En ce momentLa Nouvelle-Zélande part à la conquête des étudiants européens
On en parleFrédérique Vidal, une pragmatique Rue Descartes
Enquête | Gouvernance

Baromètre 2017 : découvrez le moral des professionnels de l'enseignement supérieur, profil par profil

Sylvie Lecherbonnier, Baptiste Legout  |  Publié le

0

INFOGRAPHIE. Avec notre outil interactif, vous pourrez rechercher les résultats de notre baromètre EducPros 2017 sur le moral des professionnels de l'enseignement supérieur et de la recherche, et ce, question par question, en les filtrant par région, type d'établissement, statut, etc.

Passionnés mais démotivés. La quatrième édition de notre baromètre du moral des professionnels de la recherche s'inscrit dans la continuité des trois premières. Enseignants-chercheurs et BIATSS (Bibliothèques, ingénieurs, administratifs, techniciens de service et de santé) sont sans cesse tiraillés entre l'envie de bien faire leur travail et l'impression de manquer de temps et de moyens. Résultats ? Un peu plus des deux tiers (69 %) des 1.540 répondants ne sont pas enthousiastes quant à l'avenir de leur établissement. Et 76 % d'entre eux estiment ne pas avoir le temps de mener à bien les missions qui leur sont confiées.

Une situation qui met en péril leur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle : 65 % des enseignants-chercheurs estiment que leur travail ne leur permet pas de garder un équilibre satisfaisant. Un ras-le-bol qui pousse près d'un tiers de nos répondants à vouloir quitter le secteur.

Le quinquennat de François Hollande n'a donc pas changé la donne pour ces professionnels désabusés. Qu'attendent-ils du prochain président ? La majorité des répondants se prononce en faveur d'une sélection à l'entrée des licences, comme le proposent d'ailleurs et Emmanuel Macron et Marine Le Pen, mais la plupart des enseignants-chercheurs et des BIATSS interrogés reste très attachée à ce que les droits de scolarité n'augmentent pas.

DES CLIVAGES FORTS

Quant à l'autonomie des universités, plus des trois quarts des répondants rejettent le statu quo. Plus de 40 % des répondants ne veulent ni la renforcer, ni la réduire, mais la "transformer".

Pourtant, ces résultats globaux dissimulent des clivages forts entre enseignants-chercheurs et BIATSS, personnels des services centraux et des composantes, établissements fusionnés ou non... Pour les découvrir, nous mettons à votre disposition notre tableau public qui vous permet de sélectionner les profils de répondants, question par question.

Si l'infographie ne s'affiche pas correctement, cliquez ici. Attention, le téléchargement peut prendre quelques secondes.

Sylvie Lecherbonnier, Baptiste Legout  |  Publié le

0

0 commentaire
afficher plus de résultats
Laissez un commentaire :