fort occupés par leur casquette "secondaire". Enfin, elle prépare la mise en place d'une formation à la gestion publique, réalisée par l'ENA, destinée aux présidents d'université et aux membres de leurs conseils d'administration.


Camille Stromboni | Publié le

Vos commentaires (7)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Pierre.

Cette semaine je suis allé enseigner à Aix en Pc et à cette occasion je suis tombé sur une superbe thèse relative à la Tutelle de l'Etat sur les universités (soutenue fin 2013). L'auteur (Arnaud LAMI) apporte une analyse extrêmement complète des rapports entre l'Etat et les universités. Cet ouvrage d'une excellente facture s'inscrit dans le prolongement des travaux de B TOULEMONDE et répond à une démarche similaire à la thèse de M. TOUZEIL-DIVINA (avec un gros travail de recherche notamment aux archives). Je vous invite à lire ce travail, courageux,(que je n'aurait jamais osé donner à un de mes doctorants) et qui ne peut qu'enrichir le débat.

Guy.

"une formation à la gestion publique, réalisée par l'ENA, destinée aux présidents d'université et aux membres de leurs conseils d'administration" ? N'existe-t-il pas déjà des Directeur Généraux des Services, des Agents comptables, des Directeurs des Affaires financières en charge de la bonne gestion des universités? Il y a des pays où les enseignants-chercheurs assurent leurs missions pédagogiques, scientifiques et de pilotage, pendant que les managers administrent les institutions et gèrent les budgets, en réelle autonomie, en pleine responsabilité... Pas besoin de "former" des présidents en gestion... Mais en France, le pouvoir doit rester entre les mains des enseignants-chercheurs, qui peuvent ainsi conserver leurs privilèges (temps de travail, évaluation, primes, etc). En attendant, on bricole, on donne une autonomie de la main droite; puis on créé des Communautés et on renforce le contrôle du Rectorat par la main gauche, quand on voit que ça ne fonctionne pas...

Louis Payard.

La formation par l'ENA c'est la parabole de l'aveugle et du paralytique (cf Bruegel) ,ou, si l'on prefere l'hopital qui se fout de la charite. L'affaire du controle prealable est d'une autre nature, elle signifie ni plus ni moins que la fin de l'autonomie des universites puisque l'autonomie financiere des personnes morales de droit public suppose la suppression du controle a priori (cf n'importe quel manuel de finances publiques). Universites reveillez-vous!!!!

benoit.

la mainmise de l'administration (ENA) sur la recherche est dommageable pour notre université. Que les énarques se remettent déja en question. Ca fait plus 30 ans qu'ils cassent notre pays. J'en veux pour preuve leur difficulté à réformer l'administration et l'économie de notre pays. N'est ce pas les énarques qui nous gouvernent ?

Politikally Inkorrekt.

Bravo Benoit vous m'avez devancé, j'allais demander combien de fois sur les 30 dernières années notre beau pays dirigé par pléthore d'énarques a eu un budget à l'équilibre... Effectivement si l'état remplissait ses obligations on n'en serait pas là, c'est un peu facile de couper les crédits, pousser à de folles dépenses par l'intermédiaire des PPP, puis de pointer du doigt les déficitaires. Je pense que le ministère ne perçoit pas à quel point le milieu universitaire est désespéré...

haha.

La solution à l'autonomie des universités serait donc un contrôle préalable par des rectorats renforcés ? C'est la liberté de répondre "oui chef", en somme...

Voir plus de commentaires

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne